Une tribune pour les luttes

CNRBE - Base Elèves sconet...

Mise en demeure du gouvernement sur le fichage des enfants : réunion publique le 14 mars( Paris)

Article mis en ligne le samedi 10 mars 2012

PDF - 228.7 ko
Mise en demeurre com14mars

Le CNRBE va lancer le 14 mars prochain une action
juridique sur la question du fichage des enfants dès leur
entrée à l’école maternelle.

En effet, les enfants se voient immatriculés par un
identifiant unique (INE) amené à les suivre durant toute
leur scolarité. Cet INE est surtout la pierre angulaire d’un
projet politique qui vise à cataloguer les individus en
fonction des “compétences” prédéfinies pour faciliter leur
“employabilité” future.

Une réunion publique, qui se déroulera à la Bourse du
travail, 3 rue du Chateau d’eau à Paris à partir de 14h
(amphithéâtre Ambroise Croizat, Mo République), sera
l’occasion pour notre collectif de présenter une “mise en
demeure” visant à faire cesser un préjudice majeur qui pèse dès aujourd’hui sur des millions d’enfants et leurs familles. Une mise en demeure qui sera envoyée le jour même au gouvernement.
Cette réunion sera l’occasion d’interpeller à nouveau les candidats à l’élection présidentielle, suivant la lettre ouverte du CNRBE rendue publique courant février, et de débattre avec tous ceux qui sont sensibles au respect de la vie privée dans les établissements scolaires et qui refusent de cautionner un processus de classification des élèves qui participe lui aussi à la casse du service public de l’éducation.

Par cette action, le CNRBE entend réaffirmer ses demandes
répétées qui ont été entendues depuis quelques mois par un grand
nombre de collectivités locales, à savoir notamment :
• La suppression du Livret Personnel de Compétences et de
tout dispositif numérique permettant une traçabilité des
résultats et parcours scolaires.

• Le maintien dans les écoles des informations nominatives,
garantissant ainsi une réelle protection des données, le
droit à l’oubli prévu par la loi Informatique et Libertés et
la préservation du lien de confiance entre les familles et
l’école.

• L’abandon de l’ensemble des fichiers mis en oeuvre par
l’Éducation nationale (Base élèves, BNIE, Sconet,
Affelenet, Admission post-bac…) et de l’immatriculation
des enfants par un numéro identifiant national.

• En conformité avec les directives et recommandations internationales, une révision de la Loi
Informatique et Libertés dans le sens d’une réelle protection de la vie privée, notamment celle des
enfants, qui redonne à la CNIL les moyens d’appliquer une politique respectueuse des principes qui
étaient à l’origine de sa création.

• De considérer, dans toute chose le concernant, l’intérêt supérieur de l’enfant et d’écarter tout
dispositif qui le restreint, comme l’impose la ratification par la France de la Convention
Internationale des Droits de l’Enfant.

• La levée de toutes les sanctions prises à l’encontre des directeurs d’école qui ont refusé d’enregistrer
des enfants dans Base élèves, que ce soit pour s’opposer à ces dispositifs de fichage conformément à
la Convention internationale des Droits de l’Enfant ou pour respecter le droit d’opposition des
parents rétabli par l’arrêt du Conseil d’Etat du 19 juillet 2010

• La consultation des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail à tous les niveaux où
ils ont été mis en place et des comités techniques dans les autres cas sur toutes les questions liées à
l’informatisation tant au niveau administratif que pédagogique au regard de leurs conséquences sur
l’ensemble des conditions de travail.

CNRBE, 9/03/2012. http://retraitbaseeleves.wordpress.com

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 14 mars 2012 à 18:14, par DD

    Si nous acceptons le fait que notre orientation suive les lignes économiques dans le sens intellectuel le plus large de ce mot, il ne peut pas en être autrement. L’optimisation passe obligatoirement par un fichage cartographique de toute chose même humaine. Bien évidemment il faut être très ferme sur ces procédés dont il n’est pas besoin de dire qu’elles sont les raisons et conséquences catastrophiques à l’avenir, c’est l’évidence. Alors qu’allez-vous faire pour vous y opposer ... Cela ne sera pas suffisant, la puissance de l’économie peut enclencher une guerre si son pouvoir lui échappe alors un fichage, même s’il est dit qu’il n’existe pas ou n’existera pas et que chacun peut rectifier les informations qu’il désire, sera de toute façon mis en place, c’est une obligation des raisons d’avenir des lignes de pensées financières. A contrario, si vous lisez le programme d’avant garde du Front de Gauche, ces fichiers seront automatiquement impossible, même en rêve. Commençons par déjà voter pour l’intérêt humain et ensuite les moyens d’actions seront possibles, pour moi, je crois que ce combat sera comme tous, le chant de la lutte finale sera toujours finale quelque soit l’époque qu’il traverse. C’est mon avis et j’espère être dans le faux mais le présent prouve le contraire car tout combat pour l’intérêt de l’humanité, il est ni plus ni moins issu de toutes ces luttes finales qui le resteront jusqu’à notre mort et pire encore, nos enfants vont les payer parce que nous effectuons et procédons toujours pour être infantilisés, jamais pour prendre nos responsabilités. Tout ceci sans un sens péjoratif sur quiconque, mais que pensez-vous des réalités ? Là, c’est une question humaine et un miroir pour nous regarder encore agir comme il y a quelques décennies, sur les faux pas de nos parents.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Fichage/surveillance c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 230