Une tribune pour les luttes

URIBE, un colombien à Metz.

L’ex président colombien et narco notoire professeur à l’ENIM de METZ

Article mis en ligne le mercredi 30 mars 2011

Même le silence a une fin.

« Nous avons le sens inné du bonheur » Ce sont par ces mots qu’Ingrid Betancourt parle des Colombiens. Pamela Perl, elle, parle de souffrance. Cette jeune française a passé prés de deux ans dans la jungle du Choco, dans le Nord du pays, dans « Le meilleur coin des Amériques » comme on le répète là-bas. Un écosystème parfait, des richesses minières, du bois, tout pour faire pousser bananes, huile de palme et Coca, bien sûr. Des conditions tellement bonnes qu’elles peuvent devenir un enfer pour ses habitants. « Ce sont des afro colombiens, descendants d’esclaves déportés et des métis, qui sans terre dans les années 60 sont venus dans l’état du Choco encouragés par l’état. » Mais en 1996 les ennuis commencent sur fond de politique et de trafic de drogues. Les FARC, la guérilla d’extrême gauche occupe une partie du territoire, ailleurs des paramilitaires chassent tous les ennemis possibles du gouvernement. Le président Uribe disait des FARC : « « Je les tuerai tous jusqu’au dernier », avant de mettre en place la fameuse sécurité démocratique, qui donne pour chaque guérillero tué, droit à une prime et des avantages. Ces paramilitaires formés par l’armée à la lutte anti subversive « ont commencé un harcèlement économique et physique des habitants de la région sous le prétexte du narco-trafic » En 1997 ils débarquent dans la Cuenca[1] de Cacarica où Pamela travaillera quelques années plus tard. Tortures, meurtres et violences sont au menu de cette excursion dans la jungle. Les militaires de la XVII brigade, l’armée régulière, poussent le vice en jouant au football avec la tête d’un paysan, crime pour lesquels le général Rito Alejo Del Rio est poursuivi aujourd’hui. Celui qu’on nomme le « pacificateur d’Uraba » a organisé cette opération nommée Genesis. C’est alors un proche de l’ex président Alvaro Uribe, gouverneur alors de la province d’Antiquioa.

L’ex président Alvaro Uribe nommé à l ‘ENIM de Metz.

Paméla parle aujourd’hui parce qu’en rentrant en France, elle a été scandalisé qu’ Uribe puisse être nommé comme professeur à l’école de Metz, école à qui il a donné de l’argent et qui le lui rend bien. Elle rend responsable Uribe d’être mêlé aux narcotrafiquants, et d’être un criminel de guerre. « Entre le 24 et le 27 février 1997, 5000 personnes sont déportés, certains fuient vers le Panama ou vers Turbo, la grande ville du secteur où ils resteront enfermés dans un stade durant quatre longues années. »
La suite sur http://fourmesdediscours.over-blog....

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 740