Une tribune pour les luttes

3 janvier 2004

Appel pour la levée du siège de Naplouse, de Balata et de Beit Furik !

Par Rabab Abdulhadi

Article mis en ligne le lundi 5 janvier 2004

Appel transmis par l’International Solidarity Movement et Gush Shalom

S’il vous plait, agissez immédiatement pour la levée du siège de Naplouse,
de Balata et de Beit Furik !

Naplouse est assiégée depuis dix jours et le camp de réfugiés de Balata est assiégé depuis dix huit jours consécutifs. On nous rapporte que chaque entrée et sortie de Balata est totalement fermée.

Ni nourriture, ni médicaments ne sont autorisés. Les équipes d’aide médicale sont bloquées et à chaque tentative, elles sont totalement empêchées de
passer.

Des militants de l’ISM (Mouvement de Solidarité Internationale) ont été attaqués alors qu’ils étaient en mission d’observation et de témoignage sur les exactions que les autorités d’occupation israéliennes commettent contre la population palestinienne.

Beit Furik est complètement fermée. Son maire déclare qu’il y a des cas de famine.

Deux hommes et un garçon ont été tués sous le feu de l’armée israélienne depuis ce matin.

Le premier, Amjad Bilal Masri, est un jeune de 15 ans qui a été visé alors Qu’il était devant sa maison. La balle du sniper a touché Amjad dans le dos.
Il est mort pendant son transport à l’hôpital.

Le second est Amer Kathym Arafat qui a aussi été touché dans le dos par une balle de sniper.

Le troisième est Rouhi Hazm Shouman, 25 ans, qui a aussi été touché dans le dos par un sniper.

Mme Majida Masri, porte parole des femmes pour la Coordination du Committee of Palestinian Political Faction, a appelé il y a quelques minutes pour que tous les habitants de Naplouse qui le peuvent, aillent à l’hôpital Rafidiya pour défier le couvre-feu et rejoindre les familles des martyrs pour les funérailles collectives faites aux trois hommes.

« Ils ont été tués dans le dos par la lâcheté des tireurs. Leur seul crime a été de refuser de se plier aux projets de l’occupation israélienne pour vider la Palestine de son peuple ».

Des informations de Balata indique qu’une disette est organisée par l’armée israélienne qui a fermé le camp et refuse d’autoriser que la nourriture et les médicaments empruntent ne serait-ce qu’un simple passage : entrées officielles ou non.

Il y a quelques jours, l’armée israélienne a tiré et blessé quatre personnes qui assistaient à l’enterrement d’une vieille femme qui venait de mourir. Il n’y avait eu ni manifestation, ni événement politique autour de ces funérailles.

Le siège de la vieille cité de Naplouse et de ses quartiers (Yasmeeneh, Qaryoun, Habaleh) a été renforcé depuis le 30 décembre 2003.

L’armée israélienne déclare qu’elle recherche le leader des Brigades des martyrs d’Al Aksa, Abu Sharkh. Elle a pris en otages son frère et sa femme, a exhibé l’épouse à bord d’une jeep dans la vieille ville et l’a forcée à appeler son mari, par le biais de grands hauts parleurs, et à se rendre pour qu’elle retrouve la liberté. Elle a été relâchée hier seulement.

Personne ne peut entrer dans la vieille ville, mais le Dr. Ghassan Hamdan du Palestinian Medical Relief Committee qui est dans la vieille ville a appelé le monde entier à intervenir immédiatement pour soutenir la population de Naplouse.

Il a condamné les médias de ne pas couvrir ce qui est en train d’avoir lieu, y compris le quotidien palestinien le plus important, Al-Quds, qui n’a pas rendu compte en Une des événements en cours à Naplouse.

Le Dr. Hamdan a critiqué l’Autorité palestinienne qui n’a rien fait pour aider Naplouse et a demandé que « Abu Alaa, le Premier Ministre palestinien, tienne un meeting à Naplouse pour révéler les horribles conditions que vit la ville sous la brutale opération israélienne »

Nous venons d’entendre des explosions dans la vieille ville. C’était dans le quartier de Qaryoun à l’intérieur du Palais Abdelhadi qui abrite 75 personnes. Le palais, construit il y a 400 ans, est un waqf, offert par Mahmoud Abdelhadi pour l’usage des femmes d’Abdelhadi qui n’avaient aucun endroit où vivre et aucune source de revenus (veuves, femmes seules qui ne travaillent ou n’ont aucun revenu, et les femmes dont les maris ou les fils en âge de gagner leur vie sont handicapés).

Les militaires israéliens ont ordonné aux 75 personnes d’évacuer le Palais à 3h30 du matin et les ont laissées dehors dans le froid.

M. Aslan, un voisin, a invité les 75 personnes et leur a offert l’hospitalité et la chaleur. Les familles se sont dispersées dans toute la vieille ville (avant le siège plus strict) et sont incapables de rentrer chez elles.

Le Dr. Mahdi Abdelhadi, directeur de PASSIA, est allé à la Cour Suprême israélienne. Le Tribunal a ordonné une injonction contre la destruction du Palais mais les militaires ont fait appel à la décision et ils ont obtenu une permission de la Cour pour détruire ce bâtiment historique "si les besoins de sécurité nécessitent une telle action."

Ceci demande également votre attention immédiate.

Nablus a été coupé encore en deux parties au niveau de la porte de Maha, qui a été nommée ainsi en mémoire de Mme Maha Nimr, qui vivait à proximité et dont le fils a été arrêté et est actuellement interrogé dans la prison de la colonie d’Ofer (près de Ramallah) ; on ne permet à aucun membre de sa famille ou aux avocats de le voir jusqu’à ce que " l’interrogatoire soit terminée."

"Tora Bora", comme les résidants l’appellent, est le tas d’ordures que l’armée israélienne d’Occupation a accumulé près du Gouvernorat de Naplouse détruit (ainsi que la prison qui a été bombardée avec des prisonniers à l’intérieur en 2002, ayant pour résultat le massacre de 10 policiers palestiniens qui gardaient la prison).

Tora Bora sépare littéralement les deux parties de la ville et personne ne peut entrer ou sortir sans risquer de se faire tirer dessus par les militaires israéliens.

Les enfants (mon propre neveu y compris Ibrahim et mes nièces Widad, Noura, et Nada qui vivent dans la partie est, de l’autre côté de Tora Bora) avaient risqué leurs vies pour atteindre l’école afin de passer leurs examens de fin de trimestre.

Ibrahim, âgé de 10 ans, et d’autres gosses ont presque failli être tués le 23 décembre 2003 alors qu’ils essayaient de rentrer chez eux.

Il ont pu finalement atteindre la maison quelques heures plus tard et seulement après que les médias internationaux, des membres d’équipes médicales, mon autre frère, Amer, et Amal, ma belle-soeur et mère d’Ibrahim, aient risqué leurs vies, discuté avec les soldats et insisté pour obtenir que tous les gosses rentrent à la maison en passant à travers un checkpoint.

Mustapha Barghouti a décrit la campagne sanglante contre Naplouse comme une "vraie guerre sur cette ville, dont l’autre nom est la Montagne du Feu, contre la fermeté des Palestiniens et leur refus de permettre aux militaires israéliens de casser la volonté collective palestinienne de continuer à lutter pour ses droits."

"Il y a un blocage total des informations sur ce qui se passe à Naplouse," a ajouté Barghouti, expliquant que le manque de reportages a quelque chose à voir avec "la négligence qu’a l’Autorité Palestinienne, à assumer ses responsabilités dans la protection de sa population." "A la place," a encore ajouté Barghouti, "l’Autorité Palestinienne gaspille son temps et son énergie dans des réunions inutiles avec le gouvernement israélien d’Occupation qui a l’intention de détruire la volonté de notre population."

Note : Ce rapport est tiré en partie de radio Tariq Mahabbeh. (Vous pouvez écouter cette station de radio sur www.tmfm.net).

Pour plus d’interviews et d’informations, vous pouvez appeler :
Amer Abdelhadi au (+972-59-371-372) et Tariq Mahabbeh au (+972 57 830 333).

Vous pouvez également me joindre (pas après 21h30) au (+972 9 237 2891).

S’il vous plait soutenez-nous, les lignes téléphoniques et les connections Internet ne fonctionnent pas comme elles le devraient.

La population de Naplouse lance un appel pour que vous déclariez aujourd’hui (samedi,3 janvier), demain (dimanche, 4 janvier), et lundi, 5 janvier comme journées internationales de solidarité avec la population de Naplouse et de la Palestine.

QUE POUVEZ-VOUS FAIRE :

Entrez en contact avec les bureaux du gouvernement israélien dans le monde et exigez la levée immédiate du siège !

Pour une liste des Ambassades Israéliennes dans le monde, voyez svp :
http://www.embassyworld.com/embassy...

Appelez les médias et demandez-leur pourquoi ils ignorent les informations
de Naplouse, de Balata et de Beit Furik

Organisez des manifestations devant les Bureaux du gouvernement Israélien en demandant la fin de l’Occupation.

Exigez que les gouvernements du monde entier tiennent Israel pour responsable de ses actes et de ses violations des Lois Internationales et des Droits de l’Homme.

Réclamez le désinvestissement des compagnies qui effectuent des affaires avec Israel.

Ecrivez des lettres !

Ariel Sharon, Premier Ministre : pm_eng chez pmo.gov.il

Shaul Mofaz, Ministre of Defense : sar chez mod.gov.il

Sallai Meridor, Chairman of the Executive, World Zionist Organization/Jewish
Agency : sallaim chez jazo.org.il

Josh Schwarcz, Secrétaire Général de L’Agence Juive : joshs chez jazo.org.il

Itzhak Elyashive, Directeur-Général, du Fonds National Juif : Keren Kayemeth
LeIsrael info chez kkl.org.il

Envoyez des copies aux Rapporteurs spéciaux des Nations-Unies suivants :

Mr. John Dugard, Rapporteur Spécial sur la situation des Droits de l’Homme
dans les Territoires Palestiniens : dtopali.hchr chez unog.ch

Mr. Miloon Kothari, Rapporteur Spécial sur le Droit au Logement :
cmoller chez ohchr.org

Mr. Jean Ziegler, Rapporteur Spécial pour le Droit à la Nourriture :
dbhagwandin chez ohchr.org

Pour les groupes Israéliens et Juifs qui refusent de laisser Israel brutaliser les Palestiniens en leur nom, nous vous envoyons nos salutations les plus chaleureuses pour votre solidarité et votre soutien. Nous savons que vous ne pardonnez pas ces actions laides et brutales ; nous sommes conscients que vous ne faites pas partie de cette politique raciste et colonialiste.
Nous ne sommes pas deux côtés différents.
Nous ne faisons qu’un dans notre lutte commune pour la Justice en Palestine, pour la fin de l’Occupation, pour la Paix pour tous.
Ensemble avec ceux qui combattent pour la justice partout dans le monde, nous créerons un monde meilleur ; pour nous qui osons imaginer l’impossible.

En solidarité,

Rabab Abdulhadi, Naplouse, Palestine

Source : ISM & GUSH SHALOM.  Traduction : CS/MG

P.-S.

Voir aussi les Témoignages de MYRIAM C’est l’humanité qu’on assassine

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1090