Une tribune pour les luttes

Les anarchistes russes solidaires de la révolte au Kazakhstan

Article mis en ligne le mardi 11 janvier 2022

Message transmis par la Section en Russie de l’Association Internationale des Travailleurs (KRAS-AIT)

Les anarcho-syndicalistes et les anarchistes de Russie expriment leur pleine et entière solidarité avec la protestation sociale des travailleurs du Kazakhstan et leur envoient leurs cordiales salutations !

L’explosion actuelle de protestation sociale au Kazakhstan, l’une des plus marquantes et des plus brillantes depuis le début du nouveau siècle, est devenue l’apogée de la vague de grèves des travailleurs du pétrole et d’autres catégories de travailleurs du pays, qui n’a pas arrêté depuis l’été dernier.

Les travailleurs du Kazakhstan se sont progressivement remis du terrible massacre des prolétaires, organisé en 2011 par le régime dictatorial de Nazarbayev, et ont commencé à rechercher constamment des salaires plus élevés et la possibilité de créer des syndicats et d’autres associations de travailleurs.

La pauvreté de la majorité de la population, l’exploitation cruelle du travail, la hausse des prix, l’oppression quotidienne et l’absence de droits rendaient la position des travailleurs insupportable et les a obligés à se lever pour protester. La goutte d’eau a été le licenciement de dizaines de milliers de travailleurs du pétrole en décembre 2021, l’instauration d’une dictature « sanitaire » sous prétexte de « lutter contre la pandémie » et une augmentation draconienne des prix du gaz.

Le 3 janvier, une grève générale des travailleurs a commencé dans la région de Mangistau, qui s’est rapidement étendue à d’autres régions du pays. Dans l’ancienne capitale du Kazakhstan, Almaty, des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces répressives ; il y a des dizaines voire des centaines de personnes tuées et blessées.

Pendant les manifestations, des personnes défavorisées, principalement des jeunes chômeurs et des migrants internes, ont commis des actes d’expropriation populaire, détruisant de nombreux grands centres commerciaux, magasins et succursales bancaires. Dans un certain nombre de cas, les troupes ont refusé d’ouvrir le feu sur les rebelles.

La protestation dans le pays est spontanée et non coordonnée ; par conséquent, ses participants ont avancé une variété de slogans et de revendications souvent contradictoires. Nous, en tant qu’anarchistes, soutenons avant tout ceux d’entre eux qui ont une orientation sociale distincte et sans équivoque et distinguent nettement la grève et le soulèvement au Kazakhstan des nombreuses manifestations électorales et coups d’État politiques de ces dernières années.

Ces revendications se sont propagées lors des rassemblements de protestation et des mouvements sociaux : abolition de la hausse des prix du gaz ; augmentation des salaires de 100 % ; annulation du relèvement de l’âge de la retraite ; prendre des mesures pour lutter contre le chômage ; abolition de la vaccination obligatoire contre le COVID-19, confinements et mesures de ségrégation discriminatoires, etc.

Afin de mettre fin à la révolte sociale et de gagner du temps, le régime effrayé a été contraint de faire des concessions : déclarer une baisse des prix du gaz, geler les prix des biens « socialement importants » pendant 180 jours, limoger le gouvernement et destituer le dictateur de facto du poste de chef du Conseil de sécurité du Kazakhstan, le milliardaire Nazarbayev. Mais rien de tout cela n’a aidé. Les compagnies pétrolières occidentales ont exigé avec insistance que le président Tokayev rétablisse l’ordre capitaliste. Les dirigeants du pays ont imposé l’état d’urgence et des couvre-feux, interdit les rassemblements et les grèves, et lancé des opérations punitives contre les manifestants et les émeutiers, répandant des flots de sang et arrêtant des milliers de personnes.

À la demande du régime kazakh, des troupes d’un certain nombre de pays du bloc militaro-politique dirigé par la Fédération de Russie sont arrivées dans le pays pour réprimer les manifestations sociales. Ces militaires sont appelés à remplir le rôle de gendarme du capital mondial et à piétiner les flammes de la rébellion sociale pour éviter que son exemple, ses slogans et ses revendications se répandent dans d’autres pays, que ne se répandent les grèves des travailleurs et les manifestations de masse contre la dictature « sanitaire » généralisée et ses apartés.

Nous, anarcho-syndicalistes et anarchistes russes, condamnons fermement toutes répressions des protestations sociales des travailleurs du Kazakhstan et la honteuse intervention étrangère contre-révolutionnaire menée par le Kremlin.

Nous condamnons toutes tentatives des politiciens de tous bords d’utiliser la protestation sociale des travailleurs kazakhs pour se hisser eux-mêmes au sommet du pouvoir et accaparer les biens en leur faveur.

Nous nous tenons fermement, résolument et sans la moindre hésitation du côté de la révolte sociale actuelle au Kazakhstan et appelons les travailleurs de Russie et du monde entier à faire preuve de solidarité concrète avec elle.

SATISFACTION DES EXIGENCES SOCIALES DES TRAVAILLEURS DU KAZAKHSTAN !

ARRÊTEZ DE RÉPRIMER LES MANIFESTATIONS AU KAZAKHSTAN ET LA RÉPRESSION CONTRE LEURS PARTICIPANTS !

LIBERTÉ POUR TOUS LES PROTESTATAIRES ARRÊTÉS !

PAS D’INTERVENTION MILITAIRE ETRANGERE !

HONTE AUX PROFITEURS !

Initiative anarchiste StopTotalControl

http://cnt-ait.info/2022/01/09/kazakhstan/

====================

Facebook : @chats.noirs.turbulents / @cnt.ait.toulouse
Twitter : @CNTAIT
Mastodon : @CNT_AIT chez kolektiva.social
Diaspora : cnt_ait chez diaspora-fr.org

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Anarchisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20

Syndicalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 200