Une tribune pour les luttes

Réseau Education Sans Frontières 13

Agenda et infos du RESF 13

Article mis en ligne le lundi 30 juin 2014

Réseau Education Sans Frontières 13
resf13 chez no-log.org 06 31 32 48 65
61 rue Consolat 13001 Marseille
www.educationsansfrontieres.org

Dimanche 29 juin 2014

AGENDA

- Mardi 1er juillet à partir 19h : soirée de soutien à la famille Parvanyan (déboutés de leur demande d’asile, un enfant scolarisé à la maternelle Belle de Mai, voir pétition de soutien http://resf.info/P2764). A la Maison pour Tous Belle de Mai (1 rue Boyer 13003 Marseille), voir programme en PJ (scène ouverte : musique, chansons, textes, projections, prises de paroles…). Participation libre au profit de la famille - Restauration sur place)

- Mardi 1er juillet à partir de 19h : « Soirée-concert Les Bienvenus » n°6, au Parc du Prieuré à Martigues. Dans le cadre des 10 ans du RESF.
Entrée libre. Restauration sur place. Ouverture des portes à partir de 18h.
Au programme : 3 concerts (Los Fralibos, Ciao Tympans, Macadam Bazar) entre coupés de prises de paroles militantes (en partenariat avec le collectif solidarité Roms de Martigues) et de percussions/danses africaines (avec le groupe Akassa Production et la MJC de Martigues).

- Mercredi 2 juillet de 15h à 17h : Permanence RESF, à la MMDH 34 Cours Julien 13006 Marseille

- Samedi 5 juillet à 10h : Réunion RESF Marseille à la fac St Charles, salle CH57

INFOS

1/ Compte rendu de la mobilisation du 25 juin à la préfecture de plusieurs comités de soutien à des jeunes scolarisés et familles sans papiers.
2/ APPEL NATIONAL POUR QUE CESSE LA CRIMINALISATION DES MINEURS ISOLÉS ÉTRANGERS
3/ Chaque semaine, le RESF dans CHARLIE HEBDO et MEDIAPART

1/ Compte rendu de la mobilisation du 25 juin à la préfecture de plusieurs comités de soutien à des jeunes scolarisés et familles sans papiers.

Environ 70 personnes, parents d’élèves, professeurs, citoyens, militants RESF... se sont rassemblées mercredi 25 juin devant la préfecture des Bouches-du-Rhône pour porter la cause d’une dizaine de jeunes scolarisés et familles sans papiers.
Une délégation des établissements scolaires présents (écoles maternelles Parmentier 13001, Peyssonnel, Belle de Mai 13003, Bergers 13006, écoles élémentaires Kléber 13003, Busserine 13014, St André Barnier 13016, lycées Denis Diderot 13013 et Victor Hugo 13003) a été reçue par M. Izquierdo (chef du Service de l’Immigration et de l’Intégration) et M. Lo Faro (cabinet du préfet), l’occasion de remettre des centaines de pétitions de soutien et d’insister sur la nécessité de décisions urgentes et humanitaires pour ces jeunes et familles maintenus dans la précarité (jusqu’à dormir dehors avec des enfants) faute de titre de séjour ce qui les empêche d’avoir accès au travail, au logement, aux droits sociaux...
Certains dossiers, notamment ceux des lycéens Sefo et Gayané, ont vu des avancées et pour certaines familles, la préfecture s’est engagée à un réexamen de leur dossier. Pour d’autres, il faudra continuer la mobilisation solidaire pour forcer les décisions préfectorales...
Initiée à la veille du 10ème anniversaire du RESF, cette mobilisation marque la détermination de ceux qui, hier comme aujourd’hui, n’abandonnent pas le combat des droits fondamentaux (scolarité, vie familiale, santé, travail, logement...) pour tous et font clairement savoir qu’ils prennent ces jeunes et ces familles sous leur protection !
Ce qui était inacceptable sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy le reste sous celui de son successeur.
C’est pas les sans papiers qu’il faut virer, c’est la loi qui doit changer... et régulariser !

2/ APPEL NATIONAL POUR QUE CESSE LA CRIMINALISATION DES MINEURS ISOLÉS ÉTRANGERS
Pour lire intégralement l’appel, le signer et voir les premiers signataires :
http://resf.info/P2764

Ils sont en prison, Alkasim, 17 ans ½, Narek, 16 ans.
Le conseil général du Rhône et l’Aide sociale à l’enfance (ASE) les ont fait condamner et emprisonner pour "escroquerie", les prétendants majeurs sur la base de tests d’âge osseux sans valeur scientifique. Convoqués au commissariat, ils ont été conduits à l’hôpital sous escorte policière, ont subi ces tests, ils ont été placés en garde à vue, jugés en comparution immédiate, condamnés et emprisonnés sur le champ.
Alkasim, élève d’un lycée de Décines (69) a été condamné à quatre mois ferme, à rembourser plus de 260.000 € de prise en charge par l’ASE et à cinq ans d’interdiction du territoire. Narek, du lycée E. Labé à Oullins a pris deux mois ferme.
À Orléans, les mineurs isolés étrangers sont à la rue, proscrits : un arrêté du conseil général du Loiret du 10 avril 2014 subordonne notamment l’accueil de mineurs isolés étrangers à deux conditions : qu’il existe une place disponible dans le dispositif d’accueil, d’autre part que soit présenté un certificat médical attestant que le jeune n’est pas infecté par le virus Ebola.
On en est là, aujourd’hui, en France. Indignons-nous ! Non. Cela ne suffit plus ! Ces faits inadmissibles, s’ils concernent d’abord les mineurs isolés traités de façon indigne, concernent en réalité toute la société. Ils sont commis en notre nom.
Nous demandons que cela cesse.
L’histoire de ce pays est celle de l’immigration au long des siècles. Un pays où des enfants, des hommes, des femmes, venus de tous les continents, ont un jour posé leurs bagages et apporté leur intelligence, leur créativité, leurs forces. Nous nous enorgueillissons, avec raison, des Chagall, Marie Curie, Flora Tristan, et de tant d’autres.
N’acceptons plus de rayer les Mineurs Etrangers Isolés (MIE) de cette histoire. Les mineurs, tous les mineurs, étrangers comme français, doivent être pris en charge par la société. Si un doute existe sur leur âge, il doit leur profiter. Ils doivent être considérés comme mineurs jusqu’à preuve avérée du contraire. Sans valeur scientifique, les tests d’âge osseux doivent être abandonnés.
À leur majorité, les mineurs isolés pris en charge par l’ASE doivent recevoir un titre de séjour "Vie privée et familiale" qui leur permette d’achever leurs études puis de bâtir leur existence dans un pays qui, de toute façon, sera tôt ou tard le leur, de droit, comme il l’est déjà de fait.

3/ Chaque semaine, le RESF dans CHARLIE HEBDO et MEDIAPART
Retrouvez ces chroniques sur le site du RESF.

- Les chroniques RESF dans Charlie-Hebdo, rubrique « L’expulsé de la semaine »
http://www.educationsansfrontieres.org/rubrique461.html
Cette semaine : « Grand ménage d’avant l’été parmi les demandeurs d’asile champenois »

- Sur le blog de RESF sur Médiapart,
http://www.educationsansfrontieres.org/rubrique707.html
« Elèves sans papiers : Marseille, des lycéens de Zep mobilisés pour un des leurs »
par le Comité de soutien Séfo SABANI Lycée Victor Hugo, RESF13 : Julie MORISSET, Frédéric SALVY

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

RESF 13 c'est aussi ...

0 | ... | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | ... | 500

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | ... | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45 | ... | 900