Une tribune pour les luttes

COMMUNIQUE DE PRESSE

Economie sociale : exit du gouvernement ?

Article mis en ligne le vendredi 14 octobre 2005

La Chambre Régionale de l’Economie Sociale Provence Alpes Côte d’Azur tient
à exprimer son profond désaccord suite aux déclarations tenues par le
Premier Ministre devant le Conseil National de lutte contre l’exclusion,
concernant le devenir de la DIES.

Supprimer la DIES (Délégation Interministérielle à l’Innovation Sociale et à
l’Economie Sociale), et créer la Délégation Interministérielle à
l’Innovation et à l’Expérimentation Sociale, participe de l’élimination de
l’économie sociale du champ de l’action publique.

Est-ce cela qui est recherché ?

Cette décision, prise sans la moindre consultation, ni concertation avec le
secteur concerné, revient à nier le rôle primordial joué par les
composantes de l’économie sociale : Mutuelles, Coopératives, Associations et
Fondations, tant dans les domaines de l’innovation sociale de
l’expérimentation et de la lutte contre l’exclusion, que dans celui de la
création d’emploi, de richesses, et donc facteur de développement économique
et de solidarité.

Cela remet également en question le travail réalisé, sans discontinuité
depuis 1981, entre les pouvoirs publics et l’économie sociale. L’ajout, en
1991, de la mission « innovation sociale » à la délégation a reconnu le rôle
de l’économie sociale comme acteur essentiel de l’innovation sociale et a
permis de le renforcer.

Enfin, cette décision ignore les 780 000 entreprises et groupements de
l’économie sociale, présents dans la totalité des secteurs économiques et
inscrits sur les territoires, employant plus d’1,8 million de personnes et
au niveau régional, 11,3% des établissements et 12,4 % des emplois.

Au moment où les actions engagées par les acteurs de l’économie sociale sont
espérées et sollicitées dans le cadre de la politique pour l’emploi, (par
exemple, développement des services à la personne), des politiques de
développement territorial (ex : reprise de PME ou de très petites
entreprises sous le statut coopératif), cette démarche est difficilement
compréhensible. Les acteurs de ce secteur la considèrent comme une mise à
l’écart du concept « d’entreprendre autrement », réalité économique qui est
pourtant la seule aujourd’hui à se développer en faisant le lien entre
économique et social.

Rappelons que de nombreuses activités émergentes, innovantes, et à forte
valeur sociale ajoutée n’ont pu voir le jour qu’en prenant appui sur les
grandes entreprises du secteur (Mutualité - Coopération - Banques
Coopératives) pour assurer leur développement, voire leur solvabilité.

Tout en considérant l’importance majeure pour notre pays et notre région de
la lutte contre l’exclusion, les organisations de l’économie sociale réunies
au sein de la CRES PACA s’étonnent que les moyens trouvés pour ce chantier,
le soient au détriment de ceux qui depuis des années orientent une grande
partie de leurs forces et leurs convictions vers la lutte contre ces mêmes
exclusions.

Nous demandons instamment au Premier ministre de reconsidérer sa décision,
que la Dies garde l’ensemble de ses prérogatives et que la création d’une
délégation dédiée à la lutte contre l’exclusion sociale soit un outil
complémentaire aux dispositifs existants.

Contact : Mr Patrice SZINETAR, Délégué Général, Chambre Régionale de
l’Economie Sociale

CRES PACA
30 Cours Pierre Puget 13006 Marseille.
Tél. : 04 91 54 96 75 - cres chez crespaca.org

Retour en haut de la page

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4720

CRESS-PACA c'est aussi ...