Une tribune pour les luttes

La police française arrête cinq kurdes pour "accueillir" Erdogan

Par Maxime Azadi

Article mis en ligne le mercredi 13 avril 2011

http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/


Deux kurdes arrêtés à Marseille
Par Maxime-Azadi

12 Avril 2011

La police antiterroriste française a arrêté mardi 12 avril deux kurdes à Marseille.

La police antiterroriste a procédé deux arrestations, dont Ahmet Kaya, un politicien kurde, lors d’une perquisition effectuée au domicile d’une famille kurde, selon des sources kurdes à Marseille. Le motif de ces arrestations demeure inconnu.

Six artisans kurdes avaient été arrêtés le 1e janvier dans la région parisienne par la police antiterroriste pour «  lien présumé » avec le PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan, dans le cadre d’une enquête sur le « financement du PKK »

Dix autres kurdes avaient été interpelés entre les mois de novembre et décembre 2010 par les services de police anti-terroriste. Les forces de police avait arrêté le 7 décembre le Président de la Maison du peuple kurde de Marseille à son domicile. Il avait été conduit au siège de son association où cinq autres personnes, dont une femme enceinte avaient été emmenées par les forces de police, couvertes de sacs poubelle.

Au moins 59 kurdes ont été arrêtés en France depuis début de 2010, dont 16 depuis novembre derniers, pour des motifs politiques.

Les visites récentes des responsables du gouvernement Français à Ankara soulignent le caractère politique des ces arrêtions.

La dernière opération policière intervient après la visite du président fiançais Nicolas Sarkozy à Ankara, effectuée le 25 février.

« Nous rappellerons les décisions prises par notre pays pour démanteler les ramifications de cette organisation (PKK) sur notre territoire » avait-il déclaré Bernard Kouchner, l’ancien ministre français des affaires étrangères, avant la visite officielle du Premier ministre de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, le 6 et 7 avril 2010.

Kouchner avait également évoqué la visite de Hakan Fidan, le patron du MIT (services secrets turcs) effectuée au cours de l’année 2010 à Paris, lors d’une rencontre avec son homologue turc Ahmet Davutoglu à Ankara les 11 et 12 octobre 2010. "28 membres du PKK emprisonnés en France" avait-il déclaré, soulignant la coopération entre ces deux pays dans tous les domaines.


13 Avril 2011

Trois kurdes ont été arrêtés mercredi matin dans la région parisienne par la police antiterroriste, portant le nombre des arrestations à cinq depuis mardi. Ces opérations interviennent au moment où le premier ministre turc s’est rendu en France pour assister à la session plénière de Printemps 2011 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (A.P.C.E.).

La police antiterroriste française a procédé à 6h00 du matin une perquisition au domicile de Ramazan Yildirim, un jeune kurde, dans la région parisienne. La police a interpellé Yildirim et deux autres personnes qui se trouvaient à la maison au moment de la perquisition. Ces deux derniers ont été libérés tandis que Yildirim est placé en garde à vue

Selon des informations obtenues, la police détiendrait un album de photo contenant les images des personnes recherchées. Le domicile de Yildirim a été saccagé par la police française.

Le 12 avril, la police antiterroriste a procédé deux autres arrestations, dont Ahmet Kaya, un politicien kurde, lors d’une perquisition effectuée au domicile d’une famille kurde à Marseille, a-t-on appris de sources kurdes.

DES ARRESTATIONS POLITIQUES

Le motif de ces arrestations demeure inconnu, mais elles interviennent au moment où le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s’est rendu à Strasbourg pour une visite de deux jours, les 12 et 13 avril, assistant à la session plénière de Printemps 2011 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (A.P.C.E.).

Le problème kurde est souvent une monnaie d’échange pour la France comme pour d’autres pays européen, car avant ou après chaque visite des hauts responsables de l’État Turque, la police antiterroriste mène des opérations contre les milieux kurdes, notamment en France et en Allemagne.

Au moins 62 kurdes ont été arrêtés en France depuis début de 2010, dont 11 depuis début janvier, pour des motifs politiques.

Six artisans kurdes avaient été arrêtés le 1e janvier dans la région parisienne par la police antiterroriste pour « lien présumé » avec le PKK, Parti des travailleurs du Kurdistan, dans le cadre d’une enquête sur le « financement du PKK »


Voir aussi mille Bâbords 17073
Communiqué du 31 mars 2011
Reporters sans frontières
Turquie - L’acharnement sur les journalistes abordant la question kurde continue

16177
Condamnation d’Emine Demir, ancienne rédactrice d’Azadiya Welat, seul quotidien en langue kurde de Turquie, à 138 ans de prison.

15491 et 16239
En ce moment on " juge" en Turquie, à Diyarbakir, 151 personnalités kurdes.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1870