Une tribune pour les luttes

"Justice" internationale

Article mis en ligne le vendredi 7 novembre 2003

Les tueurs ricains au-dessus des lois universelles et des institutions internationales !

Et ils s’en vantent !

dimanche 2 novembre 2003,

WASHINGTON (AP) - La Maison Blanche a annoncé samedi que sept autres pays s’étaient engagés à ne pas poursuivre des Américains devant la Cour pénale internationale (CPI), nouvelle juridiction à laquelle les Etats-Unis sont farouchement opposés.

Le Statut de Rome (1998), acte fondateur de ce premier tribunal permanent chargé de la répression du génocide et des crimes de guerre, a jusqu’à présent été ratifié par 90 pays. Mais Washington voit dans cette Cour une remise en cause de sa souveraineté nationale susceptible d’aboutir à des poursuites contre ses représentants ou ses soldats, présents hors des frontières américaines, pour des motifs politiques.

L’administration Bush a signé avec plus d’une trentaine de pays des accords bilatéraux exemptant les ressortissants américains de poursuites devant la CPI. Les derniers en date sont Antigua et Barbuda, le Botswana, le Ghana, le Malawi, le Nigeria, l’Ouganda et le Timor oriental, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le président George W. Bush a d’autre part ajouté samedi la Roumanie à la liste des pays pouvant bénéficier d’une aide des Etats-Unis en vertu des accords de non poursuite des personnels américains.

Des organisations non gouvernementales de défense des droits l’Homme ont dénoncé les pressions exercées par Washington pour obtenir ce type d’accords bilatéraux. Les autorités américaines menacent ainsi de couper leur aide militaire ou humanitaire, voire de bloquer l’adhésion à l’OTAN de pays d’Europe centrale et orientale.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1160