Une tribune pour les luttes

Air France et les Sans-papiers

Témoignage

Article mis en ligne le lundi 9 septembre 2013

Vol AF 1135 – Berlin Tegel / Paris Charles de Gaulle

Lundi 12 août 2013 -
Alors que je me dirigeais vers mon siège 21D, j’ai entendu de plus en plus distinctement un homme hurler. Lorsque j’ai été suffisamment près de la queue de l’avion, j’ai vu cet homme noir qui se débattait et, comme l’ensemble des passagers, je l’ai entendu crier : «  I’m not a criminal », « I will die here  ». Il hurlait avec colère. Il n’était pas violent.
Deux policiers l’accompagnaient, gantés de cuir, des mains immenses, blanches et sales. Ils l’empoignaient avec force, l’un dernière lui, l’autre à côté. Ils le baillonnaient de leurs grandes mains. Ils l’étouffaient. L’homme essoufflé, étourdi, cherchait l’air.

Je n’ai rien fait. Je suis restée là, paralysée au milieu de l’allée. Je le regardais et je pleurais. J’ai demandé à une hôtesse, elle m’a expliqué : « Vous savez, c’est courant. Vous n’avez jamais entendu parler de ces personnes sans papier qui doivent quitter le territoire ? (…). Mais ce n’est pas normal, il est trop agité pour être sur un vol avec passagers  ». Je ne sais pas si elle me prend pour une imbécile, si elle est imbécile, s’il s’agit du discours règlementaire Air France, imbécile de fait.
Le commandant de bord s’est montré au bout de quinze minutes. Cinique, il annonce aux policiers : « Too noisy, he can’t stay on bord  ».

Les larmes apitoient plus que les cris : l’ensemble de l’équipe de cabine est venu me présenter ses excuses pendant le vol. Le confort de ses passagers importe plus que tout à Air France. Le chef de cabine m’a donc demandé de remplir un formulaire de réclamation sur le champs, m’expliquant qu’ils ne cautionnaient pas ce genre de pratique : trop dangereux pour les passagers, consignes de sécurité à peine survolées, éprouvant moralement... Il n’était pas question de la condition de cet homme violenté, malmené, humilié. Ecoeurée, je me suis tout de même exécutée en finissant mon courrier sur ces mots :
« Quelque soit la situation de cet homme, manifestement sans papier, aucun être humain ne mérite un tel traitement. Baillonner un homme avec violence pour le confort des autres passagers est scandaleux, honteux, indigne. Air France participe manisfestement de pratiques barbares, j’en suis profondément choquée.

NB : cet homme a fini par être débarqué avant le décollage. J’espère qu’il est en bonne santé. »

A ce jour, je n’ai pas reçu de réponse.

M. 

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

1 Message

  • Le 10 septembre 2013 à 13:53, par catherine candela

    QUELLE HORREUR ! MAIS QUELLE HORREUR ! MAIS DANS QUEL MONDE VIVONS NOUS ???????DANS L’INDI FFERENCE ... LE MEPRIS !!! MOI AUSSI J’ESPERE QU’IL VA MIEUX ... PAUVRE HOMME ! CE N’EST PAS UN CRIMINEL ! C’EST MONSIEUR PAS-DE-CHANCE !!!!!!

    Répondre à ce message

Retour en haut de la page

Thèmes liés à l'article

Sans-papiers c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 900

Violences policières c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 115