Une tribune pour les luttes

Marseille : le sit-in de la manifestation anti Fhaine chargé par la police pour laisser la place au minable rassemblement FN

Des arrestations, 3 gardes à vue, rassemblements à Noailles...
Voir revue de presse

Article mis en ligne le vendredi 16 août 2013

Mickaël a été condamné ce matin vendredi 16 en comparution immédiate à 400 euros d’amende et trois mois de prison avec sursis. Averti trop tard, Maître Hubert, qui avait donné son accord pour assurer la défense, n’a pas pu être présent ( malentendu bizarre au niveau de l’administration du T.G.I.) et c’est une avocate "commise d’office" qui a plaidé... L’un des policiers a décidé de poursuivre Mikael au civil dans le but évident d’obtenir des dommages-intérêts. Audience début janvier 2014. Mikael nous a dit avoir subi une G.A.V. plutôt rude : il a dû subir des soins à l’hôpital Lavéran.


Nouveau rassemblement le jeudi 15 à 15h30 devant le commissariat de Noailles pour obtenir la libération des camarades arrêtés.

Nous étions plus de soixante ce 15 août pour demander la libération de nos camarades. Deux ont été libérés,aucune charge n’a été retenue contre eux.Un est "déféré" qui doit comparaître vendredi 16 ou lundi 17.



http://www.lamarseillaise.fr/les-ar...

Tentative de récupération par le FN de l’émotion après le meurtre du jeune Jérémie, vendredi devant la préfecture de Région, à l’appel de Stéphane Ravier candidat FN à la mairie de Marseille.
Un contre-rassemblement pacifique de militants antifascistes a été dispersé sans ménagement par les forces de l’ordre.
Des journalistes dont un photographe de La Marseillaise ont été victimes de jets de gaz lacrymogène.



Vendredi 16 août 2013

La Marseillaise

Les antifascistes 
mis au pas de loi

http://www.lamarseillaise.fr/marseille/marseille-societe/item/22781-les-antifascistesmis-au-pas-de-loi

La République bafouée. C’est ce premier sentiment qui vient à l’esprit après les violences policières à l’encontre de militants antifascistes. Mercredi soir, le Front national et ses représentants locaux avaient choisi d’exploiter le drame survenu vendredi dernier sur le boulevard d’Athènes, qui a malheureusement coûté la vie à Jérémie Labrousse, un étudiant de vingt-deux ans.

La présence pacifique de quelques dizaines d’opposants à la récupération de cet événement tragique n’a pas été du goût des représentants de l’État. Ceux-ci ont lâché leurs troupes contre ces militants indignés que le parti de la haine et de l’ordre nouveau se présente comme le seul recours à la délinquance, agitant l’arme de la répression féroce devant la préfecture des Bouches-du-Rhône.

Militants et journalistes gazés, dont Robert Terzian, reporter photographe de la Marseillaise, devant une poignée d’extrémistes de droite, peuvent témoigner de l’attitude pour le moins surprenante des représentants de l’État, dans la France de François Hollande.

Jean-Marc Coppola, «  en tant que vice-président communiste du conseil régional Paca  » a tenu à exprimer toute sa solidarité et son soutien aux manifestants et journalistes bousculés et gazés et a alerté sur «  les conséquences que peuvent avoir ces actes commis par l’institution policière sur ordre préfectoral au moment où Marseille a besoin de calme, d’apaisement, de sérénité et d’exemples pacifiques ». Et d’ajouter que «  la préfecture de police prend dans ce cas une posture dangereuse en se situant du côté de la protection de l’extrême droite fasciste et provocatrice  ».

Le préfet du gouvernement, constate Marie Batoux, secrétaire du Parti de gauche, ont ainsi choisi de « faire place nette au Front national. Surfant dangereusement sur la tragique actualité  » de l’assassinat d’un jeune étudiant, « Stéphane Ravier (FN) regrette de ne pas pouvoir porter une arme ». Le porte-parole local de la dynastie Le Pen a décidément la mémoire courte et oublie qu’il y a à peine plus de deux mois, le jeune Clément Méric était mortellement tombé sous les coups des succursales de son parti, rappelle encore Marie Batoux.

Pour sa part, Patrick Mennucci, maire du 1er secteur de Marseille, s’est contenté de souligner que « cette manifestation, utilisant le décès du jeune Jérémie, est une manifestation honteuse du Front national ». Le candidat à la mairie de Marseille, dans un communiqué diffusé à la fin de la soirée du 14 août, appelle «  les Marseillais à faire front contre l’extrême droite et lui signifier que ce meurtre ne peut pas servir à la propagation des leurs idées fielleuses et haineuses  ». Ce communiqué ne fait toutefois pas allusion à l’attitude du préfet et aux violences policières. Alors que Jean-Marc Coppola demande au représentant de l’État d’être « vigilant quant aux pratiques de certains policiers. C’est de discernement dont il a besoin, au risque d’enflammer encore plus une situation déjà tendue où le FN multiplie les provocations. Marseille ne doit pas revivre ses heures les plus sombres au cours desquelles le FN, se sentant soutenu, en est arrivé à l’assassinat d’Ibrahim Ali  ». Quant aux agissements des forces de l’ordre, il réclame qu’ils fassent l’objet d’une enquête.

Gérard Lanux


http://provence-alpes.france3.fr/20...

(...)

Une déception peut-être pour les responsables du Front National à Marseille, le rassemblement n’a attiré qu’une petite centaine de personnes. Au moment où les Marseillais sont encore sous le choc du meurtre de Jérémie, ils en espéraient sûrement un peu plus.

Une petite centaine de militants du Front de Gauche et des anti-fascistes se sont rassemblés devant la préfecture, à l’endroit même où le FN avait prévu son rassemblement. Des militants qui refusent la banalisation selon leur termes des propos du Front national. Ils n’avaient pas l’autorisation de manifester, les CRS les ont chassé à coup de gaz poivre.
(...)


14 aout 16H30

La manifestation anti-FN rassemblée à la préfecture de Marseille vient d’être chargée par la police à l’aide de gaz lacrymogène et de coups de matraque pour laisser la place au maigre rassemblement FN ...

Aux pancartes "Pas de racailles dans nos quartiers, pas de quartiers pour nos racailles" répondait : "Pas de fachos dans nos quartiers, pas de quartiers pour les fachos."

Stéphane Ravier, candidat à la mairie a dénoncé "l’immobilisme des responsables politiques quand la barbarie succède à l ’insécurité". Il a lancé que Manuel Valls, ministre de l’Intérieur faisait du "sarkozysme de bas étage en paradant sans rien changer à la délinquance".



Communiqué du parti de gauche du 14/08/2013

A Marseille, le préfet du gouvernement gaze les militants antifascistes pour faire place nette au Front National.

Le Front National l’a fait savoir, il veut faire main-basse sur la cité Phocéenne. Profitant d’un drame humain et l’assassinat d’un jeune étudiant par un déséquilibré, Stéphane Ravier appelle à un rassemblement ce jour, mercredi 14 août contre la barbarie, sous le fallacieux prétexte de l’origine du déséquilibré schizophrène et meurtrier.

Surfant dangereusement sur cette tragique actualité, Monsieur Ravier regrette de ne pas pourvoir porter une arme. Heureusement ! Sinon nous serions beaucoup à être en danger.

Les militant-e-s et responsables du Parti de Gauche Marseille, aux côtés d’autres organisations ont choisi de ne pas laisser la place à l’extrême-droite. Et une centaine de militants antifascistes se sont réunis pacifiquement en ce 14 août, pour rappeler que ce sont les mêmes qui on tués le jeune Clément MERIC, qui appellent aujourd’hui nos concitoyen-ne-s à s’armer au sein de milices…

Or, le préfet de la République a voulu laisser place nette à la vingtaine de personnes accompagnant M. Ravier, en gazant les participant-e-s à notre rassemblement pacifique !

Monsieur le préfet nous explique que c’est républicain de dégager des militants de gauche par la force pour laisser l’extrême droite manifester sur une place où les marseillais sont habituellement attablés aux terrasses. Femmes, enfants, personnes âgées n’ont pas pu entendre la sommation sans haut-parleur.

C’est un scandale ! Les républicains sont du côté de l’antifascisme.


NO PASARAN !
appel à mobilisation contre le rassemblement du front national
mercredi 14 août 2013
MARSEILLE
15 h 45
au métro Notre-Dame du Mont

Ce mercredi, le Front National Marseillais appelle à un rassemblement "contre l’insécurité et la barbarie" à la Préfecture.
Des militants progressistes et antifascistes appellent à une contre mobilisation à 15h45 au métro ND du Mont.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

2 Messages

  • Le 14 août 2013 à 18:51, par

    Qui sont les responsables ?

    Jérémie Labrousse n’a pas été tué par un voleur de téléphone portable. Son appareil a été retrouvé, lundi, à l’hôpital Nord, dans des circonstances qui écartent totalement la thèse selon laquelle il avait été dérobé au moment du crime. D’heure en heure il semble de plus en plus évident que c’est bien d’un schizophréne en pleine crise de démence qu’a été victime Jérémie. L’homme manifestait des signes particulièrement inquiétants dans les jours qui ont précédé le drame.

    30 % des sans-abri marseillais sont atteints de troubles psychiatriques sévères : schizophrénie, bipolarité, dépression sérieuse ou troubles psychiques graves. La seule schizophrénie toucherait 10 % de cette population très précarisée quand la maladie affecte 1 % de la population générale."Le plus grand hôpital psychiatrique de Marseille, c’est la rue", répètent régulièrement les psychiatres. "Des centaines de patients qui vivent sans toit ne sont pas traités", souligne un soignant en psychiatrie.
    Les effectifs sont largement insuffisants. À Marseille, "deux misérables petites équipes font face à cette population importante", celle d’Édouard Toulouse comptant un psychiatre, deux psychologues et deux infirmières, celle de l’AP-HM- Médecins du Monde employant dix salariés. "Nous sommes contraints de choisir qui on soigne. Nous devons grosso modo suivre 20 % seulement des patients. C’est mathématiquement impossible de faire face à toute cette misère. Dans la rue, on rencontre énormément de malades mais très peu de psychiatres".
    Pour ces psychiatres de la rue, la solution passe par le logement des patients, véritable marchepied vers la resocialisation, l’accompagnement social et le traitement des pathologies.

    Répondre à ce message

    • Le 14 août 2013 à 19:04, par

      Est-ce que Valls a promis des renforts en psychiatres et des hébergements plutôt que de nouveaux policiers ?

      Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1090

Racisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 80

Violences policières c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 110