Une tribune pour les luttes

Deux infos express de Grèce

par Yannis Youlountas

Article mis en ligne le mardi 2 août 2022

1- Tout d’abord, Yannis Michailidis a suspendu sa grève de la faim au bout de 67 jours alors qu’il était sur le point d’atteindre le point de non retour (risque de coma irréversible dû à sa très forte hypoglycémie), dans une ambiance très tendue en Grèce entre le mouvement social et le pouvoir, et pas seulement du côté des anarchistes et des antiautoritaires. Toute la gauche a également pris position en faveur du prisonnier dans ce qui est devenu un scandale d’État (un de plus). Dans sa lettre d’explication (ci-dessous), Yannis Michailidis insiste sur le fait que c’est une suspension provisoire et non un arrêt définitif :

http://blogyy.net/2022/07/29/michailidis-avis-ds-suspension-non-cessation-de-la-greve-de-la-faim/

Cependant, quelques observateurs étonnés semblent regretter que le prisonnier anarchiste ne soit pas allé "jusqu’au bout" (sic) dans son bras de fer, au vu de l’ambiance de plus en plus explosive en Grèce. Ce point de vue semble oublier qu’il existe un risque pire encore que de mourir pour les militants en grève de la faim : celui de sombrer dans un état végétatif, entre la vie et la mort, et de devenir le jouet de l’État, selon son bon vouloir, en perdant ce qu’il leur reste de liberté. En effet, le pouvoir peut commander à des médecins soumis de maintenir en vie un gréviste de la faim dont l’existence est irrémédiablement détruite, ce qui aux yeux de beaucoup d’entre nous est le comble de l’horreur.

D’autre part, et plus important encore, nous ne sommes pas des héros ni des martyrs, mais juste des humains amoureux de la vie à défendre. Yannis Michailidis continue résolument sa lutte sans relâche, mais il n’a pas sacrifié sa vie sur l’autel du spectacle. Il n’a pas commis l’acte symbolique de se laisser mourir sur scène pour transmettre un message quelconque. Car la première chose qui parle pour nous, ce sont nos actes. Lutter au risque de mourir, ce n’est pas du tout la même chose que choisir délibérément la mort, le sacrifice sur la place publique ou la chute finale au milieu du chemin. Lutter au risque de mourir, c’est simplement prendre des risques supplémentaires, alors que de toutes façons, dès notre premier souffle, l’existence est constituée d’épreuves parfois mortelles, de la petite enfance aux derniers instants.

Lire la suite :
http://blogyy.net/2022/07/30/avec-yannis-michailidis-vivant-parce-que-nous-sommes-du-cote-de-la-vie


2- Autre sujet : la forte baisse de la participation à l’appel à soutien du 1er juillet pour les initiatives solidaires autogérées en Grèce, qui nous conduit à une nécessaire prolongation de l’appel à soutien durant le mois d’août.

Exactement un mois s’est écoulé depuis notre appel à soutien du premier juillet et, malheureusement, ce que nous avions déjà remarqué depuis un an se confirme : la participation est fortement à la baisse et les moyens sont en chute libre. Rien d’étonnant à cela : la situation en France et en Belgique devient très difficile également et beaucoup de gens sont inquiets pour l’avenir.

Par contre, il est très important de préciser : les moyens sont fortement à la baisse, mais pas la solidarité ! En effet, durant tout le mois de juillet, nous avons reçu des dizaines de messages de soutien s’excusant de ne pouvoir participer en ce moment ou accompagnant des chèques en moyenne 4 à 5 fois plus petits qu’à l’habitude.

En résumé, nous avons lu : « nous n’avons plus les moyens d’aider en ce moment, mais nous restons solidaires, bien sûr (…) la solidarité est d’abord une affaire politique, affective, relationnelle (…) nous espérons pouvoir aider une prochaine fois (…) en attendant, tenez bon ! »

Il y a 7 mois déjà, l’appel du 1er janvier 2022 n’avait pas été au niveau des participations précédentes, la chute était de moitié environ (-55% par rapport à l’année précédente), mais nous avions fait avec les moyens du bord, notamment durant les différentes phases du convoi de janvier à avril (compte-rendu publié en mai, cf. lien à la fin de ce message). Nous avions heureusement été soutenus in extremis par quelques amis généreux pour assurer le minimum vital en direction des lieux et collectifs les plus importants à nos yeux, du fait de leurs actions et de nos liens depuis l’origine avec eux. Mais nous avions été contraints d’interrompre provisoirement notre soutien à d’autres et de revoir à la baisse et même d’annuler rapidement plusieurs projets importants.

Les semaines passant, nous étions donc dans la nécessité de refaire un appel, six mois après le précédent, cette fois le premier juillet. Mais la chute de la participation s’est confirmée brutalement (environ -80% par rapport à 2021), avec des messages explicatifs très clairs, montrant « la solidarité au plus haut, mais les moyens au plus bas. »

À de rares exceptions près — que nous saluons chaleureusement — les moyens ne sont donc pas au rendez-vous et nous allons devoir nous débrouiller autrement, même si cela s’avère difficile. Depuis quelques temps, nous sommes en train de réfléchir à tout ça et de chercher d’autres moyens pour ne pas fléchir ni baisser les bras, localement et globalement. C’est un problème crucial et urgent qui se pose un peu partout.

Bref, le mois de juillet vient de se terminer et nous avons logiquement décidé de prolonger l’appel durant le mois d’août, vu la situation. Merci de le faire savoir et/ou de participer si vous le pouvez.

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS
IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
Objet : « Action Solidarité Grèce »

2- Pour participer via PAYPAL, suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=LMQPCV4FHXUGY

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS

Adresse postale : ANEPOS – Action Solidarité Grèce – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

Contact, suggestions, propositions : solidarite chez anepos.net
Tél. France 06 24 06 67 98 / Tél. Grèce (0030) 694 593 90 80

Par contre, surtout, ne participez pas si vous êtes, vous aussi, en difficultés. Comme nous l’avons écrit plus haut, votre solidarité ne se compte pas aux moyens transmis ou pas, au gré des circonstances, mais d’abord à travers le relais, le soutien politique, l’appui révolutionnaire impulsé par-delà les frontières. C’est une sensation extraordinaire que de sentir ce soutien d’un bout à l’autre de l’Europe et au-delà, beaucoup de camarades et compagnons grecs et migrants nous le disent souvent.

Vu le contexte, si vous connaissez des individus ou des collectifs qui peuvent épauler les initiatives solidaires autogérées en Grèce, merci de le faire savoir. Cette aide peut également être ciblée sur une lutte en particulier (parmi toutes celles que nous avons évoquées durant les 11 épisodes du compte-rendu du dernier convoi et toutes les années précédentes) ou même sur un seul lieu (ou groupe) qui vous tient à cœur. Pas de problème. Nous pouvons aussi payer directement un fournisseur sur place par votre intermédiaire, si vous le souhaitez et si le montant le permet (livraisons alimentaires, urgences sanitaires, puériculture, premiers secours, travaux dans les lieux, aide aux frais de Justice, etc.). Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez pas à nous contacter.

Merci de votre solidarité, même si elle est beaucoup moins matérielle en ce moment.

Solidairement,

Maud et Yannis Youlountas avec les membres des actions sur place

Vous trouverez l’appel complet, avec ses annexes 1 (liste des lieux et collectifs aidés), 2 (partir avec nous une prochaine fois) et 3 (compte-rendu du convoi qui s’est déroulé en ce début d’année) dans l’article ci-dessous, que vous pouvez également partager :

http://blogyy.net/2022/08/01/prolongation-de-lappel-a-soutien-durant-le-mois-daout/

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565