Une tribune pour les luttes

La loi « confortant le respect des principes de la République » ne doit pas être votée

Revue Laïcité et Pensée Libre

Article mis en ligne le jeudi 18 février 2021

En ce début d’année 2021, les annonces gouvernementales se prévalent de la défense de la laïcité. Personne n’adhère à cette duperie.
Le pouvoir autorise l’ouverture de toutes les églises et autres lieux de cultes, mais il interdit l’ouverture des universités, des musées, des théâtres, des cinémas et autres lieux de culture.

Le constat est clair. Le pouvoir confronté de toutes parts à la révolte sociale « instaure » un régime clérical et policier pour étouffer la démocratie.

Le projet de loi « confortant le respect des principes de la République », actuellement en discussion à l’Assemblée Nationale, illustre parfaitement cette volonté gouvernementale.

- Sous prétexte de lutter contre l’islamisme radical, l’État s’immisce dans l’organisation du culte musulman (établissement d’une charte à respecter, volonté de créer un conseil national des imams dans le but de les labelliser ou pas). Cette intrusion dans le fonctionnement d’un culte bafoue sans vergogne la loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat qui affirme que « la République ne reconnaît aucun culte ».

- La charte menace la liberté de toutes les associations relevant de la loi de 1901 (il y en a 1,3 millions en France). Cette charte prévoit que les associations devraient participer à la sauvegarde de l’ordre public et seraient responsables des agissements de chacun de ses membres, sous peine de suppression et de remboursement des subventions perçues, voire de leur dissolution.

- La loi modifie la loi du 9 décembre 1905 en prévoyant de faciliter la création des associations cultuelles (diminution du nombre de membres requis) et de leur octroyer un nouvel avantage en leur donnant la possibilité d’administrer librement les biens immobiliers reçus en legs.

- La loi confirme l’existence des établissements scolaires privés confessionnels sous contrat et leur financement public, de même qu’elle réaffirme le concordat d’Alsace-Moselle, par la transposition à ces départements des nouvelles dispositions incluses dans le projet.

- La loi encourage à la poursuite de la privatisation des services publics en prévoyant de soumettre aux entreprises privées délégataires d’un service public l’obligation de neutralité et de laïcité.

Cette loi liberticide qui s’immisce dans l’organisation d’un culte, qui menace la liberté d’association, qui porte atteinte à la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905, qui fragilise une nouvelle fois la laïcité ne doit pas être votée.

Le comité de rédaction du Bulletin Laïcité & pensée libre du 6 février 2021

P.-S.

Pour vous abonner à la revue trimestrielle Laïcité et Pensée Libre :
envoyez un chèque de 15 € à l’ordre d’« Alain VISSEQ » à l’adresse suivante :
Alain VISSEQ, 107 ter rue d’Alger 34130 MAUGUIO.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Débats et controverses c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20

France/libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10