Une tribune pour les luttes

Planète sans visa

Une réponse à Hervé Kempf (sur les violences de Nantes )

Lettre ouverte de Fabrice Nicolino

Article mis en ligne le samedi 15 mars 2014

http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1700

Publié le 25 février 2014

Une précision s’impose : j’ai de l’affection pour Hervé Kempf et pour sa famille. Je connais Hervé depuis certain jour de 1988 où il vint me voir en compagnie d’un ami commun, Hervé Delouche. Il lançait son premier magazine Reporterre , pour lequel j’écrivis - difficilement - une notule sur le chant des oiseaux, parue dans le numéro 1. Nous nous sommes vus régulièrement depuis, et j’ai écrit pour son site d’information en ligne (ici) une série d’articles sur la Ferme des 1 000 vaches, parue début janvier 2014 (ici).

Ceci posé, je n’ai pas du tout aimé son édito à propos des violences de Nantes, samedi passé, que vous trouverez plus bas (ici). J’ai donc décidé de lui répondre, sous la forme d’une lettre ouverte. La voici :

Cher Hervé,

Franchement, non. Dix fois, cent fois non. Ton éditorial intitulé Le mirage de la violence ne passe pas, et ne risque pas de me plaire davantage demain ou l’an prochain. Je vois, car je sais encore lire, qu’il n’a pas été facile à écrire. À regarder dans les coins, il est aisé de trouver dans ton texte des explications à la violence qui fleurent presque la justification. J’aurais bien aimé, et je ne dois pas être le seul, que tu fasses parler davantage Dominique Fresneau, pilier de la bagarre, qui explique avec détermination : «  Pour défendre notre terre, on est prêt à la violence  ». Oui, j’aurais aimé.

Au lieu de quoi, tu t’es laissé entraîner sur la voie moralisatrice, qui me semble, cette fois plus que d’autres encore, déplacée. Je te cite : «  Il faut rappeler que la libre volonté de chacun doit s’harmoniser avec l’utilité collective et avec le bien commun. Sinon, elle n’est qu’une forme de narcissisme qui ne vaut pas mieux que l’égoïsme capitaliste  ». Pour faire bon poids, tu n’as pas hésité à utiliser le vocabulaire habituel des pouvoirs en place, en parlant d’une « provocation dangereuse et fautive  ». Et celui des antigrévistes de toujours, en estimant que la manifestation aurait été «  prise en otage ».

Vains dieux ! Vingt dieux ! J’ai l’âge d’avoir eu 15 ans en 1970, et comme j’ai participé pendant des années à - presque - toutes les manifestations parisiennes de l’après-68, je puis dire que j’y ai vu la violence de très près. Les staliniens de l’époque - le PCF -, si puissants encore, nous traitaient comme de la vermine. Nous étions des diviseurs, des suppôts du capital, des stipendiés de la droite. Celle-ci par ailleurs - Pompidou, puis Giscard -, nous accusait d’avoir fait des stages de « guérilla urbaine  » - expression reprise ces derniers jours par le ministre Valls et le député de Rugy - à Cuba et créait des législations spéciales aujourd’hui oubliées, comme la loi dite «  anticasseurs  ».

Il eût fallu ne pas bouger un orteil. Il eût fallu défiler sagement de Bastille à Nation, avant de rentrer se coucher devant la télé. Seulement, nous ne voulions pas. Nous voulions l’affrontement avec ce monde. Et si nous n’avions pas assumé le conflit, y compris sous ses formes violentes, ces années comprises entre 1968 et 1981 n’auraient jamais permis de dégager de nouvelles visions du monde, dont celle de l’écologie. La violence de ce temps disparu exprimait la profondeur du dissensus. En effet, il y avait eux, et nous. Dans ces conditions, il me paraît bien étrange de condamner comme tu le fais, en 2014, la violence qui a accompagné de si près la jeunesse révoltée d’il y a quarante ans.

Mais poursuivons. Crois-tu sérieusement qu’on parlerait encore de Notre-Dame-des-Landes sans eux ? Penses-tu - mais dans ce cas, écris-le ! - que les traditionnelles protestations auraient permis à elles seules de bloquer ce foutu chantier ? Moi, je suis certain que la détermination sans faille des zadistes - dont un nombre x sont aussi jeunes et violents que je l’ai été - a permis la création d’un rapport de forces favorable à notre combat commun. Attention ! Je ne prétends pas qu’ils auraient suffi, car je suis sûr du contraire. Il fallait aussi, bien entendu, la mobilisation des habitants, des paysans de la Conf’, de la gauche non inféodée et même - je ne suis pas aveugle - celle pourtant si contestable du parti de François de Rugy et Cécile Duflot. On appelle cela la dialectique, complexe machinerie sociale et politique sans laquelle aucune lutte n’est victorieuse.

Allons plus loin. Si la cause de Notre-dame-des-Landes apparaît désormais comme sacrée aux yeux de milliers de personnes, c’est aussi et peut-être surtout parce que les zadistes ont su mettre une touche de tragique dans les événements. Oh ! j’entends déjà les ricanements. Du tragique, maintenant. Eh bien, j’assume. L’histoire des hommes est tragique et il arrive - hélas - des moments où l’on est contraint de s’en souvenir. En faisant monter les enjeux, en montrant clairement qu’ils étaient prêts à payer un prix plus élevé que d’habitude, les jeunes de la ZAD ont dessiné les contours d’une lutte véritable. Où l’on prend des risques, où l’on reçoit des coups, où l’on en donne, où bien des choses désagréables peuvent arriver. Dont la prison, au mieux.

Sans que personne n’ose le formuler à haute voix, c’est l’odeur de la mort qui explique pour partie la nature de la mobilisation en cours. Que cela se vérifie ou non - j’espère de toutes mes forces que cela ne sera pas le cas -, le pouvoir, ses pseudopodes, ses affidés, et nous tous d’ailleurs avons compris que tout cela était sérieux. Que des affrontements pouvaient conduire à la mort de certains. Qu’il existait une limite à ne pas franchir, faute de quoi, ce serait l’irréparable. Les zadistes ont montré et montreront probablement qu’ils sont des combattants de première ligne. Pas des héros de bande dessinée. Pas des vedettes de cinéma à qui il faudrait demander un autographe. Non. Des fantassins dans une guerre désormais inexpiable entre ceux qui se couchent, profitant des dernières miettes du festin, et ceux qui continuent à dire non.

L’impensé radical de ce temps, Hervé, c’est celui de la violence. Nous voudrions, je voudrais moi le premier que nous sortions de ce cauchemar sans qu’aucune férocité ne soit nécessaire. En espérant contre l’évidence que rien n’est inévitable et que si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main, ce serait mieux pour tous. Mais tel n’est visiblement pas le cas. Cracher aujourd’hui sur les encagoulés de Nantes, c’est s’interdire demain de réfléchir aux moyens de changer l’ordre des sociétés humaines. Je suis navré de te le dire, mais à mes yeux, en prenant ce parti, tu fermes une porte massive, qui ouvre pourtant sur un débat vital. Jusqu’à quel point accepter ? Jusqu’à quel point retroceder, comme on dit en castillan ? Jusqu’à quel point perdre ?

La question de la violence est fondamentale. Pour ce qui me concerne, j’estime être non-violent. Nullement par inclination, mais grâce à une réflexion étendue sur des décennies. Je pense que les jeunes de Nantes ont été gravement utilisés par nos adversaires habituels, à qui, soit dit en passant, tu rends toi aussi un signalé service. Car avec des points de vue comme le tien, il est clair qu’il deviendra peut-être impossible de manifester à Nantes ou ailleurs, comme le dit d’ailleurs sans détour l’impayable François de Rugy. Mais je reprends : la violence de samedi dernier aurait dû selon moi prendre d’autres formes, qui demeurent, je le reconnais, à imaginer. Comme elle s’est déployée, elle répète inutilement les formes passées, permettant aux pouvoirs coalisés de la présenter sous l’apparence ordinaire du désordre. Elle s’inscrit dans un schéma mental qui permet toutes les manipulations. On vient masqué, on casse, on se tire, on est des vilains, on est des vilains Allemands.

Je n’ai pas l’air, mais je suis contre la violence. Elle a fait un mal immense à tous les projets de transformation sociale, car elle permet tôt ou tard l’éclosion de corps spécialisés qui s’arrogent peu à peu tous les pouvoirs. Elle est fondamentalement un pouvoir, et ceux qui ne parlent pas sa langue devront finalement s’y soumettre. Je suis contre la violence, mais je sais que nous avons un besoin essentiel de la force, de l’énergie, de la détermination qu’elle contient. En somme, je crois qu’il faut la chevaucher en espérant la maîtriser pour la mettre au service commun. C’est une utopie, j’en conviens, mais elle est plus conforme à ma morale personnelle que la condamnation vertueuse des si modestes barricadiers de Nantes.

Enfin, et je me répète encore, encore et encore : quand débattrons-nous ? Quand pourra-t-on en parler, autrement que dans l’urgence ? Il est bien étrange de prétendre d’un côté que le monde est tenu par des oligarchies tournant le dos à leurs peuples et à la démocratie, et d’attaquer de l’autre 500 jeunes exprimant à leur façon leur profond dégoût d’une société humaine en déroute.

PS : Au fait, qu’est-ce que la légitimité ? Il y aurait un mouvement estampillé, sérieux, obéissant à la raisonnable raison, et puis la chienlit ? Il y aurait les vrais opposants et les autres ? Il y aurait les gentils zadistes qui font des maisons dans les arbres, refusent l’argent, plantent des carottes, et les affreux Black Blocs, ces « anarchistes allemands  » de toujours ? Il n’y a qu’un mouvement, le nôtre. Les zadistes sont des nôtres. Les jeunes encagoulés sont des nôtres.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

2 Messages

  • Le 15 mars 2014 à 12:01, par Christiane

    A lire aussi :

    La véridique et surprenante histoire de la manifestation de Nantes
    Hervé Kempf (Reporterre)

    samedi 1er mars 2014

    http://www.reporterre.net/spip.php?article5482

    Répondre à ce message

  • Le 20 mars 2014 à 09:38, par

    Je suis un « casseur » (et je suis hyper-sympa)

    En rentrant de Nantes, je pensais ne rien écrire. Je me disais que ce n’était pas nécessaire. Que l’essentiel avait été de vivre cette journée-là. Et que le torrent médiatique sortirait de toute façon de son lit pour venir noyer cette manif. Je savais qu’il recouvrirait entièrement nos gestes et nos histoires. Et qu’il ne laisserait derrière lui que boue, effroi et désolation. Comme d’habitude. Face à cette capacité de confiscation de la réalité qu’on appelle information, nos mots, mes mots, je les imaginais dérisoires. Pourquoi s’embêter, alors ?

    Sauf que cette fameuse journée, elle s’est mise à faire les cent pas dans ma cage à pensées. Elle ne voulait pas en partir. Je ne savais ni pourquoi, ni comment, mais cette manifestation m’avait bougé. J’y pensais et je trépignais devant l’ordinateur. Je ressassais.

    J’enrageais, aussi. Je bouillais littéralement en lisant les comptes-rendus de procès des quelques personnes chopées à la fin de la journée. Ou en me plongeant dans le récit du manifestant qui a perdu un œil. Un de plus1.
    http://www.article11.info/?Je-suis-un-casseur-et-je-suis

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2025

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 985