Une tribune pour les luttes

Communiqué de Presse et Public

KNK - Congrès National du Kurdistan

Article mis en ligne le samedi 21 novembre 2015

Communiqué

L’Etat turc et le gouvernement AKP poursuivent les attaques militaires au Kurdistan, détruisant des villes et tuant des civils sans défense. Le blocus de 12 jours imposé à Silvan a laissé la ville en ruines. Les habitations et les commerces ont été délibérément visés et détruits. Aujourd’hui, la moitié de la ville est inhabitable. 15 civils ont été tués durant le couvre-feu et des dizaines d’autres ont été blessés. Menées au moyen d’une lourde artillerie militaire, les attaques contre Silvan ont été d’une violence inouïe.

Depuis cinq jours, la ville de Nusaybin, dans la province de Mardin, subit le même sort. Parallèlement au couvre-feu, elle essuie des attaques qui s’intensifient de jour en jour. Le 15 novembre, Selamet Yeşilmen, femme enceinte et mère de cinq enfants, a été tuée par des tirs provenant d’un véhicule cobra stationné près de chez elle, alors qu’elle descendait les escaliers en compagnie de ses filles Sevcan et Fikret (13 et 14 ans). Ces dernières ont été grièvement blessées par les tirs. Un homme du nom de Yilmaz Tutak a également été grièvement blessé alors qu’il tentait de porter secours aux deux enfants.

Des événements similaires ont eu lieu le 12 novembre, à Silopi, dans la province de Sirnak. Dans le quartier Şehit Harun, cinq personnes (Servet Cin, Hişyar Konur, Fatma Yiğit, Evin Harput et un autre civil non identifié) ont été blessées par des tirs de grenade de la gendarmerie locale. Transportée à l’hôpital, Fatma Yigit a succombé à ses blessures.

De tels drames se produisent quotidiennement à Diyarbakır, Cizre, Gever (Yüksekova), Şırnak, Hakkâri, Van et dans beaucoup d’autres villes du Kurdistan. Des centaines de civils kurdes ont été tués par les forces de sécurité turques depuis le 24 juillet, date à laquelle la Turquie a définitivement et délibérément enterré le processus de paix. On peut certes parler d’une guerre entre l’armée turque et la guérilla kurde. Mais les forces de sécurité turques ne se contentent pas d’attaquer les combattants de la guérilla ; elles visent délibérément les civils et détruisent les villes. L’Etat turc commet des crimes de guerre au Kurdistan.

Ignorant les appels à la paix et les propositions de négociation lancées par les Kurdes, la Turquie poursuit ses politiques d’assimilation, de négation et d’oppression à l’égard des Kurdes, ce qui engendre la guerre. Nous l’avons déjà dit et nous le répétons : la solution n’est pas dans le conflit armé, mais, au contraire, dans le dialogue et la négociation.

Entendons les cris de Cizre, Silvan, Sur, Nusaybin, ... !

Entendons les appels des Kurdes pour la paix !

Nous appelons toutes les personnes et toutes les organisations qui soutiennent la paix et la démocratie à s’opposer à la campagne brutale menée contre les Kurdes et à contribuer à une solution pacifique à la question kurde.

Lire en version anglaise ICI

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Armée/ guerre c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 55

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4505

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 415

Répression c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1175