Une tribune pour les luttes

Samedi 16 février

16ème jour de grève à Carrefour Grand Littoral à Marseille. Rassemblement à 11 heures contre la répression policière et pour la satisfaction des revendications.

Soutenez les gréviste en participant à la "Souscription Grève Grand Littoral"

Article mis en ligne le dimanche 17 février 2008

Samedi 16 février 2008

La grève continue majoritairement. Quelques échauffourées ce matin dans la galerie marchande, si bien que Carrefour Grand Littoral a fermé ses portes. Des négociations s’ouvriraient enfin.

Carrefour le Merlan a débrayé ce matin en solidarité.

Tract distribué ce matin par l’intersyndicale CGT, CFDT :

Carrefour LA HONTE

Devant la détermination des grévistes à défendre leurs revendications, la direction de Carrefour, au lieu de négocier a franchi le seuil de l’intolérable !

Elle n’a pas hésité, avec la complaisance du préfet, à envoyer les forces de police contre nous.

Ils n’ont pas hésité à frapper, blessant notre collègue séverine, enceinte, qui a dû être transportée à l’hôpital.

D’autres personnes ont été blessées : Djamila, Christelle, et Joël Dutto, conseiller général venu nous soutenir.

C’EST INDIGNE !

Comment , après ce coup de force , continuer à travailler comme s’il ne s’était rien passé ?!

Nous appelons tous nos collègues à rejoindre le mouvement

Parce que nous sommes nombreux et déterminés, nous pouvons gagner !

NON,CARREFOUR NE NOUS INTIMIDERA PAS !

Marseille le 16/2/2008


.


Vendredi 15 février

Violences policières contre les grévistes.

La lutte continue à Carrefour Grand Littoral. La grève a été reconduite ce soir très très majoritairement en assemblée générale pour le 16ème jour de grève

En fin d’après-midi, la police est là en nombre à provoquer et charger , envoyant plusieurs personnes, dont une caissière gréviste enceinte et Joël Dutto, vice - président du Conseil Général , à l’hôpital Nord. Les flics n’hésitent même pas à arracher et piétiner l’écharpe tricolore des élus présents. Mais la grève continue. Le centre commercial Grand Littoral est loin de fonctionner normalement et dans la partie de l’hypermarché restée ouverte, il y a bien peu de clients . Les salariés appellent les autres Carrefour à les rejoindre dans le blocage.


Courriel arrivé jeudi

Les travailleuses et travailleurs de Grand Littoral sont en grève intersyndicale reconductible depuis le 1er Février (Infos détaillées ci-dessous).

Cette lutte contre la précarité, les salaires de merde et la
flexibilité
nous concerne tou(te)s. Les camarades prennent de gros risques avec
cette
grève dure, dans le privé. Celles et ceux qui ne peuvent les soutenir
sur
place (des syndicats sont allés leur porter de la bouffe en plus de la
solidarité et du réconfort) peuvent le faire financièrement pour
alimenter
la caisse de grève.

Pour soutenir les grévistes de Grand Littoral , on peut adresser des
chèques
de solidarité à

l’

Union locale CGT Quartiers Nord

20 rue de lyon 13015 Marseille

en
précisant
au dos "Grève Grand Littoral".


Jeudi 14 février 2008

Décision aujourd’hui à 14 heures au sujet de l’assignation en référé d’hier matin mercredi .

Le tribunal
a ordonné à trois des assignés ainsi qu’à toute autre personne participant au mouvement de grève de laisser libre les accès au centre commercial Grand Littoral ainsi qu’à l’hypermarché Carrefour sous peine d’une astreinte de 1000 euros par jour.

Pour les quatre autres, Carrefour a été débouté .

Toujours pas d’avancées dans les négociations.

Demain matin, assemblée générale sur la suite à donner au mouvement.


Mercredi 13 février

Les grévistes ont rendu comme hier visite à d’autres magasins Carrefour de Marseille

Au procès en référé,
l’avocat de lCarrefour a demandé l’expulsion des salariés présents aux entrées du centre commercial sous peine d’astreinte, et les avocats des grévistes ont contesté les réalités des blocages et accusé le grand magasin de
vouloir casser le mouvement de grève .

Mise en délibéré jusqu’à demain


Mardi 12 février

Rassemblement intersyndical réussi de 12 à 14 heures en soutien aux salariés du Grand Littoral, Nombreuses prises de parole assurant que la lutte sera soutenue. Le magasin est fermé, la direction toujours intransigeante..

7 délégués syndicaux dont deux qui n’étaient même pas présents lors des faits reprochés lors du blocage sont assignés demain mercredi à 8 heures trente au Tribunal de Grande Instance de Marseille.

Rendez-vous de soutien aux sept inculpés demain mercredi 13 février à 8 heures trente au TGI de Marseille (bâtiment neuf).
« Ils sont même pas capables de lâcher 50 centimes sur les tickets restaurants. Pourtant en rayon les produits augmentent »

LCR
Interview d’
Amaria Gacemi, déléguée CGT, assistante fabrication à la sandwicherie du Carrefour Grand Littoral


Comment la grève a-t-elle commencé ?

Le 1er février, c’était la grève nationale des personnels de la grande distribution et le magasin était fermé. On a tenu une Assemblée générale avec presque 200 salariés, alors on a voté la reconduction de la grève sur des revendications locales, élaborées en intersyndicale.
Mais du côté de la direction, c’est la porte fermée, ils ne savent que nous répondre : « On peut rien faire, c’est national »... Ils disent qu’on n’est que 30 à faire grève, sur 586 salariés, mais si c’était vrai, ils n’auraient pas eu besoin de faire bosser les cadres à notre place les jours suivants. Ils ont ouvert pendant 4 jours en vendant de la marchandise périmée, car ils ne nettoyaient pas les rayons. Les cadres, ils ne savent que chauffer la chaise. (rires) Ca, ils sauront que c’est moi qui vous l’ai dit.


Quelles sont vos revendications ?

La principale revendication, c’est l’embauche des temps partiel à temps complet, car la tâche est trop importante. Il y a trop d’arrêts maladie, de l’absentéisme, on n’en peut plus. On veut aussi améliorer les conditions de travail. On a des pauses de 3 mn chaque heure, pour aller fumer, pisser. 2O minutes pour manger. La pointeuse est loin, alors quand il y a la queue à la sandwicherie... On demande aussi la revalorisation du ticket restaurant : il est à 3, 05 euros, alors que c’est 4,60 dans les autres magasins.

Quels sont les salaires dans le magasin ?

Moi, je gagne 950 euros pour 36 h ¾, comptées 35... avec 12 ans d’ancienneté.


Qu’est-ce qu’on peut faire pour soutenir votre grève ?

C’est grâce aux dons qu’on a pu organiser le repas aujourd’hui. Ce rassemblement, ça redonne du souffle aujourd’hui, ça rebooste, c’est formidable d’être venus aujourd’hui. Nous, on veut du concret, des négociations, on n’en veut plus du temps partiel. On veut en finir avec cette situation de mépris envers nous. Ils sont même pas capables de lâcher 50 centimes sur les tickets restaurants. Pourtant en rayon les produits augmentent, pour certains de 50 centimes tous les 15 jours. Nous, les croissants, on les regarde, on n’arrive plus à se les payer.

Sarkozy disait qu’il fallait travailler plus pour gagner plus, qu’en pensez-vous ?

(Réponse d’une autre gréviste) : Sarkozy c’est un con, on a déjà du mal à faire 35 heures, qu’il vienne les faire, lui...

Interview réalisée le 12 février par Vincent et Alice


Lundi 11 février :

La grève intersyndicale et le blocage continuent. La direction ne cède rien.

"On ne demande pas la lune : on veut au moins une chose, que le ticket restaurant qu’on nous donne pour déjeuner passe de 3,05 à 4,50 euros. C’est abordable, non ?", explique Smaïl Aït Atmane, délégué CFDT,

Les salarié gagnent mensuellement au maximum 950 euros .

La revalorisation des tickets restaurants couterait environ 198.000 euros annuels quand cet hypermarché Carrefour réalise un chiffre d’affaires d’environ 150 millions d’euros par an, selon un responsable de Grand Littoral.


Samedi 9 février 2008

Tout un vendredi de négociation pour des clopinettes. La direction de Carrefour a d’abord récusé les 3 représentants de chacune des UD dans les délégations CFDT CGT FO (légal ? en tout cas coup de force). Les "avancées" obtenues : quelques points sur les CDD et temps partiels et ....30 000 euros au CE (comité d’entreprise) au lieu de 20 000 !!!!

L’AG de 18h a reconduit la grève. Dans l’après-midi, un semi-remorque de livraison a dû rebrousser chemin et l’huissier s’incliner devant la détermination du piquet à faire appliquer le jugement obtenu mardi.

Ce vendredi toujours a vu se succéder les politiques ; Jibrayel, Marie-Jo Cermolacce, Marty... (S. Ghali, le Modem, un représentant de la mairie samedi), les soutiens (les Sud PTT en congrès avec l’argent d’une collecte...), la presse (Europe 1, Radio France Provence, La Marseillaise (L’Humanité avait publié un article jeudi et La Provence son 3e vendredi).

Aujourd’hui samedi le magasin était ouvert mais tous les accès aux parkings bloqués (comme le 1er jour) : les clients ont fait leurs courses à pied. L’interpro CGT s’est manifesté(port, éducation...).

Demain dimanche à 12heures pique-nique de soutien.


Vendredi 8 février 2008

Au lendemain de la grève nationale unitaire (CGT , CFDT, FO) dans la grande distribution du 1er février, très suivie dans toute la France sur l’augmentation des salaires, contre les temps partiels imposés, fragmentés, les conditions de travail, pour le repos dominical et une grille salariale avec qualifications et ancienneté... Carrefour Grand Littoral n’a pas réouvert.

Les salariés réclament : une prime de 250 euros, le passage du ticket restaurant de 3 à 5 euros (comme à Roanne ou Epinal), moins de temps partiels et bloquent les livraisons.

Lundi la direction les a assignés en référé d’heure en heure. Elle a perdu ( le propriétaire de la galerie marchande a même été condamné à 1500 euros d’amende car il n’est pas employeur) ; le juge était celui qui avait déclaré la grève de la RTM illégale, au bout d’1 mois, juge qui vient d’être désavoué pour ça.

Jour et nuit depuis le 1er, un piquet de grève de 20 à 30 personnes veille, devant un feu de palettes, derrière le centre commercial (côté Bricarde).Le magasin a rouvert mercredi mais il n’ya plus de produits frais :viande, poisson, pain, salades ; d’autres sont au bord de la péremption. Les clients ne sont pas nombreux.

Aujourd’hui vendredi une rencontre avec la Direction du Travail aura lieu. Si samedi rien n’est débloqué des soutiens aux grévistes viendront de tout le Sud-Est. La direction perd 1,5 millions d’euros par jour, mais s’entête.

Retour en haut de la page

4 Messages

  • Le 12 février 2008 à 20:56, par

    Faire 150 millions d’euros de chiffre d’affaire ne veut pas forcemment dire faire 150 millions de résultats...

    • Le 12 février 2008 à 23:20, par Sabine

      Je reste convaincue que le patronnat et ses personnels encadrants savent pertinemment que les revendications des grévistes sont légitimes, car ils seraient incapables de vivre avec 900€ par mois.
      Il ne sert à rien de leur expliquer, ils savent déjà.
      Il s’agit là de privilèges qu’ils ne veulent pas partager.
      Ne pas partager c’est garder le pouvoir, tant que les petites gens sont sous payées, dévalorisées, dépressiées, voire affamées, on les empêche de penser, d’aller mieux, de choisir, de devenir et donc d’être potentiellement génantes dans les décisisons et choix de vie.
      La monarchie est toujours présente, elle a juste changé de costumes.
      Cependant ce qu’il ne faut pas perdre de vue c’est que les difficultés font partie du quotidien des petites gens alors que le patronnat et ses acolites confortablement installés derrière leurs capitaux ne connaissent ni l’inconfort des transports publics, ni l’insécurité des grandes villes, ni la précarité, ni tant d’autres choses... Et c’est ce qui fait la force des petites gens ! Si les grévistes doivent en souffrir que le patronnat en souffre aussi, si les grévistes doivent en mourir que le patronnat en meure aussi !
      N’oubliez pas que le patronnat a les capitaux mais que vous êtes le MOTEUR de leur commerce, et un moteur en panne ne fait plus avancer la machine. Le patronnat est une armée de cigales et vous une armée de fourmis : laissez les chanter et tenez bon, au delà de vos salaires, il est question de votre dignité, de votre intégrité, de votre valeur humaine... vous existez !!!!!

      • Le 13 février 2008 à 10:21, par

        Pourquoi à Carrefour Grand Littoral, beaucoup d’articles sont plus chers que dans d’autres Carrefour en France ? Ce n’est pas pourtant pas parce qu’ils payent trop leurs salariés qui n’ont même plus l’argent pour s’acheter le croissant qui augmente de 50 centimes chaque semaine !On est loin des discours du président sur la responsabilité des entrepreneurs dans le développement des quartiers enclavés . Espérons que ces salariés grévistes courageux obtiendront une augmentation de salaire et moins de temps partiels imposés.

  • Le 19 février 2008 à 20:07, par solidaire

    J’aimerai que les salariés en grève sachent que beaucoup de monde les soutiens de partout en france et j’éspère qu’il vont tenir le coup et obtenir gain de cause !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1100