Une tribune pour les luttes

Catastrophe nucléaire majeure au Japon

Article mis en ligne le mercredi 13 avril 2011

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Catastrophe-nucleaire-majeure-au/

Alors que les médias en parlent de moins en moins, la situation au Japon reste très grave. En effet la situation à Fukushima Daiichi est loin d’être résolue et les centrales de Fukushima Daiini, et Onagawa restent sous surveillance accrue.

Le 12 avril, la NISA (autorité de sûreté nucléaire japonaise) a décidé de requalifier la gravité de la catastrophe de Fukushima : celle-ci est désormais classée au niveau 7, le plus haut niveau de gravité de l’échelle INES [1]. Fukushima devient donc, après Tchernobyl, la 2e catastrophe nucléaire de l’Histoire humaine à atteindre un tel niveau de gravité de l’aveu même des partisans de cette énergie. Selon ce communiqué de la NISA, la radioactivité rejetée atteint 10 % de celle relâchée par Tchernobyl (ce qui est en soi déjà extrêmement grave). Mais selon un responsable de Tepco, l’opérateur de la centrale, "les rejets de radioactivité ne sont pas complètement stoppés, et nous craignons que la quantité de radioactivité rejetée par la centrale puisse au final excéder celle rejetée par la catastrophe de Tchernobyl en 1986." (Kyodo News, le 12 avril)

Le réacteur 1 de Fukushima Daiichi reste le sujet de préoccupation principal sur lequel Tepco concentre ses efforts. La situation est loin d’être maîtrisée pour ce réacteur.

La situation dans les réacteurs 2 et 3 est également toujours loin d’être résolue, les crayons de combustibles étant également très endommagés (mais moins que dans le réacteur 1). Il semble que la tranchée autour du réacteur 2 devrait permettre d’empêcher l’eau très radioactive d’être déversée dans l’océan pour quelques semaines.

Quant au nuage radioactif, la radioactivité lorsqu’il arrive en Europe reste très diluée et ne présente pas a priori un danger immédiat pour la santé. Il convient toutefois de rappeler que même la très officielle Commission Internationale de Protection Radiologique (CIPR) reconnaît que "toute dose de rayonnement comporte un risque cancérigène et génétique". Les normes qui définissent des seuils de radioactivité légalement admissibles ne sont pas des seuils d’innocuité, mais des seuils de "risque admissible".

Au vu de l’actualité très chargée et par manque de moyens, nous ne pouvons continuer à vous informer en temps réel comme nous l’avons fait pendant 2 semaines au prix d’un travail constant 24h/24. Nous nous efforçons de mettre à jour régulièrement ce point d’information, et nous vous conseillons les sites web ci-dessous sur lesquels vous pourrez trouver des informations fiables mises à jour plus régulièrement :

Statuts des 6 réacteurs endommagés de la centrale de Daiichi Fukushima

- En français sur le site de l’ACRO
http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

- En anglais sur le site du New York times
http://www.nytimes.com/interactive/2011/03/16/world/asia/reactors-status.html

- Autres liens pour en savoir plus

Notes

[1] L’échelle INES n’est pas une évaluation scientifique, mais un outil de communication mis au point par le lobby nucléaire. Lire à ce sujet : "Echelle INES : Communication ou escroquerie ?" par Jean-Marie Brom, physicien nucléaire et ex-administrateur du Réseau "Sortir du nucléaire"

Retour en haut de la page

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4720

Réseau Sortir du nucléaire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 85