Une tribune pour les luttes

mardi 3 octobre 2006

MARSEILLE

14 h

14 h devant le Tribunal de grande instance

La Justice Marseillaise n’aura pas la peau des Chibanis

rassemblement devant le TGI de Marseille

Le Rouet à Coeur Ouvert

A nouveau un Tribunal marseillais a donné tort aux Chibanis.

Ce jeudi 28 septembre c’est le Tribunal Administratif de Marseille, siégeant en référé, qui donnait raison au Préfet des Bouches du Rhône pour expulser avec les forces de police les habitants du 24 rue Jean ALCAZAR.

Cela devient commun dans cette ville et personne ne s’en inquiète, la vie va ainsi dans cette ville où chacun se complet à parler à tort et à travers de terre d’accueil !

Cette nouvelle décision d’injustice permet ainsi à faire expulser à partir du 29 septembre tout « bougnoule » qui se trouverait dans les lieux. Elle est passée sous silence par tous les médias locaux si prolixes dans d’autres circonstances pour dénoncer les arnaqueurs en tout genre de la Sécurité Sociale (immigré bien entendu et Arabe de surcroît). Elle n’a pas suscité une grande mobilisation des politiques de gauche, il y a eu même une élue très à gauche par le verbe pour dire dans le journal local « La Provence » aux relents populistes : que ce qui se passait dans ce quartier était finalement très bien ... Jean-Claude GAUDIN, le numéro 2 de l’UMP, doit en frétiller encore.

Marseille n’est pas Bobigny, Marseille n’est pas Cachan

Sarkozy et Gaudin n’auront pas besoin de tancer les juges de Marseille ils sont acquis à leurs idées, ils sont aux ordres !

Sarkozy et Gaudin n’ont pas à s’inquiéter d’une quelconque fronde ou révolte des élus de gauche locaux enfermés dans une vision externe de la réalité ; quant au monde culturel il semble avoir quelques difficultés, hormis quelques exceptions (comme ce fut le cas les 5 et 27 juillet), à sortir de sa léthargie et de son nombrilisme.

Un combat juste et équitable

Pourtant ce combat est juste il pose de graves questions sociétales : l’immigration, le logement, la vieillesse.
Chacun peut vérifier avec la problématique des Chibanis ce que veut dire « immigration jetable » après avoir été une « immigration choisie ».
Le combat est certes difficile mais il mérite d’être mené même si parfois le doute et le découragement s’emparent des militants de cette cause puisqu’ils sont bien souvent esseulés.

Un contexte difficile

Etre français, c’est quoi ? Etre un « bougnoule » et être prêt à venir travailler et mourir pour la France, par exemple. Cette vérité, il faudra du temps pour la dire. Elle correspond à une page d’histoire occultée que ce combat où des Chibanis Marseillais exhument et brandissent au grand jour dans un beau geste de dignité retrouvée. La réalité est donc celle-là : ce ne sont pas moins de 90 000 « indigènes » d’Afrique du Nord et d’Afrique noire qui ont travaillé, souvent dans les pires conditions, pour faire de notre pays ce qu’il est aujourd’hui.

La lutte des Chibanis Marseillais tombe enfin à pic dans le contexte de débat national autour de l’intégration, de l’immigration. La sagesse de ces vieux travailleurs immigrés et le triste sort qui leur est réservé éclairent tout un pan d’histoire en cherchant moins à accuser qu’à obtenir une reconnaissance politique. D’où aussi la difficulté que rencontrent les défenseurs de cette cause à conduire cette lutte et à montrer ses causes et ses racines.

Comme on le sait, la très médiatique sortie d’Indigènes ne suffit pas à dissimuler les parts d’ombre. Ce film peut certes contribuer au débat sur la question coloniale et de l’immigration mais quid de son dépassement politique ?

Prochain rendez-vous le mardi 3 octobre à 14 H au TGI de Marseille

Comme de bien entendu nous revoilà à la case justice avec un rendez-vous le mardi 3 octobre à 14 heures avec le Juge de l’Exécution au Tribunal de Grande Instance de Marseille.
Comment ne pas espérer que la mobilisation pour ce combat sera à la hauteur ce jour là ... bien entendu l’espoir fait vivre, la lutte aussi !

P.-S.

- lerouetacoeurouvert.blogspot.com/
- leraco chez wanadoo.fr
- 23, rue Sainte Famille, 13008 Marseille

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Agenda de la semaine

dimanche 25 février 2024

lundi 26 février 2024

mardi 27 février 2024

mercredi 28 février 2024

jeudi 29 février 2024

vendredi 1er mars 2024

samedi 2 mars 2024

dimanche 3 mars 2024

lundi 4 mars 2024

vendredi 15 mars 2024

samedi 16 mars 2024

vendredi 22 mars 2024