Une tribune pour les luttes

Communiqué du Collectif Porte d’Aix

Marseille république bananière à la Porte d’Aix

Article mis en ligne le vendredi 19 mars 2021

Depuis plus de neuf mois le collectif de la Porte d’Aix lutte sans relâche depuis le premier massacre des arbres du parc de la Porte d’Aix.

Nous avons alertés et prévenus la mairie et le préfet que les 2 projets de bétonisation posaient de nombreux problèmes, que ce dossier était explosif. Nous avons d’abord posé le problème écologique de la disparition du seul espace vert possible et indispensable au centre ville, ensuite le danger géologique, ensuite l’absence de fouilles archéologiques.

Mais depuis le début nous n’avons de cesse de dénoncer et alerter sur la situation des réfugiés qui vivent à la Porte d’Aix, aux persécutions faites par les diverses polices présentes sur la voie publique. Nous avons demandé qu’une aide leur soit apportée, des solutions définitives pour être mis à l’abri et qu’ils puissent s’intégrer.
Rien non, absolument rien n’a été fait pour eux.

Depuis le mercredi 11 mars ils ont été séquestrés, harcelés, affaires jetées, tentes et matelas volés, certains brulés, etc. par des personnes qui se veulent être des vigiles, qui sont accompagnées en permanence par des chiens d’attaque et qui n’ont aucun identifiant de la société pour laquelle ils font ces exactions, et en vertu de quel mandat, ainsi que quelle société les a engagés et cela malgré les multiples promesses et engagements faits au 2 agent des renseignements territoriaux, rien n’a cessé, les harcèlements, pressions, et jets au ordures des effets personnels et matériels n’ont cessé.

Puis mardi 16 mars a débarqué un huissier de la société Abeille qui a dit avoir une ordonnance d’un juge pour prendre les noms des occupants, que le terrain était privé, qu’il appartenait à France domaine, qui nous précisons, n’existe plus, du moins sous ce nom. Que la vente avait été signée le 8 février 2021 entre Euromed et France domaine.

Alors l’accord conclu à 11 h entre les rt, la cgt présente le matin en solidarité avec les réfugiés, les militants défenseurs des réfugiés dont le collectif de la porte d’Aix et les agents des rt que la libre circulation, les divers actes de harcèlement, etc. devaient cesser et que la situation était gelée dans l’attente d’une solution de relogement. Vers 16h cet accord fut rompu par les agent des rt avec l’huissier et les vigiles, fini l’accès libre seul 8 réfugiés pouvaientt être à l’intérieur de l’aire de jeux derrière les palissades – alors qu’ils sont en temps normal 25, seules les maraudes pourraient y rentrer et les avocats ? Cela laissant les réfugiés à la merci de de ces barbouzes habillés en viigiles en noir.

Mercredi matin les réfugiés sont sortis pour faire des courses, les vigiles ne les ont pas laissé rentrer dans l’aire de jeux où ils habitent, nouvelle rupture de contrat.

Il y a eu un rassemblement à 11h devant la mairie de Marseille avec divers collectif nous compris, la cgt, Monsieur Thomas Djian du cabinet du maire a parlé aux réfugiés et leur représentant, il devait être reçu en mairie , pas eu de nouvelles. Benoît Payan s’est engagé à trouver un logement pour la nuit à l’hôtel il n y a jamais eu de suite depuis.

L’après-midi 2 membres de l’alliance française élèves dans l’EMD (école managment) ont dit qu’à 17h à leur sortie ils s’en prendraient au réfugiés, ce qui a fait que des membre de la cgt et des solidaire et antifas sont arrivés, les 2 membres de alliance française ont appelé la police : à 18h au moins 40 policiers étaient présents ; les fachos ne sont pas sortis par là. Commença alors la longue attente de l’appel du maire de Marseille. Mais entre temps les vigiles voyous ont restitué une partie des tentes matelas et des affaires des réfugiés en les faisant passer par-dessus la palissade. Un spectacle ubuesque, la police avait obtenu cette grâce des vigiles mafieux. Car il faut être précis, ce terrain est propriété d’un service du ministère des finances, donc l’État français, et qui est le représentant de l’État français à Marseille, le préfet de région, celui de police et le maire de Marseille en tant que premier magistrat.
Donc sur l’aire de jeux le préfet avait tout pouvoir de dire qui peut rester sur le terrain et non pas ces barbouzes vigiles, devant lesquels les diverses polices se sont couchées et n’ont pas fait respecter les lois et les droits de l’Homme dans un pays qui se veut être un état de droits.
Cette expulsion est totalement illégale car elle n’a pas respecté les lois et cela impunément pour les vigiles mafieux. Une expulsion sans arrêté d’expulsion et durant la trêve hivernale ! la police nationale était venu début février en disant que tant qu’il n’y a pas un jugement ordonnant une expulsion, les réfugiés ne peuvent être expulsés du terrain. Les vigiles ce matin-là ont refusé l’entrée à un des occupants il a été molesté, un cutter est tombé de sa poche les vigiles ont appelé la police qui l’ont interpellé car les vigiles l’accusent de les avoir agressés avec un couteau, il est toujours en garde à vue, il est demandeur d’asile. Donc deux poids deux mesures.

Le point à ce jour les réfugiés n’ont pas les 25 places dans des logements à long terme ni d’ailleurs à court terme. Il y a toujours plus d’une vingtaine de vigiles sur place, mais ce coup-ci certains ont des gillets jaunes avec vp sécurité.
Sur le chantier adriana les pelleteuses foreuses et autres sont en action détruisant tous vestiges archéologiques présents.

Toutes les personnes et autorités qui laissent faire cela devront en répondre y compris devant l’histoire !

Voilà ce qui se passe à Marseille et cela pourquoi ? Pour des projets dispendieux et spéculatif l’imvt et l’adriana : newton office (tivoli capital KKR fonds de pension américain).

Nous exigeons la libération immédiate du réfugié injustement accusé, le relogement des 25 réfugiés et arrêt immédiat des 2 chantiers à la Porte d’Aix, que des enquêtes soient diligentées et que toutes les personnes et société, y compris des officiels, soient sanctionnées suite à ces enquêtes. Sinon nous nous dégageons de toutes responsabilités de ce qui pourra arriver à Marseille vu que les lois ne sont pas respectées par les autorités ni même pris en compte les danger pour les personnes et les biens, y compris risques géologiques.

Si ces projets continuent, les autorités ont été prévenues, il est explosif et nous ne répondons pas de l’évolution sur le terrain puisque aucune parole n’est respectée par toutes les institutions et autorités officielles, les droits et lois bafouées !

Le Collectif de la Porte d’Aix
19/03/2021

MAJ 23h Le réfugié est sorti de garde à vue après deux jours. Le dossier était vide !

PNG - 229.1 ko
Photo Collectif Porte d’Aix 17 mars
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Environnement/écologie c'est aussi ...

0 | ... | 75 | 80 | 85 | 90 | 95 | 100 | 105 | 110 | 115 | 120

gentrification c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20

Marseille c'est aussi ...

0 | ... | 245 | 250 | 255 | 260 | 265 | 270 | 275 | 280 | 285 | 290

Migrant.e.s c'est aussi ...