Une tribune pour les luttes

Le RESF se met sur son 31 !

31 mars 2012 RESF journée nationale d’action
La loi doit changer, régularisation !

A Marseille, 15 h devant l’Alcazar, Cours Belsunce, 13001,
Happening : Pas de chaises vides dans nos écoles !!!

Article mis en ligne le lundi 2 avril 2012

JPEG - 130.1 ko
31 mars Marseille
JPEG - 110.4 ko
JPEG - 78.8 ko
JPEG - 634.3 ko
La_Marseillaise_1er_avril_2012

Au cœur de la campagne pour l’élection présidentielle, RESF rappelle son exigence d’une autre politique d’immigration.

Régularisation des jeunes majeurs scolarisés, et des parents d’enfants scolarisés, interdiction de l’enfermement des enfants dans les centres de rétention, interdiction du démembrement des familles. Il faut des mesures d’urgence, il faut que la loi change.

http://www.educationsansfrontieres.org/article41723.html?id_rubrique=604

Partout où des collectifs sont présents en France, des initiatives illustreront l’inhumanité de la politique menée et la résistance que lui oppose une large partie de l’opinion.

Affichage de toutes les initiatives (une centaine dans 47 départements) sur le site du RESF, carte du 31 mars :

http://www.educationsansfrontieres.org/article41622.html.

En Ile de France, RESF se rassemblera à Paris, Place Saint Michel à partir de 14 h 30, avec des témoignages sur la rétention des enfants et le démembrement des familles, et animation de clowns


JPEG - 76.4 ko
JPEG - 59.4 ko
RESF_Regularisation3
JPEG - 57.6 ko
RESF_Regularisation1

Réseau Education Sans Frontières 13
resf13 chez no-log.org 06 31 32 48 65
61 rue Consolat 13001 Marseille
www.educationsansfrontieres.org

Solidarité avec la famille TONOYAN !

Mme TONOYAN et ses deux enfants sont arrivés en France en 2010. Ils ont dû fuir la Russie. Vazgen et Asmik sont aujourd’hui scolarisé en 3ème et en 4ème au collège Longchamp (Marseille 13001).

M. Tonoyan, le père des enfants, a disparu en Russie à la suite d’une affaire de racket dont il était victime. Suite à ce tragique évènement et se sentant menacée elle aussi, Mme Tonoyan a fui avec ses enfants.

Depuis, elle est toujours sans aucune nouvelle de son mari.

Arrivés à Marseille, Mme Tonoyan a demandé l’asile. Mais malgré son récit expliquant ces persécutions, le statut de réfugié lui a été définitivement refusé en février 2012.

Une des conséquences de ce refus est que la famille Tonoyan va devoir quitter le logement mis à disposition durant l’étude de leur demande d’asile. Sans autorisation de travailler, c’est la rue qui s’offre à eux !

- Nous demandons la délivrance d’un titre de séjour pour Mme Tonoyan afin qu’elle puisse vivre librement et travailler pour pourvoir aux besoins de ses deux enfants.

- Nous demandons à ce que les enfants puissent poursuivre leur scolarité dans des conditions sereines.

- Nous demandons à ce que cette famille puisse avoir un toit.

Par votre signature, vous apportez un soutien à cette famille.

www.educationsansfrontieres.org/p2219

info portfolio

La_Marseillaise_1er_avril_2012
Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Manif/rassemblements c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1090

RESF 13 c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 500