Une tribune pour les luttes

L’appel de Manille est sans ambition et régressif ! Analyse

Maxime Combes, Attac

Article mis en ligne le dimanche 1er mars 2015

Beaucoup ont parlé de l’appel de Manille lu par Marion Cotillard lors du voyage présidentiel de François Hollande aux Philippines. Peu l’ont analysé avec précision, sauf à dire qu’il ne contenait rien de spectaculaire. Ce n’est pas vrai. Il est spectaculairement sans ambition et régressif. Analyse.

Lu avec difficulté par Marion Cotillard, l’appel de Manille a finalement été peu commenté sur son contenu. Il est pourtant exemplaire. Exemplaire d’une machinerie diplomatique française qui tourne à vide et qui ne semble avoir aucune vision globale de ce qu’implique une lutte déterminée contre les causes des dérèglements climatiques.

Une ambition édulcorée

En septembre 2013, lors de la réception des travaux du GIEC, Laurent Fabius avait fixé le cap. En 2015, à Paris, il s’agissait d’aboutir à « un accord applicable à tous, juridiquement contraignant et ambitieux, c’est-à-dire permettant de respecter la limite des 2 °C ». Dans l’appel de Manille, il n’y a plus aucune référence à l’objectif des 2°C. Les négociateurs français n’ont-ils pas déjà averti que l’accord (éventuel) de Paris ne serait pas « en capacité d’être dans un scénario de limitation du réchauffement à 2 °C » ? Jugé inatteignable, cet objectif chiffré que la communauté internationale s’est elle-même fixée, est donc tout simplement passé sous silence.

L’appel de Manille ne mentionne pas plus l’objectif consistant à obtenir un accord juridiquement contraignant à Paris. Insistance est faite sur la volonté d’obtenir un accord universel, s’appliquant à tous les Etats, mais rien n’est dit sur la nature juridique de l’accord auquel il faudrait aboutir. Ainsi, à la contrainte juridique, seule à-même d’instituer une contrainte et un engagement politique autour des engagements des Etats, il est jugé préférable de s’appuyer sur la bonne volonté des Etats. Preuve également que le gouvernement français est prêt à accepter n’importe quel type d’accord, pourvu qu’il y ait un accord à Paris. […]

Lire la suite

[…] En conclusion, l’appel de Manille invite chacun d’entre nous à « diffuser cet appel ».
Pour toutes les raisons qui précèdent, nous ne le diffuserons pas.
Nous préférons vous inviter à discuter, compléter et diffuser l’autre Appel de Manille, celui que Marion Cotillard aurait du lire, celui qui pose les bases d’une véritables ambition en matière de climat !

L’autre appel de Manille

http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-combes

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | ... | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | 80 | ... | 2065

Environnement/écologie c'est aussi ...

0 | ... | 40 | 45 | 50 | 55 | 60 | 65 | 70 | 75 | 80 | ... | 105