Une tribune pour les luttes

Sept règles pour aider à la diffusion des idées racistes en France

par Jacques Rancière

Article mis en ligne le lundi 20 mai 2013

21 mars 1997 et hélas toujours en grande partie valable !

LA diffusion des idées racistes en France semble être aujourd’hui une priorité nationale Les racistes s’y emploient, ce qui est la moindre des choses. Mais l’effort des propagandistes d’une idée a des limites, en un temps où l’on se méfie des idées, et il a souvent besoin pour les dépasser, du concours de ses adversaires. Là est l’aspect remarquable de la situation française : hommes politiques, journalistes et experts en tout genre ont su trouver ces dernières années des manières assez efficaces de faire servir leur antiracisme à une propagation plus intense des idées racistes. Aussi bien toutes les règles énoncées ici sont-elles déjà employées. Mais elles le sont souvent d’une manière empirique et anarchique, sans claire conscience de leur portée. Il a donc paru souhaitable, afin d’assurer leur efficacité maximale, de les présenter à leurs utilisateurs potentiels sous une forme explicite et systématique.

Règle 1. - Relevez quotidiennement les propos racistes et donnez-leur le maximum de publicité. Commentez-les abondamment, interrogez incessamment à leur propos grands de ce monde et hommes de la rue. Supposons par exemple qu’un leader raciste, s’adressant à ses troupes, laisse échapper qu’il y a chez nous beaucoup de chanteurs qui ont le teint basané et beaucoup de noms à consonance étrangère dans l’équipe de France de football. Vous pourriez considérer que cette information n’est vraiment pas un scoop et qu’il est banal, au surplus, qu’un raciste, parlant à des racistes, leur tienne des propos racistes. Cette attidude aurait une double conséquence fâcheuse : premièrement vous omettriez ainsi de manifester votre vigilance de tous les instants face à la diffusion des idées racistes ; deuxièmement, ces idées elles-mêmes se diffuseraient moins. Or l’important est qu’on en parle toujours, qu’elles fixent le cadre permanent de ce qu’on voit et de ce qu’on entend. Une idéologie, ce n’est pas d’abord des thèses, mais des évidences sensibles. Il n’est pas nécessaire que nous approuvions les idées des racistes.

Il suffit que nous voyions sans cesse ce qu’ils nous font voir, que nous parlions sans cesse de ce dont ils nous parlent, qu’en refusant leurs «  idées  » nous acceptions le donné qu’elles nous imposent.


Règle 2.
- N’omettez jamais d’accompagner chacune de ces divulgations de votre indignation la plus vive. Cette règle est très importante à bien comprendre. Il s’agit d’assurer un triple effet : premièrement, les idées racistes doivent être banalisées par leur diffusion incessante ; deuxièmement, elles doivent être constamment dénoncées pour conserver en même temps leur pouvoir de scandale et d’attraction ; troisièmement , cette dénonciation doit elle-même apparaître comme une diabolisation, qui reproche aux racistes de dire ce qui est pourtant une banale évidence. Reprenons notre exemple : vous pourriez considérer comme anodin le besoin où est M. Le Pen de faire remarquer ce que tout le monde voit à l’oeil nu, que le gardien de l’équipe de France a la peau bien noire. Vous manqueriez ainsi l’effet essentiel : prouver qu’on fait aux racistes un crime de dire une chose que tout le monde voit à l’oeil nu.

Règle 3. - Répétez en toutes circonstances : il y a un problème des immigrés qu’il faut régler si on veut enrayer le racisme. Les racistes ne vous en demandent pas plus : reconnaître que leur problème est bien un problème et «  le » problème. Des problèmes avec des gens qui ont en commun d’avoir la peau colorée et de venir des anciennes colonies françaises, il y en a en effet beaucoup. Mais tout cela ne fait pas un problème immigrés, pour la simple raison qu’ «  immigré  » est une notion floue qui recouvre des catégories hétérogènes, dont beaucoup de Français, nés en France de parents français. Demander qu’on règle par des mesures juridiques et politiques le «  problème des immigrés  » est demander une chose parfaitement impossible. Mais, en le faisant, premièrement, on donne consitance à la figure indéfinissable de l’indésirable, deuxièmement, on démontre qu’on est incapable de rien faire contre cet indésirable et que les racistes seuls proposent des solutions.

Règle 4. - Insistez bien sur l’idée que le racisme a lui-même une base objective, qu’il est l’effet de la crise et du chômage et qu’on ne peut le supprimer qu’en les supprimant. Vous lui donnez ainsi une légitimité scientifique. Et comme le chômage est maintenant une exigence structurelle de la bonne marche de nos économies, la conclusion s’en tire tout naturellement : si on ne peut supprimer la cause «  profonde  » du racisme, la seule chose à faire est de lui supprimer sa cause occasionnelle en renvoyant les immigrés chez eux par des lois racistes sereines et objectives. Si un esprit superficiel vous objecte que divers pays ayant des taux de chômage voisins n’ont pas de débordements racistes comme chez nous, invitez-le à chercher ce qui peut bien différencier ces pays du nôtre. La réponse va de soi : c’est qu’ils n’ont pas comme nous trop d’immigrés.

Règle 5. - Ajoutez que le racisme est le fait des couches sociales fragilisées par la modernisation économique, des attardés du progrès, des « petits Blancs  », etc. Cette règle complète la précédente. Elle a l’avantage supplémentaire de montrer que les antiracistes ont, pour stigmatiser les « arriérés  » du racisme, les mêmes réflexes que ceux-ci à l’égard des « races inférieures  » et de conforter ainsi ces « arriérés  » dans leur double mépris pour les races inférieures et pour les antiracistes des beaux quartiers qui prétendent leur faire la leçon.

Règle 6. - Appelez au consensus de tous les hommes politiques responsables contre les propos racistes. Invitez sans trêve les hommes du pouvoir à s’en démarquer absolument. Il importe en effet que ces politiciens reçoivent le brevet d’antiracisme qui leur permettra d’appliquer avec fermeté et d’améliorer, si besoin est, les lois racistes destinées, bien sûr, à enrayer le racisme. Il importe aussi que l’extrême droite raciste apparaisse comme la seule force conséquente et qui ose dire tout haut ce que les autres pensent tout bas ou proposer franchement ce qu’ils font honteusement. Il importe enfin qu’elle apparaisse être, pour cela seul, victime de la conjuration de tous les gens en place.

Règle 7. - Demandez des nouvelles lois antiracistes qui permettent de sanctionner l’intention même d’exciter au racisme, un mode de scrutin qui empêche l’extrême droite d’avoir des sièges au Parlement et toutes mesures du même ordre. D’abord, des lois répressives peuvent toujours resservir. Ensuite, vous prouverez que votre légalité républicaine se plie à toutes les commodités des circonstances. Enfin, vous consacrerez les racistes dans leur rôle de martyrs de la vérité, réprimés pour délit d’opinion par des gens qui font les lois à leur convenance.

Il s’agit, en bref, d’aider la diffusion du racisme de trois manières : en divulgant au maximum sa vision du monde, en lui donnant la palme du martyre, en montrant que seul le racisme propre peut nous préserver du racisme sale. On s’emploie déjà, avec des succès appréciables, à cette triple tâche. Mais, avec de la méthode, on peut toujours faire mieux.

Jacques Rancière est professeur de philosophie à l’université Paris VIII.

lemonde du vendredi 21 mars 1997 (Horizons-Débats).

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 21 mai 2013 à 17:48, par

    .
    L’Assemblée nationale a supprimé le mot « race » de la législation. Bientôt, le Congrès sera réuni pour faire de même dans la Constitution.

    Cette décision doit légitimement nous faire douter de la santé mentale de nos parlementaires. Qu’espèrent-ils en agissant de la sorte ? Nul ne le sait vraiment.

    Les races existent-elles ? L’auteur de ces lignes l’ignore et à vrai dire s’en contrefout. Ce qui peut être certain, en revanche, c’est que, légalement, les races ne vont plus exister, elles vont devenir chimères aux yeux de la loi.

    Après tout, pourquoi pas ? Mais si la race n’existe plus, alors l’infraction pénale d’incitation à la haine raciale doit disparaître symétriquement. Peut-on sérieusement, dans un pays où les gens ne sont pas mentalement déséquilibrés, condamner pénalement un individu pour avoir incité à la haine contre quelque chose qui n’existe pas ? Une réponse contraire serait inquiétante.

    C’est pourquoi, au nom du bon sens, de la logique et de la cohérence, nous demandons solennellement l’abrogation de la loi du 1er juillet 1972, dite loi Pleven.

    Il est temps de se débarrasser de ce texte kafkaïen, symbole et instrument de l’orwellisation de la France. Tout d’abord, il est loufoque qu’une infraction consiste à inciter à un sentiment. Ensuite, il est grotesque de prévoir pour cela une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement. En outre, cette loi est un terrain miné car les éléments constitutifs de l’infraction qu’elle crée sont particulièrement flous, pour ne pas dire inconnus. Ainsi, Éric Zemmour a été condamné tandis que le groupe de rap Sniper fut relaxé. Rappelons que le morceau « La France » du groupe précité se termine par un cri de coq suivi d’un coup de feu qui fait taire l’animal.

    C’est également à cause de la loi Pleven qu’il est juridiquement interdit de dire que nos chères racailles sont essentiellement issues d’Autriche et de Scandinavie. Affirmer publiquement un tel propos serait assimilé par la justice, et par le tribunal médiatique la précédant, comme de l’incitation à la haine raciale, bien qu’il s’agisse simplement de constater et non de haïr ou de pousser à la haine.

    Ceci posé, ne rêvons pas trop. Il y a bien longtemps que le législateur français a perdu toute rationalité. La suppression du mot « race », qui a succédé à la suppression des mots « père » et « mère », n’aboutira donc pas à l’abrogation de cette loi totalitaire.

    En guise de conclusion, nous informons le lecteur qu’aux États-Unis, contrairement à la France, l’intelligentsia croit dur comme fer à l’existence des races. C’est d’ailleurs en ce sens qu’en 2008, un livre intitulé De la race en Amérique a été publié. Qui en est l’auteur ? Un certain… Barack

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 785

Humour ? c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 190

Racisme c'est aussi ...

0 | ... | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | 50 | 55 | ... | 75