Une tribune pour les luttes

À la frontière de la blancheur ? Expropriation, guerre et reproduction sociale en Ukraine

Article mis en ligne le mercredi 11 mai 2022

Cela fait sept semaines que j’écris et réécris cette courte réflexion. Des semaines passées à aider des parents et des amis à fuir l’Ukraine et à diriger des fonds de solidarité vers la résistance ukrainienne et l’organisation de l’aide mutuelle. Ayant arpenté les rues de Mariupol presque chaque été depuis mon enfance, et pour la dernière fois à l’été 2019 avant la pandémie - la tombe de mon père se trouve dans un village juste à l’extérieur de Mariupol - la réflexion est une tâche difficile. Dans des villes comme Mariupol, nous assistons à la destruction d’hôpitaux, d’écoles, de théâtres et d’infrastructures essentielles comme les routes et les chemins de fer. Ces dégâts équivalent à une extirpation directe des infrastructures publiques de l’ère soviétique par la machine de guerre de Poutine - un acte de "décommunisation" en effet. Ce qui a été pour les Ukrainiens de la classe ouvrière, trois décennies lentes et déprimantes de décomposition de classe, d’avilissement et de dépeuplement, s’est accéléré ces deux derniers mois en massacres, destructions et déplacements forcés. C’est la destruction, aussi, de l’histoire et de la mémoire. La guerre tend à annuler toutes les exceptions, les nuances, les discussions. J’espère que cette heure la plus sombre porte la tâche d’une critique nécessaire pour un avenir différent.

Alors que des images horribles de dévastation, de mort et de viol dans des endroits comme Bucha circulent largement en ligne, et que les femmes ukrainiennes en fuite avec leurs enfants sont accueillies en Europe alors que les "Autres" non méritants sont interdits d’entrée, les élites occidentales et ukrainiennes nous répètent sans cesse que "l’Ukraine mène une guerre européenne" et que "l’Ukraine défend l’Europe". Dans ce contexte, l’idée émergente de l’"ukrainité" et son équation avec l’"européanité" sont médiatisées par une conceptualisation de la race, de la classe, du genre et de la sexualité. Les élites locales considèrent de plus en plus que la souveraineté et l’autodétermination de l’Ukraine sont liées à l’incorporation dans la "forteresse Europe" et à la création de la "nation ukrainienne" en tant que "blanche" et "européenne". Le concept d’"autodétermination", porté par la gauche révolutionnaire internationaliste, anticoloniale et anti-impériale, est aujourd’hui instrumentalisé. Aux yeux des élites occidentales et ukrainiennes, l’histoire de l’internationalisme, du communisme et de l’antifascisme locaux est séparée de l’"autodétermination" par des manœuvres eurocentriques. Ironiquement, en ce sens, cette utilisation n’est pas loin des propres attaques de Poutine contre l’autodétermination de l’Ukraine, dont il affirme avec mépris qu’elle est liée aux principes léninistes d’anti-impérialisme et d’anticapitalisme.

Des études récentes sur l’Europe de l’Est, qui s’intéressent à la race, à la classe et à l’impérialisme (et moins au genre et à la sexualité), explorent les périphérisations variées de différents pays d’Europe de l’Est et post-soviétiques vis-à-vis de l’"Europe"[i]. Ces périphérisations se matérialisent par des niveaux inégaux d’accès à la "blancheur" des nations, c’est-à-dire leur inclusion dans l’économie capitaliste aux termes européens, aux nations de la "classe moyenne", occidentales et (non) communistes - les supposés gagnants du néolibéralisme. Historiquement, la "blancheur" des Européens de l’Est a été contingente. Alors que les versions de l’"européanité" sont élevées, tout écart par rapport aux normes présumées de cette identité risque de faire perdre le statut et d’avoir des répercussions matérielles sur les populations de l’espace "post-socialiste". Disciplinés par les prêts dépossédants du FMI, les politiques énergétiques, les opportunités de travail précaire pour les migrants et la dépendance aux envois de fonds, la région et ses peuples ont été transformés en "Européens" précaires.

Dans un effort pour déstabiliser la préoccupation actuelle pour les questions militaro-stratégiques, ainsi que le campisme et le nationalisme méthodologiques qui ont empoisonné de nombreux débats sur la guerre en Ukraine qui s’attardent sur le terrain du complexe militaro-industriel, Je propose de déplacer l’attention vers une critique de l’économie politique et un engagement honnête avec l’État capitaliste en Ukraine, les éléments racialisants du nationalisme ukrainien, la dynamique quotidienne de la reproduction sociale en Ukraine, son avenir "européen" et les théâtres de sympathies européennes et nord-américaines sur fond de violences coloniales ailleurs.

Dans cet article, je situe la guerre en Ukraine dans le contexte plus large de la position de l’Ukraine dans les schémas mondiaux de production et de reproduction sociale[ii], en me concentrant en particulier sur ses dynamiques racialisées et genrées. En m’appuyant sur le féminisme de la reproduction sociale, je retrace comment, depuis 2014, la militarisation de l’Ukraine est intimement liée aux mesures d’austérité, déplaçant efficacement sur les ménages et surtout sur les femmes le fardeau de la résistance à l’agression russe et préparant l’État à un processus d’intégration " euro-atlantique " très inégalitaire. Dans ce contexte, la militarisation, l’austérité et l’agression agissent comme des processus de dépossession et d’accumulation primitive. Elles "génèrent des réserves mondiales de force de travail dont les mouvements transfrontaliers sont au cœur de la production et de la reproduction mondiales du capital et du travail."[iii] De cette façon, la citoyenneté racialisée reproduit la précarité et l’exclusion pour certains et la sécurité et l’inclusion pour d’autres, tout comme la différenciation historique de la classe ouvrière ukrainienne au sein du capitalisme mondial est réécrite et instrumentalisée.[iv]

Les bons Européens

Au cours des premières semaines de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le monde a été témoin de violences racistes aux frontières de l’Ukraine avec la Pologne, la Roumanie et la Hongrie. Les réfugiés d’Afrique, d’Asie du Sud et du Moyen-Orient, ainsi que les citoyens roms d’Ukraine, et des milliers d’étudiants internationaux étudiant et travaillant en Ukraine, se sont vus interdire de franchir les frontières, et ont parfois même été empêchés de monter dans les trains transportant des réfugiés vers l’UE par des Ukrainiens qui ont formé des chaînes humaines. Les journalistes en reportage à la frontière portant des pins bleus et jaunes ont rapidement dénoncé cette discrimination, puis sont rapidement passés aux images d’enfants ukrainiens recevant des jouets de la part de sympathiques bénévoles allemands. "Des étudiants indiens bloqués ont regardé les animaux domestiques ukrainiens traverser la frontière pour se mettre en sécurité", peut-on lire à la une d’un article. En Amérique du Nord et en Europe occidentale, les restaurants ont servi des plats ukrainiens, reversant les recettes à l’effort de guerre en Ukraine, tandis que les centres commerciaux se sont illuminés en bleu et jaune. Le site Web du géant de la technologie Amazon possède désormais un bouton "Aidez le peuple d’Ukraine". Certaines des plus grandes entreprises propriétaires du Canada - celles qui ont expulsé les ménages de la classe ouvrière pendant la pandémie tout en augmentant les prix des logements déjà inadéquats - se sont "regroupées" pour offrir des options de logement gratuites et subventionnées aux Ukrainiens qui fuient au Canada. Les médias et les décideurs occidentaux ont décidé que les Ukrainiens sont de "bons" citoyens "européens", qui ont de la valeur, sont instruits et sont des professionnels de l’informatique. Le racisme a été traité non pas comme un problème structurel, mais comme un mauvais comportement.

La résistance ukrainienne à l’armée russe est célébrée comme héroïque, courageuse et démocratique, alors que simultanément, l’autodétermination, la libération nationale, la résistance populaire violente ailleurs ne bénéficient pas de la même célébration, mais sont plutôt qualifiées de terroristes, les "héros" sont emprisonnés, "illégalisés", etc. Notre responsabilité est de demander "pourquoi ?". Les circonstances auxquelles sont confrontés les citoyens d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, du Yémen, de Gaza et d’Éthiopie sont-elles aussi exceptionnelles ? À la fin de l’année 2021, le conflit au Yémen avait causé à lui seul 377 000 morts, dont près de 70 % d’enfants de moins de cinq ans[v]. À la frontière polonaise, nous n’avons pas vu de jouets et de nourriture gratuits pour ces femmes et ces enfants, mais plutôt des gaz lacrymogènes, des canons à eau, des matraques, des chiens policiers et des barbelés. Il y a quelques mois à peine, la Pologne devenait la dernière ligne de front de la dissuasion de surveillance high-tech à sa frontière avec le Bélarus. En octobre 2021, son gouvernement a approuvé l’installation d’une clôture de sécurité frontalière de 350 millions d’euros le long de la moitié de sa frontière avec la Biélorussie, atteignant jusqu’à 5,5 mètres, avec des caméras sophistiquées et des capteurs de mouvement profitant directement aux entreprises d’armement et de technologie. Le Guardian rapporte que "Frontex a attribué l’année dernière un contrat de 100 millions d’euros (91 millions de livres sterling) pour les drones Heron et Hermes fabriqués par deux entreprises d’armement israéliennes, tous deux utilisés par l’armée israélienne dans la bande de Gaza. Capables de voler pendant plus de 30 heures et à des hauteurs de 10 000 mètres (30 000 pieds), les drones transmettent des informations en temps quasi réel au QG de Frontex à Varsovie." La Pologne espère aussi adopter un "canon sonore monté sur un véhicule qui envoie des rafales ’assourdissantes’ allant jusqu’à 162 décibels pour forcer les gens à faire demi-tour." Devons-nous aussi simplement ignorer comment la Pologne a été la servante des forces qui ont détruit l’Irak et l’Afghanistan tout en instaurant un régime sexiste d’extrême droite chez elle ? Les troupes ukrainiennes sont elles aussi allées en Irak. Le Royaume-Uni, le Canada et la France, entre autres, se sont empressés d’envoyer de l’argent à la Cour pénale internationale (CPI) pour enquêter sur les crimes de guerre russes en Ukraine, alors que la CPI a du mal à trouver des fonds pour poursuivre les crimes de guerre en Afghanistan, en Syrie et en Irak. Notre responsabilité est de demander pourquoi. La justice libérale est entrelacée avec le racisme systémique, car les ressources occidentales sont acheminées vers l’Ukraine pour une "crise en Europe" mais retenues dans des situations où les pays occidentaux s’opposent à la responsabilité de leurs propres crimes de guerre. Il en va de même pour l’aide humanitaire. Sous cet angle, comme l’écrit Ralph Wilde, les théâtres des sympathies européennes officielles pour l’Ukraine apparaissent comme "un éclairage sociopathique et raciste du peuple irakien", et des nombreux autres dépossédés par les guerres européennes et nord-américaines.

L’accent mis par les médias sur les cocktails Molotov en Ukraine donne l’impression que cette guerre est gagnée uniquement grâce à une stratégie radicale d’autodéfense du peuple - un peu comme celle des Palestiniens, qui ne reçoivent bien sûr pas cette adulation. L’Ukraine est un contexte différent de "protection de ta terre", non pas parce que la lutte pour l’autodétermination n’est pas forte - au contraire, nous avons été témoins de la force collective et du courage de la résistance ukrainienne, mais parce que l’effort de guerre ukrainien est dirigé d’en haut par l’appareil d’État et soutenu de l’extérieur par une force de combat bien financée, enveloppée d’intérêts impérialistes et capitalistes. Ce facteur demande une distinction entre les intérêts nationaux ukrainiens populaires et les intérêts de l’État capitaliste ukrainien, ainsi qu’un compte-rendu de la façon dont ce dernier a dépossédé les premiers par la militarisation/austérité depuis 2014. L’Ukraine a hérité de 30% du stock militaire soviétique, a quadruplé ses dépenses militaires au cours des dix dernières années et comptait près de 500 000 soldats (250 000 réguliers et une garde nationale forte de 250 000 hommes, qui intègre dans ses rangs des groupes néofascistes comme les bataillons Aidar et Azov) avant le début des hostilités. Elle dispose d’une industrie nationale de l’armement avancée et est devenue le destinataire d’armes antichars, de systèmes antiaériens, de technologies de drones et d’armes lourdes hautement sophistiquées comme ces derniers mois. En bref, l’Ukraine dispose d’une armée professionnelle permanente qui est sans doute plus impressionnante que celle de n’importe quel membre d’Europe de l’Est de l’OTAN (et seulement derrière la Turquie et la Russie dans la région). Depuis l’invasion, les États-Unis se sont engagés à verser plus de 1,7 milliard de dollars d’"aide létale" à l’Ukraine, en plus des 2,5 milliards de dollars dépensés entre 2014 et 2021, formation comprise, et d’autres alliés de l’OTAN. Le 28 avril, le Congrès américain a autorisé 33 milliards de dollars pour plus d’artillerie, d’armes antichars et d’autres matériels, ainsi qu’une aide économique et humanitaire. Comme le rapporte le New York Times, une fois combinés, "les États-Unis autoriseraient 46,6 milliards de dollars pour la guerre en Ukraine, ce qui représente plus des deux tiers de l’ensemble du budget annuel de défense de la Russie, qui s’élève à 65,9 milliards de dollars... À titre de comparaison, le Pentagone a estimé l’an dernier le coût total de la guerre en Afghanistan de 2001 à 2020 à 816 milliards de dollars, soit environ 40,8 milliards de dollars par an". L’augmentation drastique de l’aide militaire américaine et, surtout, l’invocation de la loi Lend-Lease de 1941 de Roosevelt, jugeant ainsi la défense de l’Ukraine "vitale pour la défense des États-Unis", laissent présager une escalade et les intérêts américains dans une longue guerre. Si cette "aide" a permis de freiner l’avancée russe, il est important de réfléchir sur le long terme à la façon dont la militarisation "dégouline" dans la vie des gens de la classe ouvrière qui essaient de joindre les deux bouts.


S’il n’y a pas de pain, qu’ils mangent des fusils : Réformes néolibérales et militarisation

La militarisation de l’Ukraine depuis 2014 a été couplée à des réformes néolibérales visant à faciliter la croissance du capital au détriment de la reproduction des ménages de la classe ouvrière. Depuis le début de la guerre en 2014, l’État a institutionnalisé des coûts de reproduction sociale considérablement réduits par le biais de ce que Jennifer Mathers appelle "des demandes extraordinaires sur la société civile - et en particulier sur les ménages et les femmes dont les ressources sont déjà trop sollicitées", justifiées et normalisées par les besoins de l’effort de guerre et les appels au "sacrifice" pour "la nation"[vi] Le coût des dépenses de sécurité nationale, qui a quadruplé au cours de la dernière décennie, a été socialisé par le biais de budgets d’austérité - les femmes absorbant les réductions du salaire social et du secteur public. Les institutions financières internationales comme le FMI ont imposé des limites strictes aux dépenses sociales, avec des conséquences importantes pour les femmes, notamment l’élimination de facto des subventions aux carburants, entraînant une hausse des prix du gaz, du chauffage, de l’électricité et des transports, des réductions radicales des dépenses de santé, d’éducation et des prestations d’aide à l’enfance, et une réforme majeure du système de retraite. On peut soutenir qu’à partir de 2015, les "lois de dé-communisation"[vii], qui ont interdit les partis politiques et les symboles communistes, renommé les villes et les rues de l’ère soviétique et facilité la persécution des universitaires et des militants de gauche, le tout sous la même étiquette générale, ont également inclus la "dé-communisation" de la politique sociale. De nouvelles réformes sociales et économiques ont été étendues au nom de la modernisation et de l’européanisation du peu d’État providence qui restait après les réformes de la thérapie de choc des années 90. Contrevenant à la constitution ukrainienne, qui proclame que l’Ukraine est un État providence, Commons rapporte que les réformes ont inclus une réduction des amendes pour les employeurs en cas de non-respect du droit du travail, la dérégulation des codes de santé et de sécurité au travail, un système de retraite nouvellement privatisé, une diminution des dépenses médicales et un mouvement vers la privatisation des soins de santé. Par rapport à 2013, en 2016, l’État a réduit les dépenses de santé de 36,3 %, l’éducation de 36,2 % et la fonction publique de 30,6 %[viii]. Les réformes économiques poussées par le FMI et adoptées par l’État ukrainien ont accéléré la hausse des inégalités, 67 % des ménages ukrainiens se caractérisant comme "pauvres" en 2021. La dépossession par l’austérité/militarisation a entraîné la féminisation de l’emploi précaire et de la pauvreté.

Pour les deux millions de personnes qui ont été déplacées par la guerre dans le Donbass, avant le début de l’agression actuelle, la reproduction sociale a été presque impossible au cours des huit dernières années. En novembre 2014, l’État ukrainien a cessé de financer les services gouvernementaux dans les zones séparatistes de la région, y compris les pensions. Il s’agit d’un exemple particulièrement frappant de l’expropriation du travail passé et de la mise à disposition actuelle des travailleurs retraités dans le pays. De nombreux citoyens ukrainiens ayant droit à une pension de vieillesse, qui se trouvaient vivre de l’autre côté de la ligne de front, ont dû traverser la frontière pour entrer dans le territoire contrôlé par l’Ukraine afin de recevoir leur pension. En 2016, une mesure de contrôle stricte a été introduite par le gouvernement ukrainien, obligeant les "personnes déplacées à l’intérieur du pays" à s’enregistrer à une adresse en territoire contrôlé par le gouvernement et à se présenter tous les deux mois pour conserver leur droit à la pension. De nombreuses personnes âgées, principalement des femmes vivant dans les régions occupées, ont dû voyager tous les 60 jours pendant jusqu’à 24 heures en bus, à pied, en faisant de longues files d’attente, sans abri et sans conditions de base comme des salles de bain, pour accéder à leurs pensions d’un montant moyen de 90 dollars par mois. Les travailleurs incapables de se déplacer en raison de problèmes de santé et de mobilité se sont retrouvés sans même ce revenu. De décembre 2018 à avril 2019, 18 personnes âgées sont décédées de complications de santé principalement liées au cœur alors qu’elles effectuaient le difficile voyage à travers la " ligne de contact " séparant les belligérants[ix]. L’ONU estime que 400 000 personnes ont perdu l’accès à leurs pensions depuis la mise en place de la règle des 60 jours en 2016. Le Fonds de pension de l’Ukraine aurait accumulé une dette de 86 milliards de hryvnas (environ 3,5 milliards de dollars US) due aux retraités qui vivent dans des zones contrôlées par le gouvernement. Cela représente une expropriation directe des travailleurs ukrainiens par l’État, légitimée par la guerre.

La violence contre les femmes s’est également intensifiée à cause de la guerre. Mathers écrit que "les corps masculinisés voyagent pour participer aux opérations de combat en tant que soldats. Lorsqu’ils reviennent dans le monde de la paix pour se remettre des blessures physiques et psychologiques de la guerre, ils sont pris en charge en grande partie par les ménages en raison des coupes dans la fourniture de soins de santé par l’État."[x] En 2018, les parties des régions de Donetsk et de Louhansk contrôlées par l’Ukraine ont respectivement connu une augmentation de 76% et 158% des cas signalés de violence domestique par rapport à la moyenne des trois années précédentes. Les membres de l’armée et de la police sont exemptés des procédures administratives des tribunaux de juridiction générale, ce qui sert essentiellement à les protéger des poursuites pénales pour violence domestique.

Main d’œuvre migrante, reproduction sociale et " blancheur frontalière ".

L’économie industrialisée, l’infrastructure publique et la main-d’œuvre qualifiée de l’Ukraine post-soviétique ont connu une période d’accumulation primitive grâce aux réformes néolibérales de la thérapie de choc, formant ainsi sa propre saveur de l’État capitaliste, celle d’une kleptocratie néolibérale[xi]. En conséquence, comme d’autres Européens de l’Est dans les années 90, les mères et les grands-mères ukrainiennes ont travaillé comme employées de maison migrantes, laissant leurs familles derrière elles, nettoyant les maisons des riches Italiens, Allemands, Polonais, Américains et Canadiens et effectuant le travail social de reproduction qui incombait auparavant aux "femmes blanches" occidentales[xii]. Depuis 2014, un nombre dramatiquement plus important d’Ukrainiens a été mobilisé en tant que main-d’œuvre sociale reproductive bon marché, envoyant une grande partie de leurs revenus pour couvrir les lacunes des prestations de l’État dans leur pays et compenser les dommages de la guerre et de la militarisation. Ces travailleurs n’ont pas été accueillis avec de la soupe chaude, des téléphones et des prestations de l’UE aux frontières de l’Union européenne, alors que leur pays était pillé par des réformes néolibérales "orientées vers l’Europe". Voici l’histoire "heureuse" d’un travailleur migrant ukrainien, déplacé par la pauvreté et la guerre, en Pologne pendant le COVID-19 :

IDI4 est arrivée en Pologne depuis Berdiansk en 2018. Sa fille de 5 ans l’a rejointe en septembre 2020. Son mari est mort à la guerre en octobre 2019. En Ukraine, elle a étudié la comptabilité et a eu divers emplois dans le commerce de détail et l’administration. En Pologne, elle a étudié les soins médicaux dans un collège de formation et travaille maintenant comme nettoyeuse dans un bloc chirurgical d’un hôpital. [...] À l’hôpital, il y a maintenant des procédures minutieuses, une grande quantité d’équipements de protection qui doivent être portés et changés, des tests réguliers et des formations répétées pour garantir la propreté. Elle se sent responsable et prend soin de bien se nettoyer avant de rentrer chez elle. Elle reçoit une prime Covid de 250 PLN. Sa fille va à l’école maternelle pendant qu’elle est au travail, mais l’accompagne dans des travaux de nettoyage supplémentaires chez un ami médecin, où la fille joue avec ses enfants pendant qu’elle nettoie.

En 2020, le nombre de travailleurs ukrainiens vivant à l’étranger a été estimé entre 2,2 et 2,7 millions, ce qui équivaut à 13-16% de l’emploi total dans le pays. Fin février 2020, le nombre d’Ukrainiens en Pologne était passé à 1 390 978, dont 44% de femmes, principalement employées dans le secteur précaire des soins dans les grandes villes. L’Ukraine est le dixième plus grand bénéficiaire d’envois de fonds au monde en termes absolus, et en 2020, ceux-ci représentaient 9,8% du PIB du pays[xiii]. Selon les nouvelles données de la Banque nationale, en 2021, les envois de fonds vers l’Ukraine ont dépassé 19 milliards de dollars. En 2018, 33% des envois de fonds provenaient de Pologne, 32% d’autres États membres de l’UE, 9% de Russie et 9% des États-Unis et du Canada. Les envois de fonds ont contribué à environ 50-60% du budget des ménages bénéficiaires et "par rapport aux ménages ne recevant pas d’envois de fonds, les dépenses des familles avec des travailleurs migrants pour le logement et l’éducation étaient 2-4 fois plus élevées et pour la nourriture 20% plus élevées." Alors qu’en Ukraine, les coûts de la reproduction sociale ont été déchargés sur les ménages qui préparent les travailleurs à être envoyés à l’étranger, dans les pays de l’UE, la force de travail ukrainienne qui arrive est "gratuite", c’est-à-dire qu’elle est "payée" par le travail passé des ménages et des communautés en Ukraine, tandis que son renouvellement continu par la subsistance est bon marché car les travailleurs migrants sont exclus des avantages de l’État et de la citoyenneté sociale de l’UE en général.

La reproduction sociale des citoyens de l’UE et des travailleurs ukrainiens est déterminée géographiquement et enchevêtrée dans des dynamiques co-constitutives de genre, de race et de classe, avec en toile de fond la "menace" des réfugiés noirs et bruns. Le travail genré "produit la nation" et forme les frontières de l’Europe. Comme l’affirment Daria Krivonos et Anastasia Diatlova, "c’est par l’échange symbolique des femmes et de leur travail reproductif entre l’Est et l’Ouest que l’Europe voit le jour"[xiv] L’un des paradoxes de la rhétorique anti-migrants d’Europe centrale envers le Sud est que cette région a largement bénéficié de la migration de l’Est, y compris de l’Ukraine[xv]. Alors que les femmes polonaises sont employées comme domestiques dans les pays d’Europe occidentale, "dans leurs contacts avec les domestiques ukrainiens, les employeurs polonais se comportent néanmoins souvent comme des représentants paternalistes autoproclamés des valeurs et des modes de vie occidentaux"[xvi] La blancheur ne forme donc pas une dichotomie mais un gradient[xvii] Les gradations de "blancheur périphérique", ou de proximité avec l’Europe, vont de Bruxelles à Varsovie, de Varsovie à Lviv, de Lviv à Donetsk. La racialisation des femmes d’Europe de l’Est dans l’industrie des soins et du travail domestique a des modes de fonctionnement politico-économiques concrets, ancrés dans la marchandisation des soins en Europe occidentale néolibérale[xviii] et la féminisation continue de la pauvreté en Europe de l’Est, avec sa propre saveur d’austérité militarisée dépossédante dans l’Ukraine post-2014.

Tout comme la main-d’œuvre migrante, l’industrie ukrainienne des technologies de reproduction assistée ou "repro-tourisme" est aussi profondément dépendante des réseaux transnationaux, de la classe et de la racialisation - littéralement orientée vers la reproduction de bébés européens "blancs" par des travailleurs sociaux reproducteurs blancs "plus pauvres". L’industrie des mères porteuses en Ukraine se positionne comme plus compétitive par rapport aux industries des mères porteuses en Inde ou en Thaïlande, en grande partie grâce à la "blancheur" et à l’"européanité" des travailleurs. Pendant la première et la deuxième vague de la pandémie de COVID-19, l’agence de maternité de substitution commerciale BioTextCom à Kiev a été sous les feux de la rampe, lorsque des bébés nés de gestatrices ukrainiennes, pour la plupart d’Europe occidentale, se sont retrouvés "apatrides " dans un hôtel en raison de la fermeture de la pandémie. Autrefois accusée de trafic d’êtres humains parce que les médecins fournissaient du biomatériau provenant de sources ukrainiennes inconnues au lieu des parents biologiques, l’industrie est à nouveau sous les feux des projecteurs avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’État ukrainien ne recueille pas de statistiques officielles sur la maternité de substitution en Ukraine, mais il est peut-être le leader de l’industrie de la maternité de substitution commerciale pour les étrangers, avec environ 2 000 à 3 000 bébés nés de la maternité de substitution chaque année. Alors que le coût pour les parents potentiels est de 38-45 000 dollars, les mères porteuses ne sont payées que 300-400 dollars par mois et 15 000 dollars supplémentaires à la fin de la grossesse. Lorsque l’invasion a commencé, environ 800 couples attendaient un enfant d’une mère porteuse en Ukraine. À cause de l’invasion, les mères porteuses, les infirmières et les enfants sont tous bloqués une fois de plus. Les mères porteuses sont placées dans une situation où elles doivent continuer à fournir des soins au-delà du contrat convenu et attendre d’être payées jusqu’à ce que les parents adoptifs occidentaux puissent enregistrer le bébé, né apatride - ni citoyen ukrainien, ni citoyen de l’UE, et non enregistré en Ukraine. Certaines mères porteuses ukrainiennes ne peuvent pas se réfugier en Europe occidentale loin de la guerre, de peur d’être "obligées de s’enregistrer en tant que tuteur légal des bébés en vertu de la loi moins permissive sur les mères porteuses". Le régime frontalier de l’UE et la réglementation différentielle et inégale de l’industrie et du travail reproductif à travers le fossé Est-Ouest, déchargent les risques économiques associés à la maternité de substitution (potentiellement à vie) sur le travailleur.

L’industrie commerciale de la maternité de substitution en Ukraine est un exemple de reproduction externalisée pour les pays occidentaux plus riches, où le travail reproductif n’a pas du tout besoin de migrer vers l’UE, mais a plutôt lieu entièrement à l’intérieur de la périphérie. En 2018, les journalistes ont rapporté que le marché des mères porteuses rapporte plus de 1,5 milliard de dollars US à l’Ukraine chaque année. Bien que la grossesse et la naissance d’une mère porteuse ne comptent pas dans le temps de travail de la mère porteuse pour la retraite, l’industrie et ses clients s’appuient sur la reproduction sociale passée "gratuite" de la mère porteuse en Ukraine, ainsi que sur les infrastructures générales de soins du pays, datant en grande partie de l’ère soviétique. Les mères porteuses ukrainiennes renoncent à tous les droits liés au contrôle de leur grossesse, tout en risquant l’abandon d’enfants non désirés, notamment ceux qui sont handicapés, par les parents clients. Les donneurs d’ovules et les mères porteuses en Ukraine "sont construits dans les discours des cliniques d’infertilité et des agences de recrutement comme des porteurs de blancheur (à la fois en termes de production d’enfants blancs et d’appartenance à la ’culture blanche’), de féminité et d’hypersexualité par rapport aux receveurs majoritairement européens."[xix] La page Web "À propos de nous" de BioTextCom indique : "Bienvenue dans la plus grande base de donneurs de type européen. Le pool génétique ukrainien est considéré comme le meilleur pour le traitement de l’infertilité" - caractérisant explicitement la nationalité ukrainienne comme européenne et plus fertile, donc implicitement plus désirable que la maternité de substitution dans le Sud global, sans parler de l’homogénéisation des différents Ukrainiens. En suivant la critique de Hill Collins sur la citoyenneté et le nationalisme d’un point de vue féministe noir, je postule qu’en vendant la "blancheur" à bas prix, BioTextCom délimite racialement le "bon" et le "mauvais" type de féminité : les femmes blanches, qui donnent naissance au "bon type" d’enfants, les futures citoyennes européennes désirables (dans ce cas), par opposition aux "Autres" indésirables[xx]. La description des donneuses d’ovules sur la base de données est classée racialement par "beauté, intellect, santé, humanité" - dans cet ordre exact de priorité. La partie "beauté" est délimitée à la fois par l’exotisme des origines "mixtes" eurasiennes et la "blancheur" qui en résulte néanmoins :

"Certaines personnes disent que la beauté des dames ukrainiennes s’explique par les nombreuses conquêtes et réinstallations de personnes qui ont entraîné un riche mélange génétique. Nous ne pouvons pas en être sûrs. La seule chose que nous pouvons affirmer avec certitude, c’est que les experts et les passionnés de beauté féminine sont unanimes pour dire que les Ukrainiennes sont les plus belles du monde, si l’on entend par là une apparence de type européen. Une corpulence et un poids réguliers, des yeux, des cheveux et une peau clairs, des traits de visage fins comptent en faveur des donatrices ukrainiennes."

Les références aux conquêtes orientales passées, incarnées par les femmes ukrainiennes, impliquent une position de la frontière de l’européanité, de la civilisation et de la blancheur qui est nouvelle. En cachant la féminisation accrue du travail précaire et de la pauvreté en Ukraine depuis 2014, BioTextCom garantit que la plupart des donateurs sont de la "classe moyenne" et principalement motivés par la charité et non par la pauvreté, comme c’est soi-disant le cas dans le Sud global. C’est loin d’être la vérité. Les entretiens avec les travailleuses de substitution montrent que si certaines femmes qui se lancent dans la maternité de substitution en Ukraine sont déplacées par la guerre dans la région du Donbass, d’autres, originaires de plus petites villes ukrainiennes, se lancent dans la maternité de substitution pour compléter leurs revenus afin de subvenir à leurs besoins essentiels. De toute évidence, "l’Ukraine" est employée à produire de la blancheur car elle réside à sa frontière, où sa fonction est en grande partie attribuée au maintien d’une frontière autour de la civilisation pour et à l’intérieur de l’Europe par le biais d’un travail social reproductif bon marché[xxi].

Le monde encourage l’Ukraine

Encore une fois, lorsque nous entendons aux informations que " l’Ukraine mène une guerre européenne " et que " l’Ukraine défend l’Europe ", au milieu d’images de femmes " blanches pauvres " en fuite avec leurs enfants, qui sont prioritaires par rapport aux " Autres " racialisés, " l’Ukraine " devient " blanche " dans l’imaginaire mondial. C’est-à-dire que "l’injonction à ’retourner en Europe’ par le biais de l’européanisation est permise et conditionnée par les mythologies de la civilisation occidentale, et cette européanisation marque et naturalise la blancheur raciale"[xxii] Le paradoxe est que l’existence de l’Europe en tant que telle n’a été possible que grâce à l’exploitation des travailleurs du monde entier par l’expropriation des ressources et, aujourd’hui, par les réformes économiques néolibérales et reproduites par la main-d’œuvre féminisée. Cela inclut la main-d’œuvre bon marché d’Ukraine, qui est relativement "privilégiée" par rapport à la main-d’œuvre migrante du Sud (mais en aucun cas aussi privilégiée que les classes moyennes occidentales). Le concept de W.E.B. DuBois du "salaire psychologique" de la blancheur éclaire la relation entre la race et la classe dans la fabrication du travailleur blanc pauvre : "Il faut se rappeler que le groupe de travailleurs blancs, bien qu’il reçoive un faible salaire, était compensé en partie par une sorte de salaire public et psychologique. Ils recevaient une déférence publique et des titres de courtoisie parce qu’ils étaient blancs".[xxiii] Construit par l’État ukrainien et les élites libérales et accueilli favorablement en Occident, le nationalisme ukrainien en tant que processus de "retour à l’Europe" est enchevêtré dans les relations historiquement inégales entre les sexes et les races du capitalisme mondial, comme le révèle une perspective de reproduction sociale mondiale. La population ukrainienne déjà appauvrie, qui manque de ressources dans le secteur public précaire et les soins de santé, subventionne l’effort de guerre avec le travail des ménages - socialisant les coûts de la guerre et de la défense au détriment des moyens de subsistance des gens. Quel est le caractère de l’autodétermination de l’Ukraine, qui l’"Ukraine" représente-t-elle et inclut-elle, et quel est le futur projet politique ? En gardant à l’esprit les problèmes structurels de la militarisation, du nationalisme et de l’austérité, et en gardant un œil sur l’avenir de l’après-guerre, la résistance à l’impérialisme russe - avec ses racines dans l’Empire russe tsariste, les politiques contradictoires du nationalisme soviétique et la dépossession de la paysannerie - se traduira-t-elle par la création de solidarités avec les luttes et mouvements anti-impérialistes et anticapitalistes du Sud ? Cela nécessiterait de repenser l’Ukraine comme un projet politique antiraciste, pluraliste et socialiste d’en bas, et, de manière cruciale, une critique de l’eurocentrisme.

Victoire au peuple travailleur d’Ukraine, solidarité avec le mouvement anti-guerre russe !

[i] Voir les initiatives et travaux suivants : Tagungsbericht : Historicizing "Whiteness" in Eastern Europe and Russia, 25.06.2019 - 26.06.2019 Bucharest, in : H-Soz-Kult, 17.10.2019. www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-8478 ; Paul Stubbs. 2022. " Collonialism, Racism, and Eastern Europe : Revisiting Whiteness and the Black Radical Tradition 1". Sociological Forum 37, no. 1 : 311-19 ; Böröcz, József. " ’Eurowhite’ Conceit, ’Dirty White’ Ressentment : ’Race’ in Europe. " Sociological Forum 36, no. 4 (1er décembre 2021) : 1116-34 ; Daria Krivonos et Anastasia Diatlova. 2020. " What to Wear for Whiteness ? Whore’ Stigma and the East/West Politics of Race, Sexuality and Gender". Intersections EEJSP 6(3) : 116-132 ; Sedef Arat-Koç. 2014. " Rethinking Whiteness, ’Culturalism,’ and the Bourgeoisie in the Age of Neoliberalism " In Theorizing Anti-Racism : Linkages in Marxism and Critical Race Theories, ed. Abigail B. Bakan et Enakshi Dua. Toronto : University of Toronto Press, 311-339 ; Agathangelou, Anna M. 2004. The Global Political Economy of Sex : Desire, Violence and Insecurity in Mediterranean Nation States. Basingstoke : Palgrave MacMillan.

[ii] Une vision élargie de la production, telle que développée par le féminisme de la reproduction sociale découlant de la critique de l’économie politique de Marx, inclut à la fois la production de surplus et diverses formes de reproduction sociale - le travail mental, manuel et émotionnel impliqué dans le maintien de la vie actuelle et future - comme un processus nécessaire et intégré. Voir Barbara Laslett et Johanna Brenner. 1989. " Gender and Social Reproduction : Perspectives historiques." Annual Review of Sociology 15 : 381-404 ; Tithi Bhattacharya. ed. 2017. Social Reproduction Theory : Remapping Class, Recentering Oppression. Londres : Pluto Press.

[iii] Sue Ferguson et David McNally. 2015. “Precarious Migrants : Gender, Race and the Social Reproduction of a Global Working Class". Socialist Register (Merlin Press, 2014) : 1-23 ; Jennifer G. Mathers. 2020. " Women, war and austerity : IFIs and the construction of gendered economic insecurities in Ukraine". Review of International Political Economy 27(6) : 1235-1256.

[iv] Sur l’"inclusion différentielle" en Amérique du Nord et en Europe occidentale, voir : Bridget Anderson. 2010. " Migration, immigration, controls and the fashioning of precarious workers ". Travail, Emploi et Société 24(2) : 300-317 ; Judy Fudge. 2012. "Precarious migrant status and precarious employment : The paradox of international rights for migrant workers." Comparative Law and Policy Journal, 34, 95 ; Leah F. Vosko. 2019. Disrupting Deportability : Transnational Workers Organize. Ithaca : Cornell University Press ;

[v] Taylor Hanna, David K. Bohl, Jonathan D. Moyer. 2021. " Assessing the Impact of War in Yemen : Pathways for Recovery". United Nations Development Programme, 3-67, 32. https://www.undp.org/publications/assessing-impact-war-yemen-pathways-recovery?fbclid=IwAR2RWLa63a38d7JdxDFHpdaod-#modal-publication-download

[vi] Jennifer G. Mathers. 2020. " Women, war and austerity : IFIs and the construction of gendered economic insecurities in Ukraine". Review of International Political Economy 27(6) : 1235-1256.

[vii] Council of Europe. 2015. " Joint Interim Opinion on the Law of Ukraine on the condemnation of the communist and national socialist (Nazi) regimes and prohibition of propaganda of their symbols, adopted by the Venice Commission at its 105th Plenary Session, " Venise, 18-19 décembre. https://www.venice.coe.int/webforms/documents/?pdf=CDL-AD(2015)041-e Accessed March 15, 2022.

[viii] Jennifer G. Mathers. 2020. " Women, war and austerity : Les IFI et la construction d’insécurités économiques genrées en Ukraine". Review of International Political Economy 27(6) : 1235-1256, 1239.

[ix] Rapport de l’OSCE, 8 avril 2019. https://www.osce.org/files/f/documents/d/0/417005.pdf Consulté le 15 mars 2022.

[x] Jennifer G. Mathers. 2020. " Women, war and austerity : IFIs and the construction of gendered economic insecurities in Ukraine". Review of International Political Economy 27(6) : 1235-1256, 1236.

[xi] Volodymyr Ishchenko et Yulia Yurchenko 2019. "Ukrainian Capitalism and Inter-Imperialist Rivalry". Dans Immanuel Ness et Zak Cope (eds.), The Palgrave Encyclopedia of Imperialism and Anti-Imperialism. Palgrave Maacmilan.

[xii] Bien que je me concentre ici en particulier sur la reproduction sociale, ce secteur est un parmi d’autres, comme le tourisme, l’agriculture saisonnière, la construction, où les travailleurs migrants ukrainiens trouvent un emploi - des emplois qui sont caractérisés comme sales, dangereux et précaires. Voir aussi Sara Farris. 2018. "Social reproduction and racialized surplus populations". Dans Peter Osborne ; Éric Alliez et Eric-John Russell, eds. Capitalism : Concept, Idea, Image - Aspects of Marx’s Capital Today. Kingston upon Thames : CRMEP Books, 121-134.

[xiii] Ce nombre a probablement diminué à la suite de la pandémie de Covid-19.

[xiv] Daria Krivonos et Anastasia Diatlova. 2020. " What to Wear for Whiteness ? Whore’ Stigma and the East/West Politics of Race, Sexuality and Gender". Intersections EEJSP 6(3) : 116-132, 120.

[xv]Alexandra Levitas. 2020. " Care Work During Covid-19 : Health Implications of Ukrainian Migration into Poland". Spotlight CMR. 19, 2-5.

[xvi] Anna Safuta. 2018. "Eastern Europeans’ ‘peripheral whiteness’ in the context of domestic services provided by migrant women." Tijdschrift voor Genderstudies 21(3) : 217 - 231, 225.

[xvii] Les chercheurs ont montré que la racialisation des travailleurs migrants ukrainiens en Hongrie fonctionne à travers le prisme des discours racistes existants sur la population rom en Hongrie : "En complétant les processus économiques et sociaux contemporains par des règles spéciales de substitution et de transformation, l’attitude sociale à l’égard d’un étranger venant de l’"Ukraine" semble proche de celle à l’égard d’un "Gitan". Ce processus est important car l’adaptation des éléments de contenu des catégories ethniques aide à articuler les différences sociales de l’"Ukrainien", tout en renforçant le système d’inégalités structurelles dans la société locale, un processus qui remonte à des temps plus anciens." Voir Borbély Sándor. "The Ukrainian is a nefarious Gipsy” – micro-policy of the foreign immigration in the borderland settlement of Kispalád." Tér és Társadalom Vol. 29. No. 3. doi:10.17649/TET.29.3.2708, 4. Voir aussi : Tibor Meszmann et Olena Fedyuk. 2019. " Snakes or Ladders ? Job Quality Assessment among Temp Workers from Ukraine in Hungarian Electronics". Central and Eastern European Migration Review 8(1) : 75-93.

[xviii] Sara Farris. 2017. In the Name of Women’s Rights : The Rise of Femonationalism. Londres : Duke University Press.

[xix] Polina Vlasenko. 2015. Dans (In)Fertile Citizens : Anthropological and Legal Challenges of Assisted Reproduction Technologies, Lab of Family and Kinship Studies Department of Social Anthropology and History University of the Aegean, octobre, 197-217, 202.

[xx] Patricia Hill Collins. 2009. Black Feminist Thought : Knowledge, Consciousness, and the Politics of Empowerment. [2e éd.]. New York : Routledge.

[xxi] Je remercie mes collègues et amis, Lina Nasr El Hag Ali, Rhaysa Ruas, Brent Toye et Sophia Ilyniak pour les discussions autour de ce concept.

[xxii] Nadezhda Husakouskaya et Randi Gressgård. 2020. " Europeanization as Civilizational Transition from East to West : Racial Displacement and Sexual Modernity in Ukraine". Intersections : East European Journal of Society and Politics 6(3) : 74-96, 76.

[xxiii] WEB Du Bois.1935. Black Reconstruction in America, 1860-1880. New York : Harcourt, Brace and Company, 700.

Traduction dndf.org
Source
Proposé par Philippe

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Rubrique "Publications"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 14685