Une tribune pour les luttes

Actu-chômage

Chômage : ses "invisibles" et son "halo"

Officiellement, ils sont 3 millions (seule catégorie A). Officieusement, plus de 5 millions si l’on englobe tous les inscrits à Pôle Emploi. En rajoutant une bonne partie des sans emploi qui ne sont pas comptabilisés (RSA, AAH…), on dépasse 7 millions.

Article mis en ligne le samedi 28 janvier 2012

A lire avec tous les liens :
http://www.actuchomage.org/20120128...

Samedi, 28 Janvier 2012

Fin décembre, il y avait 2.874.500 inscrits dans la catégorie A (chômeurs officiels, sans activité aucune) en métropole, 3.111.400 avec les DOM. Toutes catégories confondues (ABCDE), chômeurs âgés "dispensés de recherche d’emploi" et DOM compris, ils était 5.327.500.


Et les RSAstes ?

On sait qu’à fin décembre, Pôle Emploi comptait 694.800 inscrits percevant le Revenu de solidarité active. Mais, sur un total de 1,55 million d’allocataires du RSA "socle" ou "socle+activité", il en reste environ 860.000 qui sont suivis par des référents RSA désignés par les Conseils généraux : ils ne sont pas inscrits à Pôle Emploi, donc pas comptabilisés.

Certes, on pourrait contester le niveau d’"aptitude à l’emploi" de la plupart, certains ayant de lourds problèmes de santé, de logement, de famille… mais cela n’a pas semblé déranger le gouvernement qui a créé à leur intention des mini-contrats visant à favoriser leur « réapprentissage de la vie »... La majorité des allocataires du RSA qui bénéficient d’un accompagnement social plutôt que professionnel entrent dans la définition du "halo" du chômage [1] : inactifs de 15 à 64 ans qui souhaitent travailler mais ne sont pas comptés comme chômeurs au sens du BIT, soit parce qu’ils ne sont pas disponibles rapidement pour travailler, soit parce qu’ils ne recherchent pas d’emploi.

Les sans droits

Inscrits nulle part non plus mais en recherche active d’un travail, signalons une nébuleuse de chômeurs arrivés en fin de droits qui, n’ayant accès à aucun revenu de remplacement — ASS, RSA… — parce que leur conjoint(e) travaille et "gagne trop", ne voit pas l’intérêt de faire partie d’une liste. Obligé(e)s de vivre aux crochets de leur époux/se, ces personnes, dont on ne connaît pas le nombre, ne font pas partie du "halo" du chômage.

Les chômeurs en fin de droits étaient 850.000 en 2009 et 1 million en 2010. Le gouvernement, alors en train de concocter son "plan rebond" foireux, estima à 325.000 le nombre de ceux qui n’auraient droit à rien.

Les handicapés

Il y a aussi le cas des bénéficiaires de l’AAH, l’allocation adulte handicapé — près de 900.000, selon les derniers chiffres de la Dares — dont une grande partie est suffisamment valide [2] pour prétendre à l’emploi et, d’ailleurs, extrêmement désireuse de travailler (les salons de l’emploi réservés aux handicapés sont toujours pleins à craquer). Certains réussissent parfois à décrocher un petit job, cumulant leur AAH avec un revenu d’activité. Mais le taux de chômage de ces personnes, particulièrement discriminées à l’embauche, demeure le double de la moyenne nationale : il est régulièrement évoqué dans la presse.

Les bénéficiaires de l’AAH, comme les allocataires du RSA, sont payés par la CAF. Suivis par diverses associations spécialisées, ils ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels.


Et le chômage partiel ?

Il a eu ses heures de gloire au début de la crise, entre octobre 2008 et septembre 2009. De 12.300 salariés par mois en moyenne entre janvier 2007 et septembre 2008, ils étaient 103.000 au dernier trimestre 2008, 220.000 au 1er trimestre 2009, pour atteindre un pic à 270.000 personnes au 2e trimestre 2009. Le nombre de salariés en chômage partiel est ensuite redescendu à 78.000 fin 2010.

La crise ayant entamé sa deuxième phase de dévastation et la réactivation des dispositifs de chômage partiel faisant l’unanimité, il est à attendre une nouvelle poussée de ce côté-ci du chômage caché.

SH

[1] La dernière étude de l’Insee sur le "halo" du chômage date de 2009 et portait sur l’année 2007. Elle chiffrait alors à 770.000 le nombre d’actifs le composant.

[2] Au Royaume-Uni, où il est plus facile de décrocher le statut d’invalide, il y a environ 2,5 millions de personnes qui échappent ainsi aux statistiques officielles...

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 29 janvier 2012 à 04:27, par

    Au chômage, tout le monde y passe, plus ou moins longtemps, plus ou moins souvent. Et il y aucune raison que cela s’arrète. Même si on fait disparaître les chômeurs à coups de …radiations et de discours qui ont l’omission du réel pour principe.

    Plus de la moitié des chômeurs ne sont pas indemnisés et tous les chômeurs sont en butte à la culpabilisation (“vous n’êtes pas des gagnants, vous êtes donc des minables, votre responsabilité personnelle est engagée, à vous de vous en sortir !”), à la stigmatisation (des “assistés”), ou à la pitié (des “victimes”).
    C’est ce qu’il faut battre, changer, de fond en comble.

    Un appel à occuper les Pipo l’emploi le 17 janvier dernier, avec une douzaine d’occupations plutôt symboliques, n’a pas, cette fois là, atteint l’ampleur escomptée.
    Plus le baratin de la campagne électorale vient dissimuler les problèmes et donner de fausses réponses (plein emploi, industrie, concurrence, austérité), plus de telles interventions, hors des sentiers battus de la politique classique comme du “refuge” sur internet et ailleurs se justifie, plus encore peut-être qu’à l’accoutumée.

    Depuis le 17 janvier d’autres actions ont eu lieu, à Lille, Rennes, Caen.
    D’autres se préparent pour les jours qui viennent.
    Un appel à occuper PARTOUT les Pôle emploi est lancé pour le 14 février.
    À J-15, c’est à chacun de commencer de suite à préparer cette échéance.

    On y va ?

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 750