Une tribune pour les luttes

Grève de la faim en cours à Vincennes contre les violences policières et l’enfermement

Article mis en ligne le dimanche 11 février 2024

Témoignages des retenus du CRA de Vincennes : cette semaine, des flics visiblement bien éméchés sont rentrés dans les chambres au milieu de la nuit pour tabasser des gens. Suite à cela, les retenus du bâtiment 2A sont rentrés en grève de la faim ; c’est dans ce contexte qu’une manifestation réunissant 80 personnes a joyeusement déboulé, dimanche matin aux abords du CRA pour leur crier leur soutien, avant de se faire violemment refouler par des keufs un peu paniqués. 4 personnes ont été interpellées. Nous relayons ici des témoignages des retenus du bâtiment 2A et 1.

Bat 2A
On a fait une grève de la faim à cause de la police. Il y a 4 ou 5 jours ya un mec qui a dit à un policier « que t’es bête » ; après la brigade qui travaille la nuit, ils sont revenus à 4 ou 5 et ont dit « il faut que vous disiez qui a dit ça pour le mettre à l’isolement ». Personne n’a rien dit, on est allé dormir, après ils sont revenus, ils ont éteint toutes leurs caméras et ils ont cassé toutes les portes alors que nous on dormait. On s’est réveillé sous le choc. Ya un mineur avec nous ; ils sont rentrés dans sa cellule ils ont cassé la fenêtre et ils l’ont tapé parce que comme c’est un mineur ils disaient qu’il allait balancer. Ils l’ont tapé ils étaient tous sur lui, une personne ils l’ont tapé au visage, un autre ils lui ont cassé la main. Dans plusieurs cellules ils sont rentrés à 5, ils ont mis les gants, ils ont éteint leurs caméras, ils ont sortis leur barres, un policier a cassé la fenêtre en tapant dessus. Moi quand ils sont arrivés j’ai mis mes baskets et je suis sortis dans le couloir j’ai commencé à crier et comme ça tout le monde s’est ramené. Ils ont pris les cartes de tout le monde ils ont pris des photos en disant que comme ça ils savaient qui c’était et qu’ils allaient revenir. Ils sont revenus hier ils ont fait des fouilles partout, ils ont jeté la bouffe par terre, les matelas, piétiné les cigarettes.

Il y a 4 ou 5 jours quand ils sont venus, ils sont venus à 4h du mat ; un flic il a sorti son arme il a dit « je vais tirer sur tout le monde bande d’enculés » ; nous on a gardé le calme, on savait qu’ils venaient pour provoquer, pour qu’on s’énerve et pour ramener quelqu’un à l’isolement. Ils étaient tous bourrés ils puaient l’alcool.
Après on a parlé entre nous, on s’est dit ils nous laissent pas dormir, ils ont pris quelqu’un à l’isolement, donc on a dit « si c’est comme ça tout le monde va partir à l’isolement » donc on a décidé de tous sortir à la promenade à poil. On est tous sortis en boxer dans la promenade.
Ils nous disaient « vous êtes des chiens » Vers 5h/5h30 du matin, yavait le changement de brigade, ya des gradés qui sont venus pour régler les choses nous on a dit il faut qu’on prenne nos droits sinon ils vont revenir. On a demandé des prises de sang pour montrer qu’ils avaient bu.
Tous les gradés sont venus ils int vu qu’ils ont fait du sale. Après on a décidé de faire la grève de la faim, depuis 4 ou 5 jours ya la grève.
Ya quelqu’un qui a un problème de coeur, hier il est tombé d’un coup ils l’ont ramené à l’isolement puis l’infirmière a dit de l’emmener à l’hopital. Hier ya des gens qui ont mangé un peu, mais aujourd’hui la moitié a mangé mais ce soir personne va manger, comme au 1 et au 2B.

Nous on demande que nos droits c’est tout. Ils arrachent les draps qu’on met sur les fenêtres ils disent « vous êtes des chiens ». Ya une douche pour tout le monde ya 38 personnes pour une douche. Les toilettes c’est fermé, ya des toilettes laisse tomber. Tu peux pas dormir. On peut pas parler avec nos familles. En visite tu ramènes un téléphone ils te disent c’est interdit, les bouteilles de jus ça rentre pas, les cigarettes ils enlèvent des paquets pour les garder pour eux.
On dirait c’est un hôpital psychiatrique, l’état des lieux et des chambres c’est pas propre, la bouffe c’est de la merde. Quand tu demandes un truc à l’Assfam on dirait c’est nous qui travaillons pour eux, ils te répondent pas ils te prennent pour un débile. Ils changent pas les draps ils te donnent un drap pour 90 jours, c’est sale, l’eau est pas chaude, tu peux même pas avoir de l’eau chaude pour boire un café.

Ce midi ils ont ramené un bon repas pour qu’on mange. Ce matin, y’avait des gens qui faisaient une manif dehors, nous on a appelé tous nos amis ils vont venir ils vont faire une manif aussi. Le 1 et le 2B ils font la grève aussi.


Bat 1
Ya des gens malades et avec le cancer, ils les laissent pas sortir. Ils nous traitent comme des chiens. Tous les jours ils viennent ils fouillent le cellule, ils nous laissent pas dormir.
Nous on mange à 18h normalement, là on va pas manger on va faire la grève. Il y a deux personnes avec un cancer, avec tous les papiers et un suivi médical, ils veulent pas nous relâcher. Il y a une personne qui a sauvé une femme qui se noyait dans la Seine et qui avait le récépissé pour les papiers pour ça, ils le laissent pas sortir.
Nous on souffre dans le centre, la ils ramènent de la bouffe périmée ; aujourd’hui on va pas manger, personne va manger. Les africains, les pakistanais les algériens tout le monde est d’accord.

En grève de la faim depuis plusieurs jours, les retenus du CRA 1 de Vincennes nous ont transmis plusieurs textes de revendication dans lesquels ils dénoncent les violences policières, le racisme, la justice aveugle… Ils souhaitent que leurs conditions d’enfermement soient connues du public.
Cette solidarité entre reteneus intervient alors qu’au Bâtiment 2 une grève de la faim a eu lieu ces derniers jours après des violences policères et dans un contexte ou les retenus sont harcelés par les flics même la nuit par des fouilles incessantes.
Nous publions leurs textes tels quels ici. Force à eux !


P.-S.

Les détenus au CRA de Vincennes du Bat 2A et Bat 1 et relayé par passamontagna

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Enfermement c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 90

Solidarité c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 80

Violences policières c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 140