Une tribune pour les luttes

jeudi 19 mai 2022

MARSEILLE

19 h

La Dar centre social autogéré, 127 rue d’Aubagne, 13006

Soirée d’information et d’échange

Autour de l’histoire des projets spéculatifs gentrificateurs et des résistances populaires passées et en cours rue de la République

Dans le cadre du cycle "Mort à la Gentrification" de la Dar
avec :
Un Centre Ville Pour Tous
Les Habitant.es occupants le 100 rue de la République
Al Manba

Percée sous le règne de Napoléon III, la rue de la République (rue Impériale à l’origine) était une commande de la bourgeoisie marchande pour : d’une part relier les deux ports (le vieux et le nouveau de la Joliette) ; d’autre part littéralement "exploser" les quartiers déshérités du centre-ville (panier, carmes, ...) pour les remplacer par des immeubles de rapport de type haussmanniens. Plus de 16000 personnes seront expulsées de ces quartiers, rasés à la faveur du creusement des buttes des Moulins et des Carmes. Malgré un temps record de travaux pour réaliser l’ensemble (4 ans), la bourgeoisie marseillaise bouda l’avenue clinquante pour continuer de se cantonner dans le sud de la ville ou dans les bastides, loin de la plèbe.
Cette avenue connaîtra ainsi de multiples tentatives "d’embourgeoisement", la dernière dans les années 2000, avec sa fameuse rénovation, alors qu’elle fut bradée à des fonds de pensions, espérant gros de la spéculation immobilière. Une nouvelle fois les habitant.es pauvres furent chassés, mais montrèrent une sacrée résistance. La rue est comme tout le monde le sait marquée désormais par un alignement de commerces vides, sans preneurs, et d’une multitude d’immeubles vacants.
C’est dans ce contexte qu’un mouvement d’occupation des logements vides s’est engagé, de manière revendiquée notamment au 1, place Sadi Carnot et maintenant au 100 de la dite rue.
Nous proposons de revenir sur l’histoire longue de ce pharaonique projet de changement urbain, tel un précurseur d’Euromed, mais aussi sur les luttes pour le droit au logement en cours et pour le droit à la ville.

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Agenda de la semaine

mercredi 28 février 2024

jeudi 29 février 2024

vendredi 1er mars 2024

samedi 2 mars 2024

dimanche 3 mars 2024

lundi 4 mars 2024

mardi 5 mars 2024

mercredi 6 mars 2024

jeudi 7 mars 2024

samedi 9 mars 2024

jeudi 14 mars 2024

vendredi 15 mars 2024

vendredi 22 mars 2024