Une tribune pour les luttes

vendredi 21 février 2020

MARSEILLE

19 h

Mille bâbords - 61 rue Consolat - 13001

Causerie

Ecologie sociale et communalisme : une voie libertaire portée par l’actualité.

Groupe Germinal de la Fédération anarchiste

L’écologie sociale a été définie par Murray Bookchin comme une transformation radicale des relations sociales en vue de répondre aux impasses écologiques, selon lui inséparables de l’économie capitaliste et de la politique représentative.

Elle consiste en une décentralisation des lieux de décision, de production, d’habitation,
pour retrouver une échelle où l’ensemble des activités peut être repris en mains directement par les personnes concernées. Elle prône aussi une libération par rapport au travail, en se recentrant sur les productions nécessaires et en développant des techniques écologiques et maîtrisables. Le but est de supprimer tous les types
d’exploitation et de domination, de se désaliéner des dépendances aux marchandises et aux structures hiérarchiques, pour atteindre une qualité de vie supérieure, tournée vers des activités plus intéressantes et en harmonie avec l’ensemble du vivant.

Son volet politique, le municipalisme libertaire ou communalisme, a connu ces derniers temps un regain d’intérêt, grâce notamment au Confédéralisme démocratique qui, au Kurdistan syrien, se réclame explicitement de Bookchin, mais aussi grâce au courant assembléiste du mouvement des gilets jaunes. A l’approche des élections municipales, on ne compte plus les listes qui se présentent comme "municipalistes", revendiquant une démocratie plus directe ou participative. Il est désormais capital de distinguer le vrai du faux, et de ne promouvoir que les démarches proprement communalistes, c’est-à-dire celles qui visent à donner tout le pouvoir aux assemblées et à leurs liaisons fédérales, par différents moyens dont la prise de la municipalité par les urnes n’est qu’une possibilité conditionnée à des circonstances particulièrement favorables.

Après une présentation détaillée de ces spécificités de la proposition de Bookchin, nous pourrons débattre de l’opportunité de cette voie dans les circonstances actuelles, de son rapport avec les autres courants libertaires, et des moyens concrets de la faire progresser.

Présentation par Annick Stevens

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Agenda de la semaine

mercredi 28 février 2024

jeudi 29 février 2024

vendredi 1er mars 2024

samedi 2 mars 2024

dimanche 3 mars 2024

lundi 4 mars 2024

mardi 5 mars 2024

mercredi 6 mars 2024

jeudi 7 mars 2024

samedi 9 mars 2024

jeudi 14 mars 2024

vendredi 15 mars 2024

vendredi 22 mars 2024