Une tribune pour les luttes

Collectif migrants13/ Al Manba

Libération d’Ibrahim Osman Ali mais sa situation reste fragile

Article mis en ligne le mercredi 17 janvier 2018

Le délibéré sur le recours en appel de la libération du militant politique soudanais Ibrahim Osman Ali a été rendu mercredi à Aix-en-Provence et a permis la libération d’Ibrahim mais le combat continue pour la protection du jeune homme dont la situation personnelle en France reste très fragile.

Mais le délibéré libératoire ne dit rien du statut d’Ibrahim en France et une nouvelle arrestation arbitraire pourrait intervenir à tout moment si ses soutiens n’organisent pas sa protection.
C’est pourquoi le Comité migrants 13 demande à ce que la pétition en sa faveur et les lettres au préfet continuent de tourner pour exiger qu’il puisse déposer un dossier de demande d’asile en France le plus rapidement possible. La préfecture l’a déjà appelé pour un rendez-vous. Restons vigilant-e-s !

Après le rejet en première instance dimanche 14 janvier de sa demande de libération du CRA du Canet à Marseille par le juge des libertés et de la détention (JLD) du TGI de Marseille, le tribunal d’Aix en Provence a finalement entendu en appel les solides arguments de son avocate Me Hubert concernant le caractère abusif de l’arrestation et de l’internement d’Ibrahim : il était venu spontanément se présenter en préfecture à propos de sa demande de droit d’asile. Elle a également démontré le danger pour sa vie s’il était renvoyé aux Pays-Bas d’où il serait certainement expulsé vers le Soudan où il est notoirement connu comme militant politique.

Toutes les infos :l
https://fr-fr.facebook.com/collectifmigrants13/


Collectif Soutien Migrants 13 - Mardi 16 janvier

Le délibéré du jugement d’Ibrahim sera rendu demain matin, mercredi 17 janvier. On croise les doigts.
Une forte pensée pour notre camarade qui passe une nouvelle nuit au centre de rétention.
Bravo à tous et toutes pour votre mobilisation.
Quel que soit le verdict, nous devons continuer de soutenir Ibrahim dans sa demande de protection.
De nouvelles dates de mobilisation seront bientôt communiquées.
Et continuez d’interpeller le Préfet.


Collectif Soutien Migrants 13 - Lundi 15 janvier

le procès en appel de la détention d’Ibrahim Osman Ali a lieu :

Mardi 16 janvier - 14h - Cours d’appel d’Aix-en-Provence

Rdv 13h30 devant le tribunal : 20 Place de Verdun, 13616 Aix-en-Provence

Soyons nombreu.ses à témoigner de notre soutien total pour la libération et la protection de notre ami !!


URGENT : LA JUSTICE LAISSE IBRAHIM EN PRISON

Collectif Soutien Migrants 13 - Dimanche 14 janvier

Communiqué de Dimanche après le JLD par Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba

On baisse pas les bras !

« Je remercie toutes les personnes venues ce matin. J’ai beaucoup d’affection pour elles, je les considère comme des membres de ma famille » (Ibrahim, au JLD)

Aujourd’hui, le juge des libertés et de la détention a décidé de suivre le réquisitoire glacial du représentant de la préfecture : Ibrahim dormira dans une cellule du centre de rétention pour 28 jours supplémentaires. Les risques d’expulsion (vers les Pays Bas, puis le Soudan) sont maintenus.

Audience lamentable comme souvent au JLD : avocate de permanence bredouillante, qui n’a défendu que très peu des motifs juridiques pourtant relevés en nombre. Le plus important, l’illégalité du placement en rétention de tout demandeur d’asile en procédure Dublin, a été malmené et très vite évacué. Comme beaucoup d’autres qu’on aurait bien eu la rage d’envoyer nous-mêmes à la face de l’Etat représenté. LAS, des larmes ont coulées. Quand on sait que le JLD de Marseille est encore l’une des rares juridictions en France à ne pas appliquer cette jurisprudence, on ne s’étonne même plus des motivations farfelues de la juge pour justifier son rejet : et ça vient nous expliquer la loi...
Les seules éclaircies d’intelligence ce matin sont venues des mots d’Ibrahim lui-même, répondant à la juge : " Je remercie toutes les personnes venues ce matin. J’ai beaucoup d’affection pour elles, je les considère comme des membres de ma famille. Je suis opposant au régime du Soudan, je sais ce qu’il peut m’arriver si je retourne en Hollande. Je suis venu en France pour faire une demande de protection à la Préfecture. J’ai été surpris ce vendredi d’être accueilli par un policier qui voulait m’envoyer en prison."

On salue aussi le courage de ses amis soudanais des PRAHDA et d’ailleurs, qui sont venus affronter, yeux dans les yeux eux aussi, dans cette minable et triste salle d’audience le seul destin qui leur est aujourd’hui offert par la FRANCE.

Mais surtout SURTOUT, vous tous et toutes, FAMILLE d’Ibrahim, où que vous soyez et qui vous sentez touchés, ne lâchez rien ! Nous n’avons pas abattu toutes nos cartes et beaucoup restent à jouer :
- Demain après-midi ou mardi matin, aura lieu l’audience en appel à la Cour d’Appel d’Aix en Provence : tenez vous informé.es, tenez vous prêt.es ! Le soutien qu’on peut témoigner à Ibrahim à cette occasion est primordial.
- Des actions de soutien auront également lieu au cours de la semaine : infos ici dès demain.
- Vous pouvez également continuer à écrire des courriers à la préfecture pour demander la libération d’Ibrahim et le retrait de la décision d’expulsion : nombreuses sont les associations, collectifs, personnalités (politiques, élus ou autres) ou anonymes qui ont déjà participé à cette action.
A votre tour, adresser votre courrier de soutien à Ibrahim Osman Ali sur ces emails : david.lambert chez bouches-du-rhone.gouv.fr et pref-etrangers chez bouches-du-rhone.gouv.fr
cc : collectifsoutienmigrantes13 chez riseup.net (afin de les transmettre à Ibrahim)
Ou par faxer-le à la Préf : 04 84 35 53 45

Nous n’avons pas de téléphone rouge avec Monsieur le Préfet : si c’est votre cas, n’hésitez pas non plus ! Rien ne sera de trop pour tirer Ibrahim de l’horrible machine à l’aspirer vers les geôles d’Omar Bachir.

https://fr-fr.facebook.com/collectifmigrants13/posts/1750448768594533


Ibrahim, militant soudanais, risque la mort s’il est expulsé

Samedi 13 janvier 2018
Collectif migrants13, Al Manba et RESF

Le juge de la détention et des libertés (JLD) du TGI de Marseille à Bougainville pourrait prendre dimanche matin 10 janvier une décision qui condamnerait un militant soudanais, Ibrahim Osman Ali, à une mort quasi certaine s’il est renvoyé dans son pays.

Ibrahim Osman Ali est soudanais, dissident notoire au régime d’Omar Bachir, qui a poursuivi son engagement au sein de la diaspora soudanaise aux Pays-Bas, puis en France (voir les différentes photos prises de lui dans des manifestations à la Haye devant les représentations de l’ONU, les institutions soudanaises et hollandaises -MAE, Parlement).>
Demandeur d’asile en procédure Dublin depuis mai dernier, expulsable vers les Pays-Bas, il est résident du PRAHDA de Vitrolles depuis septembre, un des nouveaux centres d’assignation à résidence et d’expulsion des demandeurs d’asile "dublinés".
Il est également très impliqué dans les mobilisations de demandeurs d’asile dublinés à Marseille, au collectif Al Manba et dans la coordination régionale sud-est (marche Vitrolles-Marseille le 29 octobre 2017, coordination sud-est, soutien aux demandeurs d’asile du PRAHDA de Montpellier)
Il a été arrêté hier alors qu’il se présentait spontanément en préfecture de Marseille pour faire avancer sa demande d’asile.
Dans une énième tentative de s’opposer à l’enregistrement de sa demande d’asile, la préfecture lui a indiqué à la même occasion qu’elle l’avait placé en fuite (avec pour conséquence de prolonger ses délais d’attente et d’expulsion de 12 mois supplémentaires) : or Ibrahim a toujours tenu à respecter ses obligations de convocations et pointage au commissariat et est resté dans le dispositif du PRAHDA malgré les risques et les arrestations de proches dont il a été témoin (et très affecté) ces dernières semaines. Il tenait à faire valoir ses droits.
Joint par téléphone et au parloir ce matin, il nous a dit être usé par les procédures et les traitements réservé aux demandeurs d’asile en Europe. Pour cette raison, il a d’abord refusé, puis finalement accepté samedi soir, de déposer un recours devant le JLD pour demander sa libération : la spirale de la procédure Dublin ne cessera pas à sa sortie du CRA du Canet, c’est la même prison dit-il.
Oui, mais... la rétention des demandeurs d’asile en procédure Dublin est toujours illégale !
Et surtout, cet abandon signifie son arrêt de mort ! Ibrahim fait l’objet d’une obligation de quitter le territoire aux Pays-Bas, où il ne dispose plus de droit de recours. A son arrivée à l’aéroport dans ce pays, il sera expulsé vers Khartoum sans plus de procès. Il le sait... et se laisse aller à son destin en pleurant. Le sort des dissidents expulsés et récupérées par la police de Khartoum est connu.
Dehors, ses amis n’abandonnent pas, sont en contact permanent pour le convaincre de ne pas baisser les bras. Son état est alarmant.
Ibrahim a besoin de soutien par tout moyen : nous demandons à tous et en urgence d’agir et de faire pression sur le Préfet, par tout moyen, puisque lui seul a désormais le pouvoir d’annuler l’arrêté de remise aux Pays-Bas et l’arrêté de placement en rétention.
Nous appelons aussi à se retrouver massivement devant le Juge des Libertés et de la détention, où Ibrahim doit passer demain dimanche, à 10h du matin (JLD centre de rétention du Canet, 49-51 bd Ferdinand de Lesseps, 13015 Marseille, métro Bougainville).
Merci pour votre soutien

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Collectif Soutien Migrants Treize / Al Manba c'est aussi ...

0 | 5 | 10

Droits humains c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25

Enfermement c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 60

Migrations c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 95