Une tribune pour les luttes

Nouvelles acquisitions

Le Bulletin de la Médiathèque de Mille Bâbords n°19

1er trimestre 2014

contact-biblio chez millebabords.org

Permanences : le lundi de 14 à 17 h / le jeudi de 15 à 19 h

Abonnement 8 euros (ou plus par soutien). Gratuit pour les adhérents à Mille Bâbords.

I. Nous avons reçus

II. Les précédents bulletins

III. Principe de fonctionnement de la médiathèque

pour voir le catalogue en ligne


Nous avons reçu...

Amérique Latine

  • La Révolution mexicaine : 1910-1920 ; une révolution interrompue, une guerre paysanne pour la terre et le pouvoir / Adolfo Gilly - Syllepse, 1995

Emiliano Zapata et Pancho Villa sont restés dans la mémoire des humbles du Mexique comme des figures que l’on invoque à chaque fois que l’on proteste contre les possédants et contre les gouvernants.

C’est ainsi que les Indiens du Chiapas, éternels oubliés d’une « modernité » barbare qui ravage périodiquement le pays, brandissent une nouvelle fois la bannière du zapatisme.

Le Mexique de l’épopée révolutionnaire des compagnons d’Emiliano et de Pancho, le Mexique authentique des paysans en armes en quête de justice, de terre et de liberté, le Mexique mythique sont conviés dans ce formidable livre d’histoire qui donne âme, chair et sang à ceux qui ont donné sa turbulence, sa dynamique, ses rêves et sa substance à cette révolution interrompue.

Adolfo Gilly nous invite à comprendre le Mexique d’aujourd’hui et les aspirations de son peuple à travers l’épopée et la réalité d ?une révolution dont le souvenir et les idéaux hantent et enchantent encore ce pays.

C’est là un livre magique.

  • La commune d’Oaxaca : chroniques et considérations ; précédé de "Vive la commune !" / Georges Lapierre, Raoul Vaneigem - Rue des cascades, 2008

Dans le sud du Mexique, « à Oaxaca, la désobéissance civile est très près de devenir un soulèvement populaire qui, loin de s’épuiser, grandit et se radicalise jour après jour. Le mouvement a cessé d’être une lutte traditionnelle de protestation et a commencé à se transformer en un embryon de gouvernement alternatif. Les institutions gouvernementales locales sont des coquilles qui se vident chaque jour plus de toute autorité, tandis que les assemblées populaires deviennent des instances dont émane un nouveau mandat politique. Les choses vont vite et l’exemple de la commune naissante d’Oaxaca est loin de se circonscrire à sa localité ». (La Jornada, 25 juillet 2006.)

Ecologie Politique & Critique du productivisme

  • Les prédateurs du béton : Enquête sur la multinationale Vinci / Nicolas De la Casinière - Libertalia, 2013

Créé en 2000, Vinci est vite devenu un champion du CAC 40 et l’un des leaders mondiaux du BTP. Autoroutes, parkings, aéroports (dont celui de Notre-Dame-des-Landes), voies ferrées, industrie nucléaire et réseaux d’eaux constituent les marchés de Vinci pour la phase construction et pour l’exploitation. Pour les partenariats public-privé et les grands chantiers, Vinci a constitué avec quelques autres majors une oligarchie très restreinte, surpuissante, imposant son ordre au monde économique et aux collectivités. Vinci incarne le capitalisme moderne avec un discours de façade écolo, une rhétorique bien rodée sur l’humain au cœur de l’entreprise, des œuvres de bienfaisance bien orchestrées. Ce qui n’empêche pas des pratiques de prédateur en profitant des opportunités ouvertes par la crise financière et économique, l’exploitation de la précarité des salariés, les proximités avec le pouvoir et quelques ennuis devant les tribunaux.

Question sociale

  • La Cissexualité, ce douloureux problème : Quand les minorités viennent nommer et questionner la norme / Naîel - éd. Lemoine, 2014

Toutes les minorités (personnes racisées, gays, lesbiennes, intersexes, précaires, femmes, …) sont des minorités, car elles ont en commun des actions exercées par la norme sur elles. Elles sont ainsi :

    • invisibilisées
    • nommées par les autres
    • stigmatisées, via des différences érigées au nom de « Dame Nature »
    • /ont leurs corps exotisés, fantasmés par les normes en vigueur de par des différences fabriquées comme fait de nature, discriminées d’un point de vue légal ou / et social
    • /ont LEUR parole confisquée par des pseudo expert.e.s
    • des objets d’étude ( exemple:la construction du concept de race par la médecin et sa mesure…)…

Elles se re-nomment aussi , elles, mêmes « minorités » pour se regrouper, pour lutter, remettre en question les normes et montrer la fabrique de l’a/normal par la société et souvent via la distinction « sain/ pathologique ».

Ce travail aborde plus spécifiquement la/ les minorités que constituent les personnes trans.

Qui, en effet, n’a jamais entendu parler de « La Transsexualité*, ce douloureux problème » ?

Les médias nous inondent de la souffrance supposée et nécessaire ; des « transformations spectaculaires » des personnes trans, en invitant des médecins pseudo expert.e.s et gardien.ne.s des possibilités de vie des trans, pour parler sur les trans comme objets d’étude, de pratiques sur et de discours sur.

Pour les trans, comme pour bien d’autres minorités, la question majeure qui se pose est : comment reprendre du pouvoir sur nos vies, s’empowermenter quand on est constamment montré.e comme victime, « erreur de la nature », sans possibilité de se nommer, dépendant.e des décisions du pouvoir biopolitique…Quand d’autres nous nomment et décident à notre place qui nous sommes et ce que nous avons le droit de faire de nos vies ?

  • Exarcheia la noire : au coeur de la Grèce qui résistent / Youlountas Yannis et Maud - éd. libertaires, 2013

Paris a son Quartier Latin, mémoire de mai 1968. Athènes a Exarcheia, où s’écrit, en ce moment même, l’Histoire. Nouveau bastion de la révolte et des utopies, au crépuscule d’une Europe qui s’enfonce dans la tyrannie économique. Rempart fraternel contre le retour du nazisme qui rôde partout ailleurs en Grèce. Berceau du slogan Ne vivons plus comme des esclaves. Plus qu’un quartier désormais. Un mythe.

Histoire

  • Un coup d’état nietzschéen / Hakim Bey - L’Insomniaque, 2014

Là où finit l’état, là seulement commence l’être humain qui n’est pas superflu
Hakim Bey

“Une force conduite par Mavrocordato attaqua le palais, avec l’intention de capturer le colonel von Hartsheim avant le petit-déjeuner… Une force importante, conduite par Elias, était chargée de prendre d’assaut le quartier général de la police… Cette troupe disposait des meilleures armes que les Scythes avaient pu trouver, dont une mitrailleuse à trépied achetée en contrebande… Deux hommes armés de revolvers (l’un d’eux était Schlamminger, le philologue allemand) furent envoyés pour s’emparer du bureau de poste… Quelque part au fond des marais, à l’aube, un petit détachement de Coumans, commandés par le khan en personne, coupa les fils télégraphiques qui relaient Coumansta au reste du monde… Cette action sauva indéniablement le coup d’Etat qui, par ailleurs, se déroula assez mal.”

  • Paris, bivouac des révolutions : La Commune de 1871 / Robert Tombs - Libertalia , 2014

"De mars à mai 1871, tous les horizons révolutionnaires du XIXe siècle se conjuguent intensément à Paris, ville libre en guerre contre Versailles. La Commune est une révolution unique et utopique, complexe et balbutiante, dans une cité elle-même sans égale, « bivouac de la révolution » (Vallès) qui a subi les travaux d’Haussmann puis le siège prussien.
L’histoire de la Commune est restée longtemps un défi et des générations d’historiens échouèrent à déchiffrer l’énigme de cette révolution dans laquelle Marx voyait un « sphinx qui met l’entendement à rude épreuve ».
Nullement intimidé, l’historien britannique Robert Tombs interpelle le sphinx communard pour écrire l’histoire la plus complète de cette insurrection souveraine. Interrogeant des évidences qui cessent d’être si évidentes, écoutant ce que les communards nous disent, s’interposant avec une élégante distance critique entre les faits et leurs interprétations successives, il nous livre ici une magistrale leçon d’histoire, claire, érudite, et stimulante."

Sociologie

  • La violence des riches : chronique d’une immense casse sociale / Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot - Éd. la Découverte, 2013

Sur fond de crise, la casse sociale bat son plein : vies jetables et existences sacrifiées. Mais les licenciements boursiers ne sont que les manifestations les plus visibles d’un phénomène dont il faut prendre toute la mesure : nous vivons une phase d’intensification multiforme de la violence sociale.
Mêlant enquêtes, portraits vécus et données chiffrées, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dressent le constat d’une grande agression sociale, d’un véritable pilonnage des classes populaires : un monde social fracassé, au bord de l’implosion.
Loin d’être l’oeuvre d’un « adversaire sans visage », cette violence de classe, qui se marque dans les têtes et dans les corps, a ses agents, ses stratégies et ses lieux. Les dirigeants politiques y ont une part écrasante de responsabilité. Les renoncements récents doivent ainsi être replacés dans la longue histoire des petites et grandes trahisons d’un socialisme de gouvernement qui a depuis longtemps choisi son camp.
À ceux qui taxent indistinctement de « populisme » toute opposition à ces politiques qui creusent la misère sociale et font grossir les grandes fortunes, les auteurs renvoient le compliment : il est grand temps de faire la critique du « bourgeoisisme ».

Théorie Critique

  • Premières mesures révolutionnaires / Eric Hazan et Kamo - La Fabrique, 2013

L’ordre existant, ce scandale permanent et mondial, ne répond plus à personne, ni de rien. Il a renoncé à tout argument, hormis celui de la force. Aussi, nous ne le critiquerons plus, nous l’attaquerons. Pour attaquer, il faut constituer une force et disposer d’un plan. Ce livre est une proposition de plan pour rendre l’insurrection irréversible, pour que le vieux monde ne puisse plus faire retour, passé le moment où le pouvoir se sera évaporé, où ses débris tournoieront dans le vide. Un plan pour sortir du cycle trop connu des révolutions ratées.
Quant à la force, nous la constituerons en commun, tout en discutant, en amendant ce plan, en en formant un meilleur. Avec tous ceux qui n’en peuvent plus et qui attendent que quelque chose se lève pour nous porter ailleurs. Il faut faire vite : le vent de la révolte parcourt le monde et le domino français ne va pas tarder, comme bien d’autres avant lui, à tomber. Rencontrons-nous. Organisons-nous. Soulevons-nous.

Univers Carcéral

  • 400 contre 1 : La véridique histoire du comando vermelho / William Da Silva Lima - L’Insomniaque, 2014

Voilà un livre qui parle du Brésil et du ballon, de cages et de gardiens, de défenseurs et d’attaquants… Du Mundial 2014 de football à venir ? Non ! Il ne s’agit pas ici d’un jeu mais d’une guerre, tout aussi mondiale, entre les défenseurs d’un monde, celui du fric et des puissants, qui cherchent à mettre en cage, au ballon, ceux qui y résistent, surtout quand ils s’organisent en équipes d’attaquants. William est l’un des derniers survivants d’une équipe formée dans les favelas de Rio de Janeiro, dont l’adversaire – l’ennemi – était l’injustice sociale. Leur devise tenait en trois mots couleur jaune-soleil : « Paix, Justice, Liberdade ! »
Des années 1960 aux années 2000, William da Silva Lima a payé de près de quarante années de prison la lutte incessante qu’il a livrée avec ses camarades contre ce système. Aujourd’hui âgé de 72 ans, assigné à résidence à Rio sous bracelet électronique, il poursuit son combat pour être enfin réellement libre. Puisse ce livre y contribuer.

Revues

  • Réfractions. Recherches et expressions anarchistes
    • Numéro 30, De l’Etat
    • Numéro 31, Les conflits c’est la vie !

DVD

  • Ne vivons plus comme des esclaves : Grèce : dans la résistance et les alternatives / Yannis Youlountas - 2013

Venu des catacombes grecques de l’Europe, un murmure traverse le continent dévasté : « Ne vivons plus comme des esclaves » (prononcer « Na mi zisoumé san douli » en grec). Sur les murs des villes et sur les rochers des campagnes, sur les panneaux publicitaires vides ou détournés, dans les journaux alternatifs et sur les radios rebelles, dans les lieux d’occupation et d’autogestion qui se multiplient, tel est le slogan que la résistance grecque diffuse, jour après jour, et nous invite à reprendre en chœur sur les mélodies de ce film à ses côtés. Un grand bol d’air frais, d’enthousiasme et d’utopies en marche, venu de la mer Égée.

  • Identités remarquables / Emmanuelle Vilain, et Nathalie Lépinay - Frosine Prod, 2014

S’INSCRIRE À LA MÉDIATHÈQUE


Pour utiliser la médiathèque, il est nécessaire d’être adhérent soit à l’association
Mille Bâbords ou seulement à la médiathèque. Des bulletins d’adhésion sont
disponibles dans le classeur orange et une fois renseignés, ils doivent être remis à
un membre de la commission bibliothèque.
Les cotisations permettrons de financer l’acquisition de nouveaux documents.
Un chèque de caution de 24 Euros vous sera demandé.

PDF - 87.2 ko
Télécharger le bulletin d’adhésion


ÉVITER L’APPROPRIATION PRIVATIVE

Pour assurer une circulation rapide des documents, la durée du prêt est de 3
semaines, renouvelable une fois.

INSCRIRE VOS EMPRUNTS ET VOS RETOURS

Pour une bonne gestion de la médiathèque, n’oubliez pas d’inscrire sur le cahier
vert d’emprunt (sur l’étagère à côté du bureau) la date, votre nom ainsi que le titres
des ouvrages choisis.
Les documents retournés doivent aussi être rangés sur cette étagère (« retour »).

VOS SUGGESTIONS

Participez à l’activité et au développement de la médiathèque en nous suggérant des
titres d’ouvrages à acquérir – laissez les références bibliographiques dans la boîte
prévue à cet effet (toujours sur l’étagère) ou nous envoyez un mail.

Retour en haut de la page

Nous Soutenir

Mille Babords est une association à but non lucratif. Ce site ne propose volontairement aucune publicité et vit sur les adhésions et dons des visiteurs. Nous vous incitons donc à nous soutenir en adhérant ou en nous contactant

Articles de la rubrique

0 | 10 | 20