Une tribune pour les luttes

Marie-Noëlle Guess, alias Zetkin

Zetkin n’est plus, vive zetkin !

19 septembre 2011 : Les quotidiens, qui ont rarement parlé de ses procès, n’ont probablement pas parlé non plus de son décès.
Nous appelons chacun et chacune des camarades de Marie-Noëlle à célébrer sa mémoire par l’action.
29 septembre 2011 - Censure : "Même morte, elle les emmerde. »

Article mis en ligne le vendredi 30 septembre 2011

JPEG - 19.4 ko

"Libération", 29 septembre 2011

Le quotidien "La Voix du Nord" a censuré l’avis de décès d’une militante qui s’opposait à lui

par HAYDÉE SABERAN, envoyée spéciale à Calais

Est-il autorisé de rendre hommage à un mort avec les mots qu’on veut dans la
rubrique nécrologique de la Voix du Nord ? Apparemment la réponse est non, si
le mort en question est une militante politique énervée. La preuve avec
Marie-Noëlle Gues, alias « Zetkin », décédée la semaine dernière. Depuis des
années, cette ancienne institutrice marchait la nuit dans les rues de Calais
pour prendre en photo des policiers arrêtant des migrants sans abri.

Des associations, dont le Gisti, Médecins du monde et Amnesty International,
ont signé un hommage commun, à paraître dans la Voix du Nord et Nord
Littoral, les journaux locaux. Un texte doux, à mille lieues du ton de la
militante : « Marie-Noëlle Gues vient de nous quitter. Nous n’oublierons ni
son long et courageux engagement aux côtés des migrantes et des migrants, ni
sa volonté opiniâtre de les protéger des violences institutionnelles, ni son
exigence politique d’une communauté mondiale fondée sur l’égalité de tous
les êtres humains. A sa famille et à ses proches, l’expression de notre
pein
e. »

Il a été retoqué par le service des avis de décès de la Voix du Nord (c’est
aussi celui de Nord Littoral), qui propose : « Marie-Noëlle Gues vient de
nous quitter le 17 septembre 2011. Ses funérailles auront lieu le mercredi
21 septembre 2011 au crématorium de Vendin-le-Vieil. A sa famille et à ses
proches, les associations et personnalités expriment leur peine et rendent
hommage à son long et courageux engagement aux côtés des migrantes et des
migrants et à son exigence politique.
 » Même longueur, même prix, 214 euros.
Mais disparues les « violences institutionnelles », la « communauté mondiale »
et « l’égalité de tous les êtres humains »
.

Zetkin écrivait des articles sur Indymedia.org et sur son blog, où elle
critiquait avec violence les deux journaux locaux, mais aussi les
associations d’aide aux migrants, qu’elle accusait de faire de l’humanitaire
et non de la politique. Elle avait aussi été condamnée pour outrage envers
la police, et diffamation envers le sous-préfet de Calais, dont elle avait
comparé la politique à celle de Pétain. Elle était à l’origine, avec un
migrant pakistanais, d’une manifestation de 80 migrants qui réclamaient des
papiers. Contactée par Libération, la direction de la Voix du Nord n’a pas
répondu à nos appels. Me Marie-Hélène Calonne, avocate des associations, a
sommé le journal de publier la version initiale, en vain. Un vieux militant
calaisien résume : « Même morte, elle les emmerde. »


No borders de calais : nous commémorerons Marie-Noëlle dans l’action

http://lille.indymedia.org/article25952.html

Notre camarade Marie-Noëlle Gues, qui s’est aussi servi aussi du nom « Zetkin » , est morte du cancer tôt le matin du samedi 17 septembre. Marie-Noëlle était la première «  No Border » de Calais.

Plusieurs années avant le camp No Border en 2009, elle y luttait seule ; elle faisait des patrouilles dans les rues avec seulement sa caméra et son courage énorme ; elle intervenait toute seule lors des attaques de la police contre les migrant_es, elle documentait et exposait leur sale travail, pour rompre l’invisibilité et l’apathie qui nourrissent la répression.

Ni les procès incalculables, les peines de l’état français, ni le harcèlement dont elle a souffert de la part des flics calaisiens, ni les menaces de mort de la pourriture fasciste, ont réussi à mettre fin à son élan et à son énergie. Dans les rues, les squats et les jungles de Calais , en train de filmer , d’écrire , de débattre (par exemple contre tous les mouvements qu’elle comprenait comme affaiblissant le combat politique à Calais avec du travail « humanitaire »), criant (“Petain ! Reviens ! T’as oublié tes chiens !”), chantant («  Merde , c’est dure de trouver des nouveaux rhymes pour Sarkozy ») , inspirant tant des gens.

Voici le témoignage personnel d’une camarade :

« J’ai du mal même à écrire au passé. Indépendante et sans peur, Marie-Noëlle était un grand modèle pour les militant(e)s. Elle savait que pour réaliser réellement une société plus juste, il fallait contrarier ceux qui avaient un intérêt à maintenir le status quo. Pourtant elle n’a jamais eu peur de faire ça ; les officiers de police, les officiels du gouvernement, et les humanitaires, qui étaient heureux de maintenir leur propre privilège, plutôt que d’affronter l’injustice flagrante des contrôles aux frontières ; elle n’a jamais hésité à dire ce qu’elle pensait.

Quand je suis allée à Calais pour la première fois en Juillet 2009, j’étais stupéfaite de trouver ce qui semblait être une femme qui faisait de la surveillance à elle seule. Marie-Noëlle partait régulièrement toute seule à la jungle Pashtun la nuit, qui était alors un environnement beaucoup plus intimidant. Elle discutait avec les gens, et elle affrontait et photographiait la police quand ils faisaient des descentes.

En dépit du climat intimidant, cette femme de petite stature avec une énorme personnalité affrontait sans peur les autorités, souvent seule ; une chose qui a mené à un harcèlement policier continu et à des poursuites judiciaires. Son amour de la justice au-delà de la perception du public est certainement quelque chose dont beaucoup de gens pourraient bénéficier.

Pourtant elle était aussi un grand modèle pour les femmes. Elle avait le courage de s’introduire et de se battre dans un environnement incroyablement patriarcal ; les réfugiés masculins tenus en plus grande estime que leurs compatriotes féminines — et donc sélectionnés contre leurs femmes pour faire le voyage en Europe ; la mafia masculine, exerçant son influence sur la zone pour obtenir encore plus de pouvoir et d’argent ; les CRS masculins, utilisant des menaces et de la violence pour protéger un état patriarcal ; et plus récemment, des fascistes masculins violents qui lui ont envoyée des menaces de mort.

Tout comme Clara Zetkin et d’autres Communistes qui l’ont inspirée, Marie-Noëlle m’a donné la force d’affronter les autorités quand j’ai commencé à Calais. Que l’esprit de résistance survive en sa mémoire.

Marie-Noëlle décrivait son travail dans les rues ainsi : « C’est important d’être capable de montrer qu’on peut être toujours là et qu’on peut être présent quand ils font quelque chose. C’est cette peur la que je veux leur donner. » (MN parlant dans le film “L’Exil et Le Royaume”). Elle a aussi régulièrement rapporté les activités policières et gouvernementales à Calais, en utilisant Lille Indymedia et son blog personnel (http://passworld.over-blog.net/). Le nom de guerre de Marie était Zetkin, en hommage à la communiste et féministe Clara Zetkin (https://secure.wikimedia.org/wikipe...).

Le dernier texte sur son blog du 15 août compare de nouveau la répression à Calais en 2011 aux déportations en 1942, et condamne non seulement la police, mais aussi les «  collabos » travaillant pour la SNCF, qui dénoncent les migrant_es dans les gares. Clairement, Marie ne s’est pas laissée dissuader par un récent procès où elle a été condamnée (pour la n-ième fois, on a arrêté de compter) pour outrage, cette fois pour les avoir appelés « collabos ». Voici quelques vidéos que Marie a faites. http://www.dailymotion.com/zetkin#v... On peut la voir en action, filmant seule, en pleine hurlante « outrageante » contre les flics.

Ici à Calais nous nous rappelons de Marie comme de notre amie, notre camarade et notre inspiration. Nous avons entonné le «  Chant des Partisans » : “Amie, si tu tombes, une amie sort de l’ombre à ta place”. Des camarades de toute l’Europe ont envoyé des messages, commémorant et honorant la mémoire de Marie-Noëlle. Nous appelons chacun et chacune des camarades de Marie-Noëlle à célébrer sa mémoire par l’action.


Zetkin n’est plus, vive zetkin !

http://escalbibli.blogspot.com/2011...

lundi 19 septembre 2011

Par dessus les barbelés

Les quotidiens, qui ont rarement parlé de ses procès, n’ont probablement pas parlé non plus de son décès.

Alors, pour saluer Marie-Noëlle Guess, alias Zetkin, cette emmerdeuse majuscule qui était une fille bien, je me permets, moi qui ne la connaissais pas, de copicoller cet hommage qu’Eunous, qui la connaissait, a publié hier sur Indymédia Lille :

Zetkin n’est plus, vive zetkin !

Il était une femme. Elle était sans compromission et sans fatigue, elle portait la lutte jusque dans son cœur, donnant toute sa fougue pour témoigner de la saloperie policière. Marie-Noëlle Gues, connue sous le pseudonyme « Zetkin », a mené une lutte en images et en actes auprès des migrants de Calais durant de longues années, publiant sans relâche des chroniques acides et sans concession pour la flicaille. Elle était le témoin vivant d’une décennie de violences et d’humiliation organisée par l’État contre les exilés du monde entier.

Je me souviens de son imperméable jaune et de son appareil photo, sillonnant les dunes du littoral jusque dans la nuit, participant avec nous aux rondes autour du centre de rétention de Coquelles, guettant les moindres mouvement de la police aux frontières, apportant son aide en toute indépendance, sans jamais se laisser abattre par ses détracteurs, politiciens véreux, flics violents, associatifs bien-pensants, magistrats à la solde du préfet…

Elle a été mon premier repère solide dans la lutte en faveur des migrants. Lors de mes premiers allers-retours sur Calais en 2007, elle était déjà là. Elle était d’ailleurs la seule à porter un message véritablement politique dans ce paysage désertique où les humanitaires s’entendaient avec les élites pour gérer en silence la misère des « clandestins ». Elle était là aussi quand les flics menaient leur rafles, photographiant leurs visages de tortionnaires et tentant d’interposer son corps entre eux et leurs proies.

Ils ont essayé de la briser. Ils l’ont fait casquer, prétextant la rébellion et l’outrage, l’ont arrêtée à maintes reprises et traîné devant leurs tribunaux. Ils l’ont moqué dans leur presse, traîné dans la boue pour qu’elle cesse ses activités. Mais rien ne pouvait la faire taire, car sa conscience était sans faille.

Sans m’étendre d’avantage, je voudrais livrer un hommage personnel à Zetkin, qui était l’incarnation d’une lutte simple, efficace et permanente contre l’agression capitaliste et son pendant xénophobe. Zetkin était communiste, je suis anarchiste. Mais nos luttes étaient faites pour s’entendre. Pour elle, et parce qu’on lui doit bien ça, je voudrais qu’on reprenne une lutte collective, radicale et sans concession contre l’oppression capitaliste. Quand enfin les murs tomberont, mes pensées iront vers elle.

Zetkin s’est envolée par dessus les barbelés, que le vent la porte ! Elle reste parmi nous, plus vivante que jamais.

Quelques liens :

Le blogue de Zetkin, "Témoignages de la vie à Calais, des travaux d’avancement de la destruction de tous nos droits".

Un article de Rue 89, "Jugée car je photographie les arrestations de sans-papiers".

Son dernier billet repris sur Indymédia Lille, le 14 août, "Calais : des soudanais et des afghans en voie d’expulsion !"

Mille Bâbords 6970
18 Oct 2007
Procès des témoins de Calais diffuseurs des brutalités policières contre les sans-papiers .
Compte-rendu de Marie-Noëlle Gues, inculpée


CALAIS : UNE TRES TRISTE NOUVELLE : DECES DE MARIE-NOELLE GUESS

Le CSP59 vient d’apprendre avec une très grande tristesse le décès de Marie Noëlle Guess dans la nuit du 16 au 17 septembre 2011 pendant son sommeil suite à une grave maladie qu’elle cachait depuis plus d’un an.

Militante communiste et antifasciste infatigable, Marie Noëlle avait compris que la lutte pour le droits des migrants, des réfugiés, des sans papiers, était une lutte pour les droits de tous et toutes.

Depuis de nombreuses années nous avions régulièrement lutté, manifesté, agi ensemble, sachant que les coups de plus en plus rudes portés contre les sans papiers n’était qu’un laboratoire de ce qui fut et serait ensuite appliqué à tous et toutes.

De manifestations, tant à Calais, Coquelle ou Lesquin, face à un de ces centres de la honte, prison qui ne dit pas son nom, que Lille, en suivi de dossiers, nous avons régulièrement croisé et agi avec Marie Noelle dont nous avons pu constater et apprécier l’engagement complet, entier, vrai.

Marie Noelle a, par une action quotidienne durant des années, témoigné des exactions commises par l’Etat envers en autres les réfugiés de Calais et environ.

Marie Noelle, militante active tant dans la lutte des sans papiers que dans toutes les luttes sociales, est partie en pleine résistance face aux coups portés contre tous et toutes.

Marie Noelle, pour tous et toutes, pour nous, pour toi, la résistance continue et continuera, parce que les droits des humains nés ici ou ailleurs sont inaliénables.

Le CSP59 tient à faire part de ses sincères condoléances à sa famille, à ses proches, ses ami-e-s.

Lille, le 19 septembre 2011

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 905