Une tribune pour les luttes

Section Marseille 15e/16e)

Encore un coup de Rrom Monsieur le Préfet !

Article mis en ligne le jeudi 24 novembre 2011

COMMUNIQUE

La Provence du 20 novembre 2011 titrait : « un préfet à l’apéro pour fêter le départ des Rroms » invité par les habitants du quartier de la Belle de Mai à Marseille après le démantèlement, en aout dernier, d’un campement de familles Rroms « qui viv(ai)ent dans des conditions terribles ».

Si les habitants du quartier se réjouissaient de la « fin d’un calvaire » parce qu’ils vivaient « au milieu d’un camp de Rroms » et remerciaient la police, alors qu’ils devraient penser au calvaire que vivent ces familles Rroms. Malheureusement cette situation est voulue par les autorités préfectorales et municipales. Le préfet agit comme un « pyromane » qui vient comme un sauveur pour éteindre le feu qui embrasait l’esprit des riverains.

En effet depuis plusieurs années, la Fondation Abbé Pierre, Rencontres Tsiganes, Médecin du Monde et la Ligue des Droits de l’Homme ont proposé des solutions humanitaires qui consisteraient à mettre à dispositions des terrains de l’Etat, des propriétés des collectivités pour accueillir ces familles pour un hébergement avec un minimum de dignité comme cela est fait dans d’autres communes de France.

Il y a eu une fin de non recevoir et pire encore il y a 2 ans le préfet de l’époque a proposé pour ce faire une ancienne gendarmerie au bord de l’autoroute du nord ! Un relevé du niveau sonore indiquait 70 décibels, ce qui «  les fera partir plus vite » a ajouté le préfet ! Proposition jugée inacceptable par les associations et les Rroms ce qui, en fin de compte, était recherché par la préfecture, c’est-à-dire reporter l’échec sur les associations !

Suite à l’expulsion scandaleuse, militaro-policière et médiatique, en août dernier, de la porte d’Aix, une élue représentant le maire Jean-Claude Gaudin avait promis la tenue d’une table ronde pour trouver des solutions concrètes à ces expulsions « spectacles » sans solution d’accueil pérenne.

En guise de réponse les harcèlements, les violences, les démantèlements, ont continué de plus belle au mépris de la légalité et de toute humanité. Hier c’était au cap Pinède (15e arrdt de Marseille) où robot-cops et pelleteuses ont « nettoyé » un bidonville sans autre solution que de laisser dormir à même le trottoir, par une nuit froide, une trentaine de personnes en face de la voiture de police qui gardait leur ancien lieu de survie. Plus tard dans la soirée un « déguerpissement » violent d’un trottoir à côté de l’église St Martin s’est terminé à l’hôpital…

En attendant ceux qui «  trinquent » ce sont des hommes des femmes et des enfants dans le plus grand dénuement au mépris des principes de la République, des droits fondamentaux et du plus simple sentiment d’humanité.

La Ligue des Droits de l’Homme considère comme un traitement inhumain et dégradant, que de laisser des personnes à la rue, violant ainsi l’article 3 de la Convention Européenne de sauvegarde des droits de l’Homme.

LIGUE DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN
Section Marseille 15e/16e)
11 bd Jean Labro Marseille 13016
Tel : 06 72 85 43 42

Retour en haut de la page

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4505

Ligue des Droits de l’Homme (LDH) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 250