Une tribune pour les luttes

Mouvement de grève enseignant du 22 janvier contre le projet sur les rythmes scolaires

Pour information

Article mis en ligne le mardi 22 janvier 2013

Les enseignants des Bouches du Rhône, rassemblés en collectif, indépendamment d’un appel syndical départemental ou national ce jour là, ainsi que du rassemblement du 23 janvier, et sous couvert d’un préavis courant de SUD, ont décidé de faire grève le 22 janvier 2013, veille de la présentation du projet de loi au conseil des ministres.

Il nous a semblé que face à l’immobilisme et au silence de nos sections syndicales, et en l’absence de consultation de la base depuis le début des débats sur l’éducation, il était temps pour nous de nous démarquer. En effet, nous ne supportons plus toute cette hypocrisie sur l’école que mène notre gouvernement.

Le ministre vient, en effet, de présenter son projet de refondation de l’école. La grande ambition était de réduire les journées des élèves et, pour ce faire, d’installer une demi-journée de classe supplémentaire dès la rentrée 2013.
Force est de constater que les propositions du ministre ne vont pas dans le sens d’un allègement des journées. Le temps passé à l’école ne sera pas réduit et les programmes toujours aussi lourds, resteront irréalisables sauf à laisser les plus faibles de côté...

En revanche, en plaçant cette demi-journée supplémentaire le mercredi matin, plusieurs difficultés se profilent :

- Les enfants n’auront plus la coupure du mercredi qui leur permettait de se reposer, de se rendre à des rendez-vous médicaux (orthophonie, psy, dentistes...), d’avoir des activités culturelles, sportives, ou tout simplement de rompre avec la collectivité telle qu’elle est vécue durant une journée d’école.

- Pour les associations, centres d’animations, centres sportifs, il va falloir repenser à un nouvel emploi du temps (le soir ? le samedi ?). Pourront-ils, le soir, prendre tous les élèves qui avaient cours auparavant le mercredi ? Comment vont survivre les petites associations perdant une demi-journée de travail ?

- Pour les communes, cette réforme va engendrer des coûts supplémentaires très importants : un service de cantine le mercredi, parfois des transports supplémentaires, le recrutement d’animateurs pour l’heure quotidienne à leur charge... Les dotations de l’Etat ne couvriront pas toutes ces dépenses. Les impôts locaux et/ou le coût horaire du temps périscolaire subventionné par les communes vont-ils augmenter ?

Pour nous, la réforme des rythmes n’est pas la première des priorités ! Nous souhaitons un réel changement, nous devons réfléchir à une refonte de tout le système en donnant la priorité de parole aux acteurs du terrain que sont les enseignants.

Pour le collectif, les priorités de cette refondation doivent être :

- l’allègement et le recentrage sur les fondamentaux des programmes scolaires du primaire

- la baisse des effectifs par classe

- la remise en place des RASED (qui ont été détruits ces dernières années)

- la prise en charge des élèves porteurs de handicap (pérennisation des Auxiliaires de Vie Scolaire, ouvertures de places
en classes spécialisées)

Pour tout ceci l’action de ce jour de grève sera concrétisée par un rassemblement devant l’Inspection académique des Bouches du Rhône à Marseille à 10h où auront lieu distribution de tracts et manifestations de notre protestation. Ce battement d’aile n’engendrera peut-être pas la tornade espérée (même si toutefois les retours d’intentions de grève sont prometteurs pour le succès de notre action) mais aura au moins le mérite d’apporter un peu de respiration en espérant votre venue afin de contribuer à ce que les petits ruisseaux fassent les grandes rivières…

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1060