Une tribune pour les luttes

ENPING EST LIBRE

Article mis en ligne le jeudi 31 août 2006

Communiqué du RESF 13 mercredi 30 août 2006, 18h03

Malgré la condamnation d’Enping à un mois de prison avec sursis, la raison, la défense et la mobilisation l’ont emporté.

Le RESF13, qui avait mobilisé une trentaine de personnes cet après midi au tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence, se félicite de la libération d’Enping CHEN.

Actuellement pris en charge par RESF13, Enping va pouvoir retrouver Yannick son fils de 3 ans et son mari dont elle est séparée depuis plus d’un mois.

Cette victoire ne résout cependant pas la situation administrative de la famille CHEN qui doit pouvoir bénéficier d’un titre de séjour pour construire sa vie en France en toute légalité, pour pouvoir bénéficier de tous les droits qui leur font défaut depuis 5 ans.

Elle montre par contre que la résistance à l’oppression que nous impose le ministre de l’Intérieur n’est pas vaine. Que s’il a ordonné l’expulsion de Jeff coûte que coûte ce même jour, il ne pourra jamais museler RESF et encore moins gagner dans tous les aéroports, dans toutes les cours de justice et surtout dans l’opinion qui soutient ce juste combat pour l’avenir des jeunes sans papiers.


Enping dort ce soir en prison

Communiqué du RESF13, mardi 29 août, 19h45.

Déjà privé de sa mère, maintenue en rétention à Marseille depuis 1 mois, comment son papa va-t-il annoncer à Yannick, leur fils de 3 ans qui effectue sa première rentrée scolaire le 4 septembre, la nouvelle ?

Pourtant le cauchemar devait prendre fin demain mercredi, après 32 jours de rétention. Mais comme par hasard, les choses se sont brutalement accélérées.

Mardi 29 août aura été une journée insupportable pour Enping SHAN. Sortie du centre de rétention du Canet tôt ce matin, embarquée de force vers l’avion, elle a trouvé le courage de refuser cet embarquement. Quelle mère se serait laissée expulser sans son enfant sans rien dire ?

Alors, logique implaquable des récentes lois sécuritaires, elle se voit poursuivie pour "refus d’embarquement" et passe l’après midi même au TGI d’Aix en Provence.

Le juge délégué n’a pas cru bon de soulager la douleur de cette femme en lui permettant de dormir libre sous contrôle judiciaire, RESF s’étant proposé de l’héberger, et a envoyé Enping visiter les Baumettes où l’on imagine la nuit qu’elle y passera.

Et cette nuit ne sera peut-être que la première d’une longue série, car mercredi 30 août à 14h, Enping sera fixée sur son sort au tribunal correctionnel d’Aix en comparution immédiate. Elle risque 3 mois de prison ferme pour refus d’embarquement.

Mais quelle crime a donc commis Enping pour qu’on veuille l’expulser et ainsi la séparer de son enfant ? Quelle est l’intérêt de la France dans cette nouevelle injustice ? Il serait enfin temps que du côté du ministère et des préfectures, les paroles "d’humanité" soient suivies d’actes.

Pour sa part le RESF13 appelle tous les citoyens, parents, enseignants, militants, associations, syndicats, partis politiques, en particulier ceux d’Aix-en-Provence à se rendre massivement à l’audience du tribunal correctionnel d’Aix mercreci 30 à 14h, Bd Carnot, afin d’apporter un soutien à Enping et montrer à la presse et à la justice que nous sommes nombreux à ne pas partager les mêmes valeurs que celles du ministre de l’Intérieur.

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525

RESF 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 500