Une tribune pour les luttes

TUNISIE

Journée internationale de solidarité avec la population du bassin minier de GAFSA, et pour la libération des prisonniers.

Pétition pour la libération des prisonniers d’opinion du bassin minier

Article mis en ligne le vendredi 9 octobre 2009

http://www.fidh.org/Petition-pour-la-liberation-des

Contexte

En janvier 2008, le bassin minier du gouvernorat de Gafsa (Tunisie) a été le théâtre d’un mouvement pacifique de protestation sociale sans précédent. Dénonçant la corruption, la pauvreté et le chômage, les premières manifestations ont vu le jour en janvier dans la ville de Redeyef et se sont progressivement étendues à d’autres villes du bassin. Rapidement, des comités de soutien aux manifestants se sont constitués aux niveaux national et international. A partir d’avril et de manière plus massive en juillet , les autorités tunisiennes ont mené une répression violente à l’encontre des acteurs de ce mouvement, des manifestants et des leaders des comités de soutien.

La répression par les autorités tunisiennes de ce mouvement a conduit au décès de plusieurs personnes, des centaines de personnes arrêtées de manière violente et en dehors du cadre de la loi, des actes de torture et de mauvais traitement, des dizaines de prisonniers d’opinion, des familles brutalisées et humiliées, etc.

Le Comité National de Soutien aux Habitants du bassin Minier en coopération avec l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (programme conjoint FIDH-OMCT), le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie, Amnesty International France, la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives lancent ainsi un appel pour la libération immédiate et inconditionnelle de tous les prisonniers d’opinion du bassin minier et le rétablissement de tous leurs droits : signez la pétition !

Le 9 octobre 2009, sera organisée une journée internationale de solidarité avec les habitants du bassin minier. A cette occasion seront organisés des évènements dans les villes suivantes (Paris, Nantes, Marseille, Alger, Rabat, Le Caire, Montréal, Genève…).

Tunisie - Solidarité avec les habitants du bassin minier Appel à la libération des prisonniers d’opinion du bassin minier

A la veille de la tenue d’élections présidentielles et législatives en Tunisie, nous, les organisations et individus soussignés, appelons à la libération immédiate et inconditionnelle de l’ensemble des manifestants, syndicalistes, défenseurs des droits de l’Homme et journalistes condamnés arbitrairement au terme de procédures violant les règles fondamentales du droit à un procès équitable et à la fin de la répression à l’encontre de l’ensemble de la population du bassin minier de Gafsa/ Redeyef.

Loin du faste des festivités pour la campagne électorale, la population du bassin minier continue de souffrir de la répression féroce qui s’est abattue sur la région il y a plus d’un an et demi. Outre, les difficultés rencontrées par les familles des détenus, l’ensemble de la ville de Redeyef continue de subir les conséquences de la répression de la protestation populaire qui l’a secouée au premier semestre 2008. Le contrôle policier y reste permanent, les mesures de représailles quotidiennes et tout rassemblement interdit.

Enfin, les signataires de cet appel appellent instamment les autorités tunisiennes à rétablir tous les prisonniers d’opinion et leurs familles dans leurs droits.


A Marseille, film vendredi 9 octobre 19h. à Mille Bâbords.

A Paris, à 19H30.

Au Centre Culturel la Clé
21 rue de la Clef,
M° Censier-Daubenton (ligne 7) (ou Place Monge).

Journée internationale de solidarité avec la population du bassin minier de GAFSA, les populations sinistrées de Redeyef et pour la libération des
prisonniers

(Alger - le Caire - Rabat - Tunis - Genève - Montréal - Marseille - Nantes
Paris...)

Depuis le début de la révolte du bassin minier de Gafsa, les femmes y tiennent un rôle de première importance. Elles ont été à l’origine des principales grandes manifestations de masse suite aux premières arrestations. Elles ont conduit des initiatives de résistance de plusieurs formes (occupations, sit-in, manifestations, rassemblements…) ; et elles ont été celles qui ont assuré au quotidien l’extraordinaire cohésion et la grande solidarité dans la population et au sein des famille, qui ont permis au mouvement de se développer et de tenir, malgré tout.

Depuis la grande répression et l’emprisonnement de dizaines d’animateurs du mouvement, ce sont toujours elles qui se battent pour la libération des prisonniers tout en assurant la continuité de la vie à Redeyef. Aujourd’hui, elles assument le rôle de porte-paroles de leur maris, frères et fils emprisonnés, mais aussi des populations réduites au silence à Redeyef et dans la région.

Le film Leila Khaled, la Tunisienne (34’) retrace l’histoire de ces deux dernières années à travers les mots de quelques unes d’entre ces combattantes. Il leur est dédié ainsi qu’à toutes celles qui n’ont pu être filmées. Il espère donner le plus grand écho à leur revendication la plus urgente : Libération immédiate de tous les prisonnier du mouvement du bassin minier.

Ce film a été réalisé par le Comité National de Soutien aux Habitants du Bassin Minier grâce à tant de solidarités à l’intérieur et à l’extérieur de la Tunisie.

Comité Maghreb Solidarité, Alternative libertaire, Nouveau parti Anticapitaliste, Fédération Tunisienne des Citoyens des deux Rives.

Ce Film est diffusé avec le soutien de :
AMNESTY INTERNATIOANL France - FIDH – FTCR - REMDH - CRLDHT


Sur la répression en Tunisie,

voir Mille Bâbords 10310 et le dossier 9701

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 10 novembre 2009 à 10:17, par

    tel est le titre d’un article du journal La Provence daté du samedi 7 novembre à l’occasion de la visite du Président du Conseil général des Bouches du Rhône et sénateur PS, invité d’honneur du congrès du RCD le parti de Ben Ali.

    Communiqué du NPA 13

    "Le journal La Provence dans un article du 7 novembre relate la visite de M.Guérini président(PS) du conseil général des Bouches du Rhône en Tunisie.

    Pour le NPA en se rendant en Tunisie et en assistant au congrès du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (parti au pouvoir), M.Guérini a apporté sa caution à un pouvoir policier, corrompu, anti-démocratique.

    Le régime de Ben Ali ne cesse de bafouer les libertés fondamentales notamment la liberté de la presse et la liberté syndicale.

    Dernièrement le journaliste critique Slim BOUKHDIR après avoir été tabassé, est maintenant assigné à domicile ; le 29 octobre un autre journaliste Taoufik BEN BRIK a été arrêté à la suite d’articles (parus dans des journaux français) critiquant le processus électoral, une parodie d’élection ayant porté pour la cinquième fois Ben Ali à la têtedu pays avec plus de 89% des voix.

    Le président du conseil général était aussi en Tunisie pour défendre l’Union Pour la Méditerranée, projet de Nicolas Sarkozy visant à créer un marché méditerranéen libéral et sécuritaire, le NPA dénonce et combat ce projet qui va contre l’intérêt des peuples."

Retour en haut de la page

Rubrique "Les pétitions"

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 645