Une tribune pour les luttes

Loi sur le renseignement : la dictature, c’est maintenant

Par Philippe Alain

Article mis en ligne le samedi 21 mars 2015

Le 19 mars 2015, Manuel Carlos Valls, premier ministre à temps partiel, VRP du parti socialiste pour les élections de ce week-end et les suivantes présente son Patriot Act à la sauce Française. Profitant des attentats terroristes qui ont traumatisé le pays en janvier 2015 et de l’éphémère regain de popularité qu’elle a suscité pour eux, Valls, Hollande et les socialistes nous pondent une nouvelle loi dont le principal objectif est de mettre tout le monde sous surveillance. Un projet de loi calqué sur le Patriot Act Le Patriot Act. Cette loi géniale sortie un mois à peine après les attentats du 11 septembre 2001 et qui a permis aux services de renseignements américains d’écouter la planète entière et d’enfermer des centaines de personnes sans aucun jugement. Outil dont rêve n’importe quel apprenti dictateur et qui a permis au FBI de recueillir illégalement des données personnelles de centaines de milliers d’américains. Cette loi était prévue à l’origine, pour : « Unir et renforcer l’Amérique en fournissant les outils appropriés pour déceler et contrer le terrorisme ». Devinez ce que nous dit Valls pour présenter son projet de loi ? Il a pour objectif de « donner aux services les moyens à la hauteur des défis auxquels notre pays est confronté ». Dans la présentation donc, mais aussi sur le fond, les objectifs, les moyens et l’absence totale de contrôle judiciaire, le projet de loi des socialistes est une escroquerie de plus qu’ils tentent de nous vendre comme le remède absolu contre le terrorisme alors que tous les événements démontrent que la surveillance de masse n’a jamais fait baisser le risque terroriste Qui est visé ? Selon Valls, ce sont uniquement les communications des terroristes qui sont visées. Il y a juste un petit problème. Si Valls et sa police politique connaissaient les terroristes et savaient où ils se trouvent, il n’y aurait pas besoin d’une loi supplémentaire. Donc Valls nous ment. Si on regarde le projet de loi, 7 cas sont énoncés : - La sécurité nationale - Les intérêts essentiels de la politique étrangère et l’exécution des engagements européens et internationaux de la France - Les intérêts économiques et scientifiques essentiels de la France - La prévention du terrorisme - La prévention de la reconstitution ou du maintien de groupement dissous en application de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure - La prévention de la criminalité et de la délinquance organisées - La prévention des violences collectives de nature à porter gravement atteinte à la paix publique. Ce dernier point est un bijou. […]

La suite c’est ici

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

concert de soutien c'est aussi ...

fRance / Libertés fondamentales c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 785

Tribune libre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 245