Une tribune pour les luttes

Bulletin de santé n° 15 du 30 décembre 2009

Seizième jour de grève pour M.Diarra et quinzième pour M.Bah

Régularisation de tous les travailleurs sans-papiers

Article mis en ligne le mercredi 30 décembre 2009

Mercredi 30 Décembre 2009

Bulletin de santé N° 15

Seizième jour de grève pour M.Diarra et quinzième pour M.Bah

Le médecin passe ce soir. Nous aurons à ce moment les résultats de la prise de sang. Aujourd’hui tous deux semblent fatigués. La période entre Noël et le jour de l’an est toujours difficile à passer pour les personnes en difficulté, elle l’est encore plus pour des grévistes de la faim.

Une pensée pour les camarades de SUD Energie qui attaquent également leur seizième jour de grève de la faim.

L’article de l’Huma et celui de l’AFP ont donné un peu de chaleur, et les visites sont toujours très attendues et importantes. Boubacar et Sékou ne veulent que pouvoir travailler librement et la tête haute dans un métier qu’ils ont exercé des années durant dans la clandestinité, exploités par des employeurs peu scrupuleux. On comprend leur détermination même si on peut être inquiet à propos de la forme de lutte choisie.

La préfecture de police de Paris vient de nous contacter à 18h30. Elle propose l’ouverture d’une négociation dès mercredi 6 janvier à la condition que Ms Diarra et Bah suspendent leur grève de la faim. Nous accueillons cette proposition favorablement, les deux camarades en discuteront demain matin avec le syndicat. C’est eux qui prendront la décision de suspendre ou non leur grève.


Paris, le dimanche 27 décembre 2009 20 h

Bulletin de santé n° 12 du samedi 26 et du dimanche 27 décembre 2009 :

13ème jour de grève de la faim pour M. DIARRA et 12ème jour pour M. BAH

Longue discussion hier samedi sur l’intérêt porté par le gouvernement et le Ministre à la grève de la faim…

Nous savons qu’avec 6000 grévistes sans-papiers et la période des fêtes, deux petits grévistes de la faim ne comptent pas pour les têtes bien remplies des ministères tout à leurs achats de Noël pour les enfants et la préparation du réveillon pour le Nouvel An avec la famille ou les amis.

Deux grévistes de la faim africains autrement dit des agents de sécurité qu’on souhaiterait ne voir jamais ailleurs qu’à l’endroit où on les a placés pour défendre nos enfants dans les gares, nos voitures dans les parkings, et nos achats dans les galeries marchandes.

Qu’est-ce qu’il leur prend à ces deux là de vouloir gâcher nos fêtes ?

Pour l’instant, le moral et la santé vont bien, la détermination aussi.

Dominique Malvaud

SUD Rail Paris St Lazare
tel 01 44 85 01 84 fax 01 44 85 31 09


Paris le vendredi 25 décembre 2009 19h

Bulletins de santé N° 11 du vendredi 25 décembre 2009 :

Onzième jour de grève de la faim de M Diarra et dixième de M BAH

Aujourd’hui 25 décembre Johnny Halliday se porte bien, sa famille, ses amis, les journalistes sont rassurés et les membres du gouvernement n’ont plus aucune inquiétude quand à la santé de leur fidèle supporter. Ils/elles peuvent passer Noël totalement rassuré.

Boubacar et Sékou attaquent leur 11ème jour de grève de la faim. C’est leur seul moyen de défendre leur dignité et leurs droits…

Mais je m’égare et si on reparlait de Johnny ….

M DIARRA Boubacar maitre chien de la SNCF employé durant des années par une société sous traitante (Vigap, ANSP, et autres car les noms changent régulièrement) faisait partie du collectif des maitres chiens sans papiers ayant mené un an durant une lutte pour leur régularisation.

M Diarra, contrairement à tous ses collègues qui sont aujourd’hui régularisés s’est vu opposer une fin de non recevoir par la préfecture de police de Paris. Au motif qu’un de ces documents (une facture d’hôpital) s’est révélé être un faux document.

M Diarra comme tous les autres maitres chiens sans papiers de la SNCF était payé au noir, sans bulletin de salaire, travaillant sous un nom d’emprunt et subissait des conditions de travail inacceptables (plus de 200 heures par mois, des périodes de travail allant jusqu’à 20 jours consécutifs, des amendes régulières avec ponction sur son salaire etc.…). Depuis plus de 5 ans en France, avec un employeurs (la société Effia, filiale de la SNCF) prêt à l’embaucher et une plainte déposée par ses soins auprès des services de police contre son patron voyou, il satisfaisait parfaitement, comme ses autres collègues, aux critère négocié le 8 juillet 2009 auprès de M Supplisson adjoint du ministre des l’immigration, de M Julliard adjoint de la préfecture de police de Paris et de M Nogué DRH de la SNCF.

Grace à son courage et à celui de tous les maitres chiens, la SNCF ne fait plus travailler de « boites de négriers », et elle est contrainte de réfléchir à sa stratégie d’externalisation des métiers de cheminot-e-s.

Alors M Diarra mérite sa régularisation et le droit de reprendre dignement son métier d’agent de gardiennage.

Sa grève de la faim a débuté le lundi 14 décembre à 12 h dans les locaux du syndicat SUD-Rail St-Lazare. Si nous avons cherché à le dissuader d’engager un acte qui met sa vie en danger, sa résolution à vivre dignement a été plus forte que nos arguments. SUD-Rail respecte son choix même s’il le regrette et fera tous ce qui est possible pour que le ministère et la préfecture de police de Paris mettent leurs actes en adéquation avec leurs déclarations et engagements.

Pour SUD-Rail

D.Malvaud – F-Lagache


SUD-Rail soutient la lutte des travailleurs sans-papiers-> SUD-Rail soutient la lutte des travailleurs sans-papiers

Depuis le 12 octobre 2009, plus de 6 000 travailleurs et travailleuses sans papiers sont en grève pour réclamer leur régularisation. Ils occupent plus d’une quarantaine de sites en Ile de France, des entreprises ou des organisations patronales.

Cette grève a pour objectif, non pas de régulariser la situation administrative des seuls grévistes mais d’arracher au gouvernement la régularisation pour tous les travailleurs sans papiers.

Pour la première fois en France, un mouvement de grève de travailleurs sans papiers est soutenu par un large front syndical et associatif. Il rejoint la lutte des collectifs et organise dans la lutte les travailleurs regroupés dans des entreprises, les travailleurs isolés, les travailleurs « au noir », et ceux du secteur de l’aide à la personne.

A la SNCF, M Diarra Boubacar maitre chien de la SNCF employé durant des années par une société sous traitante faisait partie du collectif des maitres chiens sans papiers ayant mené un an durant une lutte pour leur régularisation.

Grâce à son courage et à celui de tous les maitres chiens, la SNCF ne fait plus travailler de «  boites de négriers », et elle est contrainte de réfléchir à sa stratégie d’externalisation des métiers de cheminot-e-s.

Mais, M Diarra, contrairement à tous ses collègues qui sont aujourd’hui régularisés s’est vu opposer une fin de non recevoir par la préfecture de police de Paris.

Depuis plus de 5 ans en France, avec un employeur prêt à l’embaucher et une plainte déposée par ses soins auprès des services de police contre son patron voyou, il satisfaisait pleinement, comme ses autres collègues, aux critères de régularisation.

Pour obtenir ce droit, M. Diarra a débuté une grève de la faim le lundi 14 décembre dans les locaux du syndicat SUD-Rail de Paris Saint Lazare. Il a été rejoint dans cette action le lendemain par M. Bah Sekou

Même si elle n’encourage pas les grèves de la faim, la Fédération SUD-Rail soutient et appelle à soutenir ces collègues cheminots du gardiennage

Pour la fédération SUD-Rail, notre Mrs Diarra et Bah doivent être régularisés et pouvoir reprendre dignement leur métier d’agent de gardiennage. SUD-Rail y veillera.

Saint Denis, le 22 décembre 2009

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4475

SUD rail c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15