Une tribune pour les luttes

Marseille

Les associations qui participaient aux tables rondes sur les Roms organisées par la préfecture s’en retirent.

puisque les expulsions continuent comme avant, sinon pire ... ...

Article mis en ligne le vendredi 7 septembre 2012

La ligue des Droits de l’homme, Rencontres Tsiganes, la Fondation Abbé Pierre et Médecins du Monde ne participeront pas à la table ronde du 12 septembre organisée par la préfecture ni aux réunions préparatoires (dont l’une devait se dérouler demain).

Les associations ont pris cette décision à la suite de l’expulsion de Château-Gombert dans la nuit de dimanche à lundi .

Elles réclament l’application de la circulaire du 26 août 2012 publiée par le gouvernement qui garantit la mise en place d’un accompagnement social en cas d’expulsion.

Nous, les associations, nous avons joué le jeu de discuter, négocier. Or, nous avons pu constater que tous ces discours, courriers et réunions ne servaient à rien » constate Alain Fourest, Les dernières expulsions n’ont montré aucun changement voir même une dégradation : dans la nuit, les forces de l’ordre sont même venues avec des chiens , on a atteint le summum ! .

JPEG - 314.6 ko

info portfolio

Retour en haut de la page

1 Message

  • Le 7 septembre 2012 à 13:22, par

    Le doute dont on pouvait faire bénéficier le gouvernement Ayrault semble effrité déjà. La réunion interministérielle, suivie d’une réception du collectif Romeurope puis d’une circulaire interministérielle donnant des directives aux préfets confirme la volonté du gouvernement : priorité aux expulsions. Le reste n’est que mensonge et maquillage :

    Si le gouvernement cherchait réellement des solutions, il aurait commencé par la levée pure et simple des restrictions à l’accès au travail pour les Roumains et les Bulgares. Il n’a pas voulu le faire.

    Si le gouvernement jugeait que les installations informelles de quelques 20.000 personnes en France, parmi lesquelles des Rroms, étaient inacceptables et devaient disparaître, il se serait attaqué au problème du logement, et non pas à leurs occupants, comme c’est le cas.

    L’urgence dont le gouvernement se prévaut dure depuis plus de 20 ans. Le mandat des gouvernants actuels expire dans un peu moins de cinq ans. Avec une réelle politique volontariste, novatrice et courageuse, les divers problèmes que rencontrent les personnes en question trouveraient une solution dans moins de trois ans. Il suffirait pour cela vouloir un vrai changement, à commencer par les mentalités et les schémas de pensée et d’action. Or le gouvernement refuse de procéder à un tel changement et persiste dans les impasses.

    La concertation avec les acteurs locaux que le gouvernement a annoncé est un leurre. La politique des expulsions cherche juste un alibi. Le collectif de défense des Rroms à Marseille l’a compris et il menace de boycotter la « table ronde » annoncée par la préfecture le 12 septembre.

    La voix des Rroms appelle toutes les associations qui interviennent en soutien aux Rroms, ainsi qu’à toutes celles qui pourraient être sollicitées, à faire preuve de prudence et de détermination dans les buts nobles que chacune de ces associations s’assigne.

    Refusons la collaboration avec des politiques désastreuses et destructrices de l’humain et de sa dignité !

    La chasse aux Rroms et aux pauvres que le système assimile à eux doit prendre fin une bonne fois pour toutes !

    Ne soyons pas aujourd’hui des alibis d’une politique condamnable pour que l’histoire de demain ne nous range pas du mauvais côté !

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

France c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 565

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 735