Une tribune pour les luttes

Libérez Mohamed et Moussa, 16 ans
Leur place est à l’école, pas en rétention !

CR du Tribunal Administratif jeudi 2 juin à Marseille + pétition

Article mis en ligne le mardi 31 mai 2016

2 juin 2016

Devant une salle d’audience pleine, professeur de Mohamed, soutiens d’Avignon et Marseille, Mohamed et Moussa ont comparu libres ce matin devant le juge du tribunal administratif. Mais celui ci a suivi une décision du Conseil d’Etat et s’est déclaré incompétent.

En effet, leurs requêtes ne portent plus sur la rétention (ni sur une assignation à résidence) mais seulement sur l’OQTF, alors il n’y a plus d’urgence et le TA doit statuer en formation collégiale "classique" au niveau des juges.
Mohamed et Moussa doivent être convoqués dans les 3 mois, reste à confirmer par le TA de Marseille ou de Nîmes.

Bientôt des nouvelles sur leurs conditions de prise en charge en Avignon, sachant que Mohamed va pouvoir reprendre ses cours et Moussa devrait être rapidement scolarisé.

On continue à les soutenir !


1er Juin 2016

LIBÉRÉS… mais pas LIBRES !

Il aura fallu moins de 24h pour obtenir la libération de Mohamed et Moussa, deux collégiens de 16 ans d’Avignon, enfermés au centre de rétention de Marseille !

Alertés mardi 31 mai de leur arrestation et de leur enfermement suite à des tests osseux les déclarant majeurs, la mobilisation spontanée des personnels, des parents, des élèves du collège Frédéric Mistral a eu raison de la machine à expulser !

Mohamed et Moussa ont donc été libérés sur ordre du Préfet du Vaucluse. Le RESF se félicite de cette décision, qui ne doit rien à l’humanité préfectorale mais qui a été prise suite à l’émoi provoqué par la situation. Néanmoins cette décision est entachée de contradiction, puisque les obligations à quitter le territoire français (OQTF) décidées par le Préfet ont, elles, été maintenues. On vous libère, mais vous devez partir !... (cf en PJ le communiqué de la préfecture du Vaucluse, qui laisserait sourire si la situation n’était pas aussi grave).

Mohamed et Moussa doivent pouvoir poursuivre leurs études à Avignon sans épée de Damoclès. Comment réussir avec la crainte quotidienne d’un contrôle policier sur le chemin de l’école ?

Ces jeunes ont subi bien des péripéties pour arriver en France, par le Maroc et l’Espagne pour l’un, par la Libye, Lampedusa, Vintimille pour l’autre. Avec toutes les difficultés, les risques et les violences que l’on imagine (et que nous ne détaillerons pas par respect).

Leur place est au collège, avec leurs camarades solidaires, sous la protection des personnels de l’établissement et des parents d’élèves. L’assurance a été donnée par l’Inspecteur d’Académie du Vaucluse que ces jeunes pourront être accueillis à l’internat du collège Mistral.

Les OQTF doivent donc être annulées, le TA de Marseille doit se prononcer en ce sens.
Soyons nombreux à assister à l’audience jeudi 2 juin à 10h (27 cours Pierre Puget 13006).


Nos organisations RESF13 et 84, MRAP84, FCPE84, FSU84, CGT Educ’action 84 ont appris mardi 31 mai l’enfermement de deux jeunes mineurs isolés étrangers (MIE) d’Avignon au centre de rétention de Marseille.

Il s’agit de Mohamed F. (28/11/1999) et Moussa C. (10/11/1999), tous deux guinéens de 16 ans.
Mohamed est en classe de 4ème au collège Frédéric Mistral à Avignon.

Arrivés en mars sur Avignon puis pris en charge par l’ASE (aide sociale à l’enfance) en tant que mineurs isolés, leurs actes de naissance ont ensuite été mis en doute et ils ont subi un test osseux le 23 mai. En attendant les résultats, ils ont été assignés à résidence dans un hôtel.

Ces tests, dits de "détermination de l’âge osseux" sans réelle portée scientifique, leur ont donné “19 ans d’âge avec une variabilité de 1 an”, ce qui est le verdict classique pour les jeunes guinéens vivant à Avignon : 3 autres jeunes se sont retrouvés dans ce cas ces dernières semaines !

Le Préfet du Vaucluse a alors immédiatement décidé d’un arrêté d’obligation à quitter le territoire français (OQTF) à l’encontre de Moussa et Mohamed. Ils ont été arrêtés puis emmenés au centre de rétention (CRA) de Marseille le 30 mai.

Ils ont formulé un recours contre cette OQTF et contre leur placement en rétention ; ils passeront devant le tribunal administratif de Marseille jeudi 2 juin à 10h (27 cours Pierre Puget 13006).

Nos organisations interpellent le Préfet du Vaucluse en exigeant la libération immédiate de ces deux jeunes afin que cesse leur calvaire et qu’ils puissent poursuivre leur scolarité.
Elles invitent celles et ceux que cette situation révolte à témoigner de leur soutien à ces jeunes notamment en assistant à l’audience du TA jeudi 2 juin à Marseille.
Elles appellent à signer et à faire signer massivement la pétition de demande de libération de ces jeunes adressée au Préfet du Vaucluse.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

RESF 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 490

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 900