Une tribune pour les luttes

vendredi 3 mars 2006

MARSEILLE

19 h

19 h au "mille pattes", 61 rue d’aubagne, 13001

Rencontre avec Jean Pierre Tertrais, auteur

"Du développement à la décroissance"

organisé par l’Union Régionale Sud de la Fédération anarchiste

Dans le cadre des réunions-débats publiques "du développement à la décroissance"

Deux révolutions sinon rien !

La planète a longtemps été prodigue de ressources naturelles. L’être humain a atteint un impressionnant niveau de connaissances scientifiques et de réalisations techniques. Mais ce développement désordonné, source de profit immédiat pour une minorité, compromet maintenant l’avenir des
générations futures. Le capitalisme est en train de programmer le désastre qui accablera nos petits-enfants. Alors que beaucoup ne soupçonnent encore, ni la nature profonde, ni l’ampleur du "développement", cette notion touche déjà à sa fin.

C’est en effet sur ses ruines que certains envisagent de
construire une "autre" société. La convergence entre les
nombreux problèmes (économiques, sociaux, écologiques,
culturels, politiques) qui se posent depuis plusieurs décennies a conduit à la naissance d’un courant de pensée qui privilégie la critique de cette notion de développement. Mais, aujourd’hui, de nombreux théoriciens de la "décroissance" abordent la question de la "sortie" du développement en passant sous silence la nécessité d’en finir avec le capitalisme.

Pourtant, le capitalisme, voué à une croissance continue, est un mouvement historiquement suicidaire qui entraînera
inexorablement l’humanité dans sa chute. Pour survivre ou se
développer, celui-ci ne peut échapper à la croissance. Cela
implique qu’il est impossible de réguler ce système. Ce qui
exclut d’emblée tout stratégie de décroissance réformiste.

Cependant la seule élimination du capitalisme ne saurait
suffire, car l’Etat peut très bien mettre en place une
conception centralisée de la production d’énergies "propre".
L’Etat, selon ses thuriféraires, est supposé être garant de "l’intérêt général". Or le système politique et économique
actuel est à la fois autoritaire et inégalitaire. L’Etat défend donc en réalité les intérêts de ceux qui possèdent, et de ceux qui dirigent politiquement la société. Pour vivre libres, les individus socialement organisés devront également le faire disparaître.

La dépendance qui nous lie à la nature est aussi fondamentale
que le "contrat social". La conscience révolutionnaire est
donc nécessairement à la convergence de la conscience politique et de la conscience écologique. Il s’agit ici d’accomplir une double révolution.

Si la perspective révolutionnaire paraît lointaine, il n’en
reste pas moins qu’elle constitue la seule solution à l’impasse du capitalisme. En effet, seule une société égalitaire, ou les individus décideraient collectivement de ce qu’ils souhaitent en faire, pourrait préserver les chances des générations futures de vivre décemment. Les politiciens et les hommes d’affaires n’ont que le pouvoir qu’on veut bien leur accorder. Alors ne leur accordons plus rien !

Union Régionale Sud de la Fédération anarchist

P.-S.

Union Régionale Sud de la Fédération anarchiste
- c/o CES - BP 1 - 07170 Villeneuve de Berg

Pour tout renseignement :
- relations-exterieures@federation-an...

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Agenda de la semaine

samedi 25 mai 2024

dimanche 26 mai 2024

lundi 27 mai 2024

mardi 28 mai 2024

mercredi 29 mai 2024

jeudi 30 mai 2024

vendredi 31 mai 2024

samedi 1er juin 2024

mercredi 5 juin 2024

samedi 8 juin 2024

jeudi 13 juin 2024

samedi 15 juin 2024

samedi 29 juin 2024