Une tribune pour les luttes

Mobilisation à l’occasion de la journée mondiale de l’assainissement, de l’hygiène et des toilettes

Samedi 23 novembre 10h Ombrière du Vieux Port, Initiative publique : « un besoin pressant, chasse aux toilettes publiques ! »

Article mis en ligne le samedi 23 novembre 2013

Où faire pipi à Marseille ailleurs que dans le Vieux Port ?(Cliquez sur la photo)



http://www.lamarseillaise.fr/marseille/marseille-societe/item/24678-le-fini-pipi-dans-la-rue-pas-pour-demain

Mobilisation de l’association Eau Bien Commun PACA pour la journée mondiale de l’assainissement, de l’hygiène et des toilettes.

Une appellation aux enjeux fondamentaux comme l’accès à l’eau potable. « En effet », répète Bernard Mounier responsable de l’association, «  ce sont 2,5 milliards d’êtres humains qui n’utilisent pas d’installations d’assainissement « améliorée » soit 35% de la population mondiale. » Résultat du manque, « 2,2 millions de moins de 5 ans meurent de diarrhée tous les ans, un enfant toutes les 14 secondes à cause d’eaux polluées par l’homme ou l’animal. »Si le libre accès à l’eau potable est un droit fondamental, la proximité de toilettes, l’est tout autant. «  Dans les classes sociales défavorisées, femmes et enfants sont les plus touchées » a rappelé Isabelle Marilier, militante syndicaliste et trésorière de «  Eau Bien Commun PACA » qui cite une enquête réalisée en Afrique du Sud qui révèle que plus de 30% des filles fréquentant l’école y avaient été violées. Beaucoup de viols se sont produits dans des toilettes scolaires rudimentaires, particulièrement celles qui sont isolées de l’environnement protecteur de l’école.

Pourtant, des moyens existent, mais ceux-ci sont dramatiquement insuffisants, parce que selon les associations militantes, les sociétés privées ne peuvent réaliser des profits dans ce domaine.

Evidemment, dans les pays «  riches » la donne est différente, même si certaines situations inquiètent. Concernant les toilettes, le problème est tabou. Les WC sont la dernière roue du carrosse semble-t-il, «  et lorsque ceux-ci sont sales, obstrués, peu protégés du regard, cela provoque des retenues qui produisent infections urinaires chez les petites filles, constipations chez les petits garçons » s’indigne Monique Hazebrouck de la coordination « Bidonville » de Médecins du Monde qui a distribué des jerricans d’eau cet été à des populations démunies parmi lesquelles des Rroms.

« Impétigos et hépatites A » ressurgissent avec d’autres pathologies liées à l’absence d’eau courante, ce que confirme Jean Marc Brémond du comité de solidarité avec les Rroms. «  Pourtant, la société des eaux qui gère le précieux liquide dispose d’un fonds social, mais celui-ci est réservé aux abonnés alors que des solutions techniques existent. »

Pour faire pression sur les lobbies, l’association va demander aux candidats des municipales de se positionner. Avec le souhait que l’espoir change de camp pour inverser la donne. En effet, Marseille n’a que 7 sanisettes et se veut propre. Le fini pipi dans la rue n’est pas pour demain.

stephane revel


Le 24 juillet 2013, l’AG de l’ONU a décidé de proclamer le 19 novembre Journée mondiale des toilettes.

De nombreuses associations marseillaises alarmées aussi bien par la situation globale que locale ont décidé de porter le problème du déni de ce droit humain fondamental devant les citoyens, les élus et les médias.

2,5 Milliards d’Êtres humains, environ, n’utilisent pas d’installations d’assainissement améliorées,
soit 35% de la population mondiale.

Le plus grand nombre vit en Asie du Sud, mais l’Asie orientale et l’Afrique subsaharienne comptent également un nombre important de personnes n’utilisant pas ces infrastructures.

L’utilisation de latrines tant soit peu hygiéniques est particulièrement réduite en Afrique subsaharienne où elle ne concerne en moyenne que 31 % de la population.

Les conséquences pour la santé humaine sont particulièrement graves et intenables.

2,2 millions d’enfants âgés de moins de 5 ans meurent de diarrhée chaque année. C’est 1 enfant qui meurt toutes les 14 secondes à cause de maladies dues à la pollution animale et humaine de l’eau de boisson. La moitié des lits dans les hôpitaux dans le monde est occupée par des patients souffrant de maladies hydriques.

Chez les plus pauvres, femmes et enfants sont les plus affectés dans leur vie quotidienne.

Une enquête réalisée en Afrique du Sud révèle que plus de 30 pour cent des filles fréquentant l’école y avaient été violées. Beaucoup de viols se sont produits dans les toilettes scolaires rudimentaires, particulièrement celles qui sont isolées de l’environnement protecteur de l’école.

Dans le monde, les financements pour l’assainissement sont dramatiquement insuffisants car, dans les pays pauvres, il reste difficile pour les sociétés privées de réaliser des profits dans ce domaine. Il existe pourtant des solutions écologiquement soutenables et à la portée des plus pauvres : toilettes sèches, à évacuations à petit diamètre, lagunage…

En Europe et en France, la situation est de plus en plus préoccupante.

Au moins 22 millions d’européens n’ont pas accès à des installations sanitaires améliorées, en particulier, les minorités stigmatisées comme les Roms.

En France, 390 000 logements n’ont pas d’eau courante et/ou d’installation sanitaire et/ou de WC intérieur.

Plus de 150 000 personnes sans logis n’ont d’autre ressource que de déféquer et d’uriner dans l’espace public.

L’état des sanitaires dans de nombreux établissements scolaires reste déplorable, ce qui entraîne de sérieuses maladies urinaires, en particulier pour les filles.

À Marseille, il n’y a que 7 toilettes publiques en service intermittent, (On en compte environ 400 à Paris et plus de 150 à Lyon.) et pas de douche gratuite ouverte à tous les citoyens, tandis que l’on compte 12000 sans-abri.

L’hiver, les habitants les plus pauvres ne peuvent pas prendre des douches chaudes. Tous les Marseillais ont fait l’expérience d’uriner et de déféquer sur la voie publique, saisis par un besoin pressant.

Assainissement, toilettes et douches pourtant sont des droits humains fondamentaux reconnus par l’ONU et doivent être gérés partout dans le monde en tant que bien commun. Nous le répétons un fois de plus aux élus des partis qui gouvernent la Ville et la Communauté urbaine : le déni des droits des plus pauvres, c’est aussi le déni des droits de tous !

Conférence de presse Mardi 19 novembre 11h 29 Bd Longchamp

Samedi 23 novembre 10h Vieux Port Ombrière Initiative publique : « un besoin pressant, chasse aux toilettes publiques ! »


· En France, il faut exiger la traduction des décisions opposables de l’AG de l’ONU et du Comité des droits de l’Homme votées par la France sur ce sujet dans la Constitution et dans la Loi.

· L’assainissement et l’hygiène sont des biens de première nécessité et doivent bénéficier d’une TVA à taux réduit, alors qu’il a été porté à 7% par le précèdent gouvernement et à 10% par François Hollande.

· Nous exigeons que la Communauté urbaine de Marseille et la Municipalité mettent en place des toilettes et des douches publiques gratuites et en nombre suffisant.

Tout au long de la campagne pour les municipales, nous nous assurerons, en interpellant les partis, que ces droits fondamentaux seront pris en considération dans leurs programmes, avec un agenda resserré.

Prises de parole EBC PACA Médecins du Monde LDH Emmaus CSR


Voir la journée des toilettes chaque 19 novembre sur Mille Bâbords

2012
http://millebabords.org/ecrire/?exec=article&id_article=22052
Inégalités : Une journée pour briser le tabou article
Les maladies diarrhéiques tuent chaque année 1,5 million d’enfants dans le monde
une personne sur trois n’a pas accès à des sanitaires

2011
http://millebabords.org/ecrire/?exec=article&id_article=19035 ...
Améliorer l’accès aux toilettes, un défi réalisable

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4525

Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 255

Santé c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50