Une tribune pour les luttes

vendredi 29 septembre 2023

MARSEILLE

18 h

local de Mille Bâbords, 61 rue Consolat, 13001

Libre Penseurs du 13 • Groupe Gaston Crémieux

Art moderne, art contemporain, art conceptuel... Où en sommes-nous ?

avec Jean-François Barnier

Le Musée d’Art Contemporain de Marseille vient d’ouvrir dans de beaux locaux rénovés.
Il présente l’art contemporain en citant Germano Ceylan critique d’art :
« L’art contemporain, c‘est la fin de la dictature de la peinture et de la sculpture. L’artiste rompt le cercle des systèmes préexistant de création pour embrasser une démarche sans limite et sans norme.
Le musée permet ainsi d’introduire à travers l’exemple de la peinture les logiques de dépassement et de déconstruction des catégories artistiques héritées de l’académisme. Cette section est à ce titre l’occasion d’aborder la question d’une distinction entre art moderne et art contemporain, incarnés respectivement par le musée CANTINI et le MAC à Marseille »

L’ART MODERNE
Dès la fin du 19e siècle, les artistes n’ont cessé de remettre en question l’académisme, les normes, les conventions de la bourgeoisie triomphante.
Après la Première Guerre mondiale et la victoire de la révolution russe et la perspective du socialisme, de nombreux artistes se sont engagés et ont considéré que l’art devait participer à l’émancipation humaine.

De nombreuses recherches sont faites par les artistes pour s’exprimer de façon nouvelle : cubisme, fauvisme, abstraction et tous ces courants qui constituent l’art moderne.
Le modernisme est en général associé au progrès de la société et participe à l’amélioration et à l’émancipation de l’humanité.

L’ART CONTEMPORAIN
Après la deuxième guerre mondiale et la bombe atomique, la guerre froide, le stalinisme et l ‘évolution du monde vers une économie mondialisée dérèglementée, les consciences ont été profondément marquées.
C’est dans ce contexte que se développe l’art dit « contemporain ».

« Il faut l’inversion des valeurs, dépoussiérer la culture, déconditionner les comportements, et les modes de créer, casser les rôles, faire bouger les lignes ». Comme le dit le MAC il faut un art « sans limite et sans norme »

Le MAC présente de façon très intéressante des œuvres des différents courants de cet art « contemporain ».

L’ART CONCEPTUEL
Vers les années 60 un courant se développe et s’impose : l’art conceptuel. Il se concentre sur le concept d’art plutôt que sur la réalisation d’œuvres d’art. Sol Lewitt affirme que « cet art donne une idée de l’art, l’idée devient une machine qui fait art »
C’est dans cette voie que de nombreux artistes s’engagent.

Ils avaient été précédé par Marcel Duchamp qui déclare, en exposant une pissotière « c’est l’artiste qui décide ce qui est une œuvre d’art » Cette provocation était une manière de voir comment la société fonctionne.

POLEMIQUES
L’art conceptuel est devenu un art omniprésent dans les expositions, les foires (FIAC), les galeries, dans les institutions, (MAC, FRAC, DRAC), les médias et dans l’enseignement en particulier en France.
Alain Troyas et Valérie Arnaud dans leur livre « du narcissisme de l’art contemporain » disent : « désormais au nom de l’obsolescence des vérités, au nom de la liberté, avec n’importe quoi on fait de l’art »
Harold Rosenberg dit « l’œuvre n’a pas besoin d’être moderne, ni d’être de l’art, pas même d’être une œuvre »
C’est la destruction et la remise en cause de toutes les valeurs progressistes qui peuvent faire espérer et envisager un autre avenir que celui que nous impose ce système en crise.
En ostracisant toutes les autres formes d’arts considérées comme obsolètes, conservatrices voir réactionnaires, les acteurs de cet art « contemporain » ont découragé, bloqué la carrière de nombreux artistes, étudiants et détourné un nombreux public. Un grand gâchis surtout en France.

Aujourd’hui après 50 ans d’expériences, de polémiques, de résistances, où en sommes nous ?

C’est ce dont nous débattrons ensemble après la présentation que fera Jean-François Barnier (professeur d’Art Appliqué retraité) en développant les différentes idéologies, différentes tendances et l’œuvre de différents artistes dans son exposé.

VENDREDI 29 septembre 2023 de 18 à 20 heures
Local de MILLE BABORDS
61 RUE CONSOLAT 13001 MARSEILLE
Métro et tram à proximité

Réunion débat à laquelle vous êtes cordialement invité(e)s.

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Agenda de la semaine

dimanche 23 juin 2024

lundi 24 juin 2024

mardi 25 juin 2024

mercredi 26 juin 2024

jeudi 27 juin 2024

vendredi 28 juin 2024

samedi 29 juin 2024

mercredi 3 juillet 2024