Une tribune pour les luttes

L’Allemagne interdit le congrès de Palæstina

Article mis en ligne le vendredi 19 avril 2024

L’Unité Internationale des Travailleuses et Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI) dénonce l’interdiction du congrès Palæstina, organisé à Berlin pour dénoncer la complicité de l’Allemagne dans le génocide en cours en Palestine. Le congrès, auquel 600 participants s’étaient inscrits, avec un programme d’intervenants internationaux de premier plan, a été dissous par la police quelques minutes après son ouverture.
Un camarade de Lucha Internacionalista, section de l’UIT-QI dans l’État espagnol, qui s’était rendu à Berlin pour le congrès, a été témoin de la répression. Pendant des heures, 2 500 policiers venus de toute l’Allemagne ont encerclé le bâtiment dans lequel devait se tenir l’événement et sont entrés dans la salle et dans le bâtiment. La capacité d’accueil a été réduite à 250 participants pour des “raisons de sécurité” injustifiées, laissant la plupart des militants à l’extérieur. Malgré les efforts déployés pour s’assurer que tous les journalistes présents soient accrédités, la police a ouvert une porte dérobée pour laisser entrer 50 journalistes sans accréditation. Cette même presse avait dénigré la conférence en l’accusant d’antisémitisme et de soutien à la violence, bien que les porte-parole de la conférence aient précisé à plusieurs reprises, lors de conférences de presse et d’interviews, l’engagement de la conférence « en faveur des droits de l’homme de tous les individus et de tous les peuples du monde ». 30 policiers ont été distribués dans la salle pour intimider les participants. Ils ont ordonné aux organisateurs de lire leurs conditions pour le congrès : aucune référence contre l’existence de l’État d’Israël, aucun soutien à la « violence » et aucun affichage de symboles du réseau de soutien aux prisonniers palestiniens Samidoun ou du Front populaire de libération et d’autres organisations que l’Allemagne considère illégales. Finalement, le congrès a commencé, mais au bout d’une demi-heure, la police a coupé l’électricité dans tout le bâtiment pour empêcher la diffusion en ligne et, à l’aide d’un haut-parleur, elle a annoncé l’annulation des trois jours de congrès et l’évacuation de la salle. Deux membres de l’organisation allemande Jewish Voices for a Just Peace (Juifs antisionistes) ont été arrêtés. En Allemagne, les droits à la liberté d’expression et d’association restent lettre morte lorsque les grandes puissances défendent l’État génocidaire d’Israël.
Mais, la répression avait commencé bien avant. Malheureusement, ce n’est pas nouveau : pendant les semaines précédant le congrès, les groupes organisateurs ont subi des attaques médiatiques, politiques, économiques (le compte courant de Jewish Voices a été fermé) et juridiques. Le médecin palestinien Ghassan Abu Sitta, invité au congrès pour parler de son expérience de travail dans les hôpitaux de Gaza dans les premières semaines du génocide, a été arrêté à l’aéroport de Berlin et renvoyé à Londres. Il s’est vu interdire toute activité politique en Allemagne et même de donner sa conférence en ligne depuis l’étranger sous peine d’amendes. Comme il l’a dit, l’Allemagne est complice du génocide et ne permet pas à ceux qui en ont été témoins de s’exprimer. Abu Sitta est citoyen britannique et recteur de l’université de Glasgow. Yanis Varoufakis, ancien ministre de Syriza et leader de Diem 25, a également été interdit en Allemagne après avoir twitté une vidéo d’un discours qu’il avait préparé pour le congrès.
Le samedi 13, une manifestation a traversé le centre de Berlin pour dénoncer l’interdiction du congrès dans une atmosphère chargée d’énergie et de militantisme. Le lendemain, des rassemblements ont eu lieu devant les ambassades allemandes dans plus de 20 villes, dont : Dublin, Londres, Paris, Tokyo, New York, Barcelone, Chicago et Mexico.
Pourquoi tant d’efforts pour interdire le congrès ? Tout d’abord, parce que l’Allemagne, comme l’a dénoncé le gouvernement nicaraguayen auprès de la Cour internationale de Justice des Nations unies, est le deuxième fournisseur d’armes d’Israël après les États-Unis. En 2023, l’Allemagne a fourni 30 % des importations d’armes d’Israël, pour une valeur de 326,5 millions d’euros, alors que l’offensive israélienne à Gaza a commencé après le 7 octobre.
Le gouvernement des sociaux-démocrates et des Verts est directement complice du meurtre systématique de plus de 33 000 Palestiniens à Gaza, de la famine qui frappe les 2,3 millions de personnes qui survivent dans la bande de Gaza et de la répression brutale exercée par les soldats et les colons en Cisjordanie. D’où le slogan du congrès : « Nous accusons ».
L’Allemagne fonde son soutien inconditionnel à Israël sur la « culpabilité » de l’Holocauste. Mais, si c’était la vraie raison, elle devrait proposer à toutes les victimes de l’Holocauste et à leurs héritiers de revenir dans le pays, de récupérer les biens qui leur ont été volés et d’être indemnisés pour les meurtres commis par le régime nazi et sa machine d’extermination contre les juifs, les homosexuels, les tziganes et les communistes.
Non, l’État allemand ne veut pas réparer les torts causés aux Juifs et les ramener dans le pays. Il préfère maintenir l’État d’Israël et son régime de colonialisme de peuplement, d’apartheid et d’extermination du peuple palestinien afin de soutenir le porte-avions du système capitaliste au Moyen-Orient, une région stratégique de la planète en raison de ses énormes ressources et de sa situation géographique. C’est pourquoi il n’autorise pas les survivants juifs de l’Holocauste à prendre la parole lors des manifestations pro-palestiniennes. C’est pourquoi ils arrêtent les Juifs antisionistes : ils peuvent démasquer le gros mensonge de l’antisémitisme comme alibi. Alors que les vrais antisémites (ou plutôt judéophobes) se promènent librement au Parlement ou à la télévision. On ne cache pas un génocide en soutenant un autre.
Il y a une autre raison. Des millions d’Arabes et de Palestiniens, de Turcs, d’Iraniens, d’Afghans, de Pakistanais et d’autres peuples vivent en Allemagne et l’État allemand, profondément islamophobe, doit maintenir des privilèges racistes afin d’imposer la division de la classe ouvrière et des secteurs populaires.
Le Congrès palestinien n’a pas été vaincu. Il a seulement fait les premiers pas pour démasquer les mensonges au cœur de l’impérialisme européen.

P.-S.

Unité Internationale des Travailleuses et Travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Palestine c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 150