Une tribune pour les luttes

Collectif Cévennes sans frontières

Menace d’expulsion pour Moussa enfermé au CRA de Nîmes

Article mis en ligne le jeudi 3 mai 2018

Pour rappel, Moussa a fui son Pays après avoir vu son compagnon brûlé devant lui. Sa notoriété en tant qu’artiste fait de lui la cible idéale de tous les homophobes locaux. Il semblerait que la Préfecture se range du même côté, et en voulant expulser Moussa elle apporte clairement son soutien à tous ces états qui brûlent - enferment – torturent – chassent pour la seule raison de divergence de vie familiale.

Cette nuit là, Moussa a résisté, il a défendu sa vie, sa liberté, ils n’ont pas pu l’embarquer dans l’avion, ils l’ont ramené à Nîmes mais pour combien de temps !!!

Des rassemblements de soutien se sont tenus dimanche et lundi devant la Préfecture de Nîmes, et mardi 1er mai devant le CRA pour exiger la libération et la régularisation de Moussa. Lors de l’un d’eux, un militant à été arrêté et placé en garde à vue car il aurait tagué sur le mur de la préfecture son ressenti de la réalité : « Préfet de M... ». Il été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de paraître dans le Gard et sera poursuivi devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour « dégradation d’un bien public, outrage sur des policiers et refus de se soumettre à un relevé ADN ».

D’autres mobilisations auront lieu dans la semaine jusqu’à ce que cesse cette menace de mort ! Tous les collectifs et individus sont invités à apporter le soutien qu’ils peuvent pour empêcher que d’autres tentatives d’expulsion se présentent.

Liberté pour Moussa !!

Stop Expulsion !! Stop Répression !! Stop Enfermement !!

P.-S.

cevennessansfrontieres at riseup.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 12 mai à 15:47, par Jennifer

    EXPULSION EN COURS D’UN MILITANT DE AIDES : L’ÉTAT S’ACHARNE CONTRE MOUSSA !

    Après une première tentative d’expulsion en catimini évitée in extremis samedi, nous apprenons que Moussa, militant nîmois de AIDES, a été transféré en fourgon vers l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry en vue de son expulsion vers la Guinée, pays homophobe. Moussa a refusé l’embarquement, il est actuellement placé en garde à vue à l’aéroport. Nous demandons la suspension immédiate de cette expulsion, acte criminel et indigne du pays des Droits de l’Homme et le réexamen de sa demande d’asile. QUE CESSE CET ACHARNEMENT !

    L’information est confirmée : la France est bel et bien en train d’expulser un homme gay vers un pays qui punit l’homosexualité de 3 à 7 ans de prison. Là-bas ne l’attendent que persécutions et menaces pour sa vie.

    Moussa est arrivé en France en 2015 après avoir fui la Guinée, son pays d’origine, où son homosexualité lui fait encourir plusieurs années de prison. Ou pire, le lynchage. Arrivé en 2015 avec une autorisation de travail, il est aujourd’hui sans papiers après avoir été débouté de sa demande d’asile en 2017. La préfecture du Gard, notoirement connue pour son zèle dans les expulsions avait déjà tenté de l’expulser samedi, sans succès grâce à la mobilisation des militants de AIDES et RESF.

    AIDES condamne fermement une telle politique migratoire, qui semble faire fi de toute humanité et du respect le plus élémentaire des droits humains. Quant à la fameuse tradition d’hospitalité, elle semble n’être qu’un lointain souvenir à l’heure où la loi « Asile et Immigration », qui fragilisera encore davantage les demandeurs-euses d’asile, est en voie d’adoption.

    « AIDES demande l’arrêt immédiat de cette procédure d’expulsion, la libération de Moussa et le réexamen de sa demande d’asile. L’Etat doit arrêter de s’acharner contre Moussa, prendre ses responsabilités et protéger les personnes issues de pays où la discrimination homophobe et la criminalisation de l’homosexualité font rage » conclut Aurélien Beaucamp, président de l’association AIDES.

    Jugement renvoyé au 12 juin
    M oussa reste cependant en détention

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Migrations c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 105

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1135