Une tribune pour les luttes

Alerte Grèce : terreur, torture et fascisme à Héraklion ! + autogesion en Thessalie + autres nouvelles importantes

par Yannis Youlountas

Article mis en ligne le vendredi 6 octobre 2023

– Un témoin oculaire raconte la chute de 12 mètres de notre compagnon anarchiste, alors qu’il était menotté dans le dos et frappé par la police, samedi matin à Héraklion !
– Un policier fan d’Aube dorée piégé par ses photos haineuses prises devant le squat évacué !
– La suite du bras de fer à Héraklion, des affrontements, et une assemblée de soutien qu’une descente de police a tenté d’empêcher… sans succès !
– L’autogestion généralisée remplace l’État en Thessalie, avec des colonnes solidaires anarchistes !
– Alerte antifasciste à Athènes où vont se rassembler des fascistes de toute l’Europe ! (appel à soutien des antifas)
– Point sur les actions solidaires de septembre, livraison prochaine d’huile d’olive, fruits et légumes crétois à Athènes pour finir l’année, et un convoi au départ de la France en 2024.

Je sais, ça fait beaucoup d’infos, mais c’est vraiment important d’en prendre connaissance et, si vous voulez bien, de nous aider à les faire savoir.

Déclaration de Yannis Stefanis, l’une des personnes arrêtées durant l’évacuation violente du squat Evangelismo à Héraklion (rappel ici : http://blogyy.net/2023/09/30/la-tension-monte-a-heraklion-que-se-passe-t-il-vraiment/ ), et témoin oculaire de la chute de douze mètres de notre compagnon anarchiste menotté et frappé par la police :

« TERREUR, TORTURE ET FASCISME »

Je fais partie des onze personnes qui ont été arrêtées lors de l’opération de police dans le squat Evangelismos aux premières heures du samedi 30 septembre. La chute de A., un jeune étudiant de troisième cycle, s’est produite sous mes yeux. A ce moment-là, un policier armé de l’EKAM (unité de police spéciale) me pressait le dos avec son genou, m’empêchant de respirer, alors que je portais déjà des menottes.

Le jeune homme qui est tombé avait déjà été frappé par les forces de police spéciales qui le traînaient par les cheveux jusqu’à ce qu’il soit menotté. Les gens des balcons voisins avaient commencé à protester et, à ce moment-là, A. se retrouva au bord du toit de l’immeuble, puis en quelques secondes dans le vide.

Au même moment, bien que menotté et face contre terre, j’ai reçu un coup de pied dans la tête d’un policier de l’unité spéciale qui me criait « ferme-la sinon toi aussi tu finiras à la morgue ». Cet événement terrifiant, la chute d’un homme d’une hauteur de douze mètres alors qu’il portait des menottes, par pur hasard, n’a pas entraîné la mort.

En ce moment, A. est hospitalisé à l’Hôpital Général Universitaire de Héraklion, car il a les jambes cassées et présente des fractures et des fissures à la colonne vertébrale. Miraculeusement, il est vivant et non paralysé. Mais sa torture a beaucoup duré car il a eu le malheur d’avoir, tout d’abord, été conduit par la police à l’autre hôpital d’Héraklion, Vénizélos, pour être placé entre les mains d’un médecin de l’Hôpital qui a immédiatement tenté d’étouffer l’affaire avant de le renvoyer rapidement à la police. Puis, pendant environ dix heures, il a été retenu par la police, immobilisé dans un fauteuil roulant tout à fait inadapté vu sa situation. La directrice adjointe du service a affirmé que la police avait le droit d’agir ainsi et qu’elle était couverte par la libération de l’Hôpital.

Après d’intenses protestations, treize heures plus tard, il a enfin été récupéré par les ambulanciers et admis à l’Hôpital Général Universitaire de Héraklion. Après des examens complémentaires, l’étendue complète des blessures a été connue.

Je voudrais également souligner quelque chose d’effrayant. Le recteur de l’Université de Crète, M. Kontakis (à l’origine de l’évacuation du squat), a rendu visite hier à A., gravement blessé, pour l’informer à sa grande surprise qu’il sera son médecin traitant et qu’il ne fait « aucune discrimination entre ses patients. »

On dit que le docteur Mengele avait aussi un grand sourire. Il est scandaleux que la personne responsable de la mort à laquelle a échappé le patient soit de surcroît son médecin, contre sa volonté, en position de pouvoir, juge et partie, d’autant plus que l’affaire sera probablement portée devant les tribunaux. Il est impératif que les associations médicales et étudiantes ainsi que les instances universitaires prennent position.

Je dois ajouter que pour le premier incident à l’Hôpital, il y a eu une première intervention de la Fédération des Associations des Médecins dans les Hôpitaux qui cherchait à savoir ce qui s’était vraiment passé. Les organismes compétents devraient également s’occuper du comportement de M. Kontakis.

Je tiens à vous informer que moi-même et les dix autres individus arrêtés avons été libérés sur ordre oral du procureur. Avec moi, un autre doctorant a été arrêté, mais il n’est pas en mesure de s’occuper du dossier pour le moment. Je pense qu’il y a une raison. L’acte d’accusation complet nous sera annoncé une fois que nous aurons été présentés à l’enquêteur dans la semaine.

En terminant ce texte, je voudrais ajouter qu’hier, lors de l’opération de police au hangar du club sportif autogéré de Tiganiti, j’ai été approché alors que je marchais dans la rue par les policiers d’Héraklion qui ont tenté de m’intimider : « on te connait ». À ma grande surprise, à la Direction de la Sécurité, j’ai croisé deux autres doctorants qui, bizarrement, avaient également été arrêtés.

L’université, c’est nous, et non la police des universités ni les gouvernements successifs. La responsabilité de ce qui s’est passé et de ce qui se passera incombe entièrement au Recteur de l’Université, M. Kontakis et au conseil, avec l’approbation unanime des décisions du 20 juillet 2023 (qui ont conduit à l’évacuation du squat).

L’Association des chercheurs d’Héraklion, en coopération avec les associations étudiantes et d’autres organismes, doit prendre une position claire sur ces événements, car le fascisme vient d’abord pour les autres et ensuite pour nous.

Yannis Stefanis
Membre de l’Association des chercheurs d’Héraklion
Doctorant en EMMY à ELMEPA
Membre du laboratoire d’Informatique Biomédicale de l’Institut de Technologie et de Recherche d’Héraklion

Pour la sécurité de Yannis (menaces de mort) et pour mieux diffuser son témoignage, cette déclaration vient d’être publiée dans le grand quotidien grec EFSYN, et commence à être largement partagée.

Très connu à Héraklion et dans le mouvement social en Grèce, Yannis Stefanis figure parmi les militants anarchistes arrêtés le 30 septembre au petit matin, au sein du squat Evangelismo dont il est un membre actif. Il y a huit ans, il intervenait dans le film Je lutte donc je suis pour présenter le journal autogéré Apatris, fondé à Evangelismo et tiré à 15.000 exemplaires : https://youtu.be/97HTxo20c-E?si=1iFPq_XGJ6qwL8sY&t=3677 (il s’exprime à partir de la 61ème minute).

UN POLICIER FAN D’AUBE DORÉE PIÉGÉ PAR SA HAINE !

Durant l’évacuation du squat Evangelismo, le 30 septembre au matin, beaucoup de policiers ont montré une agressivité sans limite à l’égard des anarchistes et des antifascistes qui dormaient dans le bâtiment. Les insultes et les menaces de mort n’ont pas manqué. Les coups également. Jusqu’à la chute de A., dans des conditions très floues, qui est tombé menotté de 12 mètres de haut après été frappé et trainé par les cheveux.
Juste après ces faits d’une rare violence, plusieurs policiers ont fait des selfies avec « leurs proies ». Un véritable coming out fasciste qui a impressionné par sa rage d’avoir enfin vaincu les « pourritures d’anars » et les « saloperies d’antifas » du grand squat imprenable depuis 21 ans à Héraklion.
Parmi eux, un responsable de la police d’Héraklion a fièrement publié sur les réseaux sociaux sa photo en train de poser sur les marches de l’entrée du squat, dans une mise en scène de « vainqueur », entre deux boucliers de MAT (CRS) décorant l’escalier (cf. photo ci-dessous). Son commentaire de cette photo :
« ON S’EST ENFIN DÉBARRASSÉ DES CRASSEUX, AU BOUT DE 22 ANS À HÉRAKLION ! DÉGAGEZ DE LÀ, POURRITURES ! LA VILLE EST À NOUS ! CREVEZ TOUS DU CANCER ! »
Oui, mais voilà : la photo a été vue, partagée, copiée et envoyée à tous les médias et à « l’IGPN grecque ». Sur le compte Facebook du bonhomme, apparait également sa passion pour Aube dorée (parti dissous, mais dont les idées restent malheureusement, et les groupes fascistes sont à nouveaux très actifs).
On n’attend pas grand chose de « l’IGPN grecque » malgré l’annonce d’une enquête interne, mais une fois de plus, les masques sont tombés.

AFFRONTEMENTS ET SABOTAGE À HÉRAKLION !

Depuis l’évacuation du squat Evangelismo, samedi à l’aube, il n’y a pas que des manifs nombreuses, il y a aussi des affrontements incessants dans le centre-ville, le matin, l’après-midi, le soir, à l’improviste. Souvent, des fumées de gaz lacrymogènes indiquent qu’il s’est encore passé quelque chose. Au-delà des nombreux tags qui couvrent déjà le centre-ville de la quatrième ville de Grèce, il y a aussi des actions de sabotage qui ont endommagé ou bloqué beaucoup d’appareils nécessaires à l’État ou aux banques. Parmi les dégradations qui font chouiner les commentateurs professionnels, les distributeurs de billets en état de marche commencent à manquer pour les touristes.

Certains médias accusent également des « bandes de jeunes » de semer le chaos. D’autres remarquent que « en mettant le pied sur la fourmilière des anarchistes, ils se retrouvent maintenant partout dans la ville » (sic). Une passante inquiète répond au micro d’un journaliste : « c’était une très mauvaise idée, c’est comme leur déclarer la guerre ». Et bien oui, madame, c’est exactement ça !

SUITE DU BRAS DE FER EN CRÈTE, AVEC UN GROS RATÉ DE LA POLICE !

Comme tout le monde l’a compris, le mouvement social crétois n’a qu’un seul objectif : reprendre le bâtiment et l’occuper à nouveau (comme cela a été le cas avec succès à Chania, avec la réoccupation du squat Rosa Nera en 2019 et jusqu’à aujourd’hui encore). Et c’est pour cela que les réunions se multiplient un peu partout dans Héraklion : certaines publiques, d’autres pas.

Lundi 2 octobre, en fin d’après-midi, une grande réunion publique à ce sujet avait lieu dans les locaux du club de foot antifasciste autogéré Tiganitis (dont l’une des devises est « against modern football »). Étaient réunies environ 80 personnes, dont plusieurs de nos proches. Mais assez rapidement, du bruit a été entendu à l’extérieur de la salle, et tout le monde a réagit très vite.

Il s’agissait d’une descente de police, avec de nombreux MAT (CRS) en train de s’aligner tout autour du bâtiment du club Tiganitis. Plusieurs de nos camarades et compagnons ont foncé vers le porte d’entrée et l’on fermée à clé de l’intérieur, puis barricadée avec énormément de choses. Par les fenêtres, les policiers ont alors demandé à entrer dans la grande salle de réunion : « Ouvrez ! Police ! »

Mais aucun des 80 participants n’était prêt à céder. La police a ensuite demandé que les participants sortent et montrent leur carte d’identité. « Pas question ! » ont répondu en chœur les antiautoritaires et solidaires. Du coup, plusieurs policiers ont essayé de les faire sortir de force en jetant des gaz lacrymogènes à l’intérieur, par les ouvertures. Manque de pot pour les policiers, les anars avaient déjà anticipé la manœuvre et tout calfeutré. Aucune fenêtre ni petite ouverture n’avait été oubliée. Le siège allait donc commencer pour plusieurs heures !

Au fil du temps, une foule a commencé à arriver, venue de toute la ville, pour faire pression sur les policiers. Cette foule avait été prévenue par les assiégés et, inexorablement, elle commençait à être plus nombreuse que les casques des policiers de plus en plus sur la défensive. Voyant qu’ils avaient raté leur coup et de plus en plus dominés en matière de nombre, les policiers ont fini par battre en retraite.

Au-delà de cette victoire, il faut tout de même souligner qu’une fois de plus, la pseudo « nouvelle démocratie » essaie d’empêcher les gens de se réunir et d’échanger comme bon leur semble. Certes, l’expression « État policier » a toujours été un pléonasme, mais actuellement on ne peut pas dire mieux pour exprimer l’étouffement de la liberté d’expression qu’on ressent en Grèce, comme dans beaucoup d’autres endroits en Europe.

L’AUTOGESTION GÉNÉRALISÉE ET LES COLONNES SOLIDAIRES ANARCHISTES REMPLACENT L’ÉTAT EN THESSALIE !

De terribles inondations ont ravagé la région de Thessalie (centre de la Grèce, cf. carte), fin septembre. Depuis lors, l’État grec reste aux abonnés absents. Les pouvoirs publics sont totalement dépassés et incompétents face aux dizaines de milliers de sinistrés, pour la plupart précaires. Du coup, la population s’est prise en main et auto-organisée un peu partout, notamment entre Trikala et Larissa, non loin des célèbres météores. Cette autogestion généralisée n’est pas le fruit du hasard : beaucoup de nos camarades et compagnons autogestionnaires et libertaires ont immédiatement pris la route vers cette région pour mettre en pratique leurs valeurs d’entraide et d’autogestion.

Parmi ces anarchistes et révolutionnaires en provenance des villes plus ou moins lointaines, une colonne impressionnante a attiré l’attention des habitants et des médias : l’expédition de plusieurs dizaines de membres de Rouvikonas renforcés par beaucoup de jeunes bénévoles.

Ces derniers aurait tranquillement pu passer leur samedi 30 septembre vautrés dans leur canapé à regarder Netflix. Ils auraient aussi pu aller boire un café puis sortir en boite samedi soir (pour celles et ceux qui ont les moyens de se le payer). Ils aurait aussi pu végéter devant leur téléphone mobile tout le dimanche aussi, devant des vidéos stupides sur tiktok. Mais non, ces nombreux jeunes engagés pour une autre société égalitaire et libertaire ont choisi d’accompagner les membres de Rouvikonas dans une colonne anarchiste historique qui a parcouru plus de 300 kilomètres sur la route du nord.

Sur place, dans le village de Keramidi Trikala et aux alentours (cf. carte), ils ont apporté de l’aide sous toutes les formes : soutien moral, logistique, politique, livraison de produits de première nécessité, dégagement des accès, pompage (avec le premier véhicule de pompiers autogéré, utilisé pour une fois autrement, en attendant l’arrivée du deuxième), enterrement de cadavres d’animaux, enlèvement de plusieurs tonnes de boue, nettoyage…

Parmi les scènes inoubliables, on retiendra la découverte d’un frigo sur le toit d’une maison sinistrée. C’est Giorgos Kalaïtzidis, l’un des membres les plus connus du groupe, qui a fait cette trouvaille étonnante en enlevant les débris et en inspectant les tuiles arrachées (cf. photo parmi celles plus bas). Le flot des eaux était monté si haut, de plusieurs mètres au-dessus du sol, que les toits se sont retrouvés encombrés par toutes sortes d’objets, meubles et débris.

Les habitants secourus ont tous témoigné de l’absence de l’État et, en particulier, des autorités de la Région Thessalie qui prétendaient avoir fait le nécessaire dans un communiqué bidon. En réalité, personne n’est venu, exceptés quelques militaires de passage brièvement. Rien n’a été fait. « L’État est totalement absent, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et sur les anarchistes qui sont venus nous secourir » (à visionner dans le prochain film, Nous n’avons pas peur des ruines, qui sortira cet hiver)

Une dame a même ajouté : « on m’avait dit le plus grand mal des anarchistes de Rouvikonas, on les craignait, mais moi, je ne juge que ce que je vois ! Et aujourd’hui, ce que je vois, c’est que ce sont eux qui donnent l’exemple ! »

Inutile de vous parler de l’émotion de nos camarades et compagnons, accueillis chaleureusement, et pour cause, ni de leurs efforts énormes si loin d’Athènes et des luttes habituelles ! Ils avaient de la boue partout sur les vêtements et jusque sur le visage. Mais, une fois de plus, ils étaient en relation directe avec la réalité, celle du peuple trahi par les hypocrites costumés qui prétendent le gouverner.

Comme le dit une devise de Rouvikonas et du mouvement social en Grèce, souvent répétée ces jours-ci en Thessalie : « tout ce que nous avons, c’est l’un l’autre. » Devant le spectacle de la calamité du monde qui sombre en ruines, il est temps de cesser d’obéir et de prendre nos vies en mains.

ALERTE ANTIFASCISTE À ATHÈNES : APPEL INTERNATIONAL !

MERCREDI 1ER NOVEMBRE 2023 : LE CŒUR DE L’ANTIFASCISME VA BATTRE À ATHÈNES !

A tous les Antifascistes d’Europe

Les organisations néofascistes grecques appellent à un rassemblement Neo-nazi Pan-européen à Athènes, plus précisément dans le quartier Neo-Heraklion, le 1er novembre à 18h locale.

la plus connue de ces organisations est Aube Dorée, qui a été condamnée en octobre 2020 en tant qu’organisation criminelle nazie, conduisant à de lourdes peines de prison pour plusieurs de ses membres dirigeants.

Dans le quartier Neo-Heraklion, un monument a été érigé en mémoire de 2 jeunes membres d’Aube Dorée qui ont été tués par balle il y a une dizaine d’années dans une affaire criminelle non-encore résolue.

Cet appel des Neo-nazis a été rendu public le 13 aout et jusqu’à maintenant le gouvernement grec ainsi que la police sont restés des observateurs passifs.

les questions qui se posent sont les suivantes :
– qui a autorisé la tenue d’un tel rassemblement ?
– quel est le raisonnement qui sous-tend l’ouverture des frontières à des voyous Neo-nazis capables de commettre des actes criminels ?

Récemment, le 7 aout 2023, des hordes de fans néonazis affiliés au Dynamo Zagreb sont descendus sur Athènes un jour avant le match de football de leur club contre AEK Athènes dans le cadre des qualifications pour la Ligue des Champions. Ils ont attaqué les fans de AEK et poignardé à mort Michalis Katsouris.

il n’est pas difficile d’imaginer les conséquences potentielles si des centaines de néonazis arrivent de pays limitrophes et plus lointains, se rassemblent et circulent librement à Neo-Heraklion et dans Athènes le 1er novembre.

Au delà des menaces immédiates sur les vies humaines, ceci serait un signe qui encouragerait l’organisation d’autres rassemblements de ce type dans d’autres pays.

Ceci marque la première tentative pan-européenne de rassemblement public Neo-nazi dans un pays européen depuis de nombreuses années.

nous croyons fermement que l’action collective et massive est notre meilleure arme contre ces menaces fascistes.

NO PASARAN

La « coordination antifasciste d’Athènes et du Pirée » a un long passé de front uni, diversifié et inclusif, rassemblant divers collectifs politiques et sociaux ainsi que de nombreux activistes non-affiliés.

La Coordination a pris l’initiative d’organiser une manifestation antifasciste le 1er novembre à 16h heure locale à l’endroit même où les néonazis ont prévu leur rassemblement et ceci dans le but très clair d’empêcher toute tentative néonazie d’apparaitre dans les espaces publics.

Nous invitons tous les groupes antifascistes de Grèce et d’Europe a se joindre à nous pour cette bataille cruciale contre le rassemblement néonazi Pan-Européen.

Notre cri de ralliement reste :

Unité, Solidarité, Lutte !

Ensemble nous œuvrerons sans relâche pour ECRASER LE FASCISME PARTOUT DANS LE MONDE !

COORDINATION ANTI-FASCISTE D’ATHENES ET DU PIREE

Pour faire tourner au-delà des francophones :
WEDNESDAY, NOVEMBER 1st, 2023 : The heart of antifascism beats in Athens !
To all Antifascists of Europe
All neo-fascist organizations in Greece have issued a call for a pan-European neo-Nazi rally in Athens, specifically in the Neo Heraklion area, scheduled for Wednesday, November 1st, at 6 pm Greek time.
The most prominent among these organizations is Golden Dawn, which was convicted in October 2020 as a criminal Nazi organization, resulting in extensive prison sentences for its leading members. In the Neo Heraklion area, a monument stands in memory of two young Golden Dawn members who were fatally shot a decade ago in a still-unresolved criminal case.
This call by the neo-Nazis was made public on August 13 but to date the Greek government and police have remained passive observers.
Several pressing questions arise :
– Who granted permission to a convicted neo-Nazi organization to host such a rally ?
– What is the reasoning behind opening the borders to neo-Nazi thugs capable of committing criminal acts ?
More recently, on August 7, 2023, a group of neo-Nazi fans affiliated with Dynamo Zagreb descended upon Athens. This occurred just one day before their football club’s match against AEK Athens in the Champions League qualifiers. They launched an attack on AEK fans and murdered Michalis Katsouris with a knife.
It’s not difficult to imagine the potential consequences if hundreds of neo-Nazis from neighboring countries and beyond are allowed to assemble and move freely within Neo Heraklion and Athens on November 1. Beyond the immediate threat to human lives, this will embolden them to organize similar rallies in other countries.
This marks the first pan-European attempt at a public gathering of neo-Nazis within a European country in several years. We firmly believe that unity and mass action is our best weapon against these fascist threats.
NO PASARAN !
The Antifascist Coordination of Athens and Piraeus has a decade-long history as a diverse and inclusive united front, comprising various political and social collectives, as well as unaffiliated activists. The Coordination has taken the initiative to organise an anti-fascist demonstration on November 1, at 4 pm Greek time. The demonstration will be held at the very location where the neo-Nazis have scheduled their rally, with the clear intention of preventing any neo-Nazi attempt to appear in public space.
We extend an invitation to all anti-fascist groups from different regions within Greece and from European countries, to join forces in this crucial battle against the pan-European neo-Nazi gathering.
Our rallying cry remains :
UNITY-SOLIDARITY-STRUGGLE !
Together, we shall work tirelessly to SMASH FASCISM ALL OVER THE WORLD !
ANTI-FASCIST COORDINATION OF ATHENS AND PIRAEUS

Précisons que cette visite en masse des néonazis européens représentent également une menace pour nos squats de réfugié.es/migrant.es comme le Notara 26 qui a déjà été attaqué par un commando néonazi en 2016 (incendie nocturne qui a failli brûler vifs des dizaines d’enfants sauvés des eaux et leurs familles). Combattre le fascisme, c’est aussi protéger ses victimes potentielles, ses boucs-émissaires, les cibles principales de sa haine.

POINT SUR LES ACTIONS SOLIDAIRES

D’abord, un petit point sur les dernières actions solidaires, durant le mois de septembre :

1- l’objectif pour le véhicule de pompiers autogéré a été atteint et dépassé, nos camarades et compagnons vous remercient chaleureusement, la différence va permettre l’ajout d’un meilleur équipement ainsi que l’achat de produits de première nécessité pour les précaires sinistrés (livraisons en parallèle des patrouilles des deux véhicules de pompiers autogérés).

2- nous n’en avons pas parlé publiquement, mais une amie anarchiste d’Athènes que beaucoup d’entre nous connaissent s’est retrouvée dans une situation très difficile (boulot, logement, dette…). Grâce à une chaîne de solidarité au sein d’une vingtaine de membres assidus des convois (coordonnée par Naomi et Maud), nous avons rapidement réussi à tout éponger sans faire d’appel public.

3- idem concernant une action solidaire urgente en Crète (coordonnée par Maria et Yannis) pour venir en aide à 23 migrants dont 11 enfants en état d’urgence absolue dans le département d’Héraklion (avec le RSC).

Ensuite, un petit point sur la principale action solidaire à venir en octobre (la dernière action solidaire majeure en 2023) :

À l’occasion de l’arrivée imminente d’un grand fourgon en Crète (au départ de Grenoble et Martigues), puis d’un autre à Athènes (au départ du Sud Gironde), et alors qu’un troisième fourgon est déjà en Crète, nous avons prévu de nous rendre à Athènes dans deux semaines avec 2 fourgons chargés de denrées alimentaires achetées à moindre prix sur l’île auprès des camarades paysans : huile d’olive (dont le prix a doublé cette année), fruits et légumes principalement.

Pour en savoir plus à ce sujet, voici les comptes-rendus de ces livraisons de Crète vers Athènes, les années passées :

http://blogyy.net/2022/05/23/soutenir-les-paysans-en-lutte-tout-en-nourrissant-les-precaires/
et http://blogyy.net/2022/05/25/la-cuisine-solidaire-de-chania-et-le-reseau-sodaa-dans-lattique/
et http://blogyy.net/2021/11/30/nouvelles-livraisons-a-athenes/
et http://blogyy.net/2021/11/30/oui-le-notara-26-a-ete-livre-aussi/
et http://blogyy.net/2021/07/04/nous-navons-pas-encore-perdu-a-kastelli/
et http://blogyy.net/2021/06/29/les-livraisons-a-exarcheia-ont-commence/

Si certains veulent nous aider pour cette dernière action solidaire en préparation (il nous reste deux semaines), vous pouvez :
– soit faire un don à Anepos (virement ou chèque ou paypal, pas besoin de préciser l’objet, car tout ira à cette action dans les 15 prochains jours)
– soit acheter directement les denrées à transporter auprès d’un des camarades producteurs de votre choix (liste et RIB de nos camarades oléiculteurs, maraichers, arboriculteurs à votre disposition)

Ce sera sans doute la dernière action majeure de l’année, vu nos moyens et notre disponibilité sur place. Bref, c’est le moment de participer si vous le voulez et si vous le pouvez. Les principaux destinataires seront le squat Notara 26 (qui vient de fêter ses 8 ans d’existence et de résistance), les membres précaires du K*Vox et plusieurs cuisines solidaires de l’Attique. Plusieurs structures solidaires seront également soutenues en Crète.

Si vous souhaitez participer en passant par Anepos :

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS

IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730

BIC : PSSTFRPPTOU

Objet : « Livraisons octobre »

2- Pour participer via PAYPAL suivez ce lien :

https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=LMQPCV4FHXUGY

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS

Adresse postale : ANEPOS – Livraisons octobre – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

Contact, suggestions, propositions : solidarite chez anepos.net

Tél. Grèce (+30) 694 593 90 80 / Tél. France (+33) 624 066 798

Dernière information dans ce domaine : un nouveau convoi solidaire est envisagé pour mars 2024, précédé d’une collecte de matériel qui aurait lieu à partir de janvier ou février. Si vous avez envie de participer (être dans la carte des points de collecte en France, Suisse et Belgique, ou même venir avec nous en Grèce avec votre fourgon), contactez-nous : solidarite chez anepos.net

Bonne force à vous comme on dit ici, au sein du mouvement (Kali dynami), et merci de votre soutien !

Yannis Youlountas, avec les collectifs
DERNIÈRE MINUTE :
Une grande manifestation va avoir lieu à Héraklion ce dimanche à 18h (visuel ci-dessous). Départ Place des Lions. On y sera bien sûr ! Il y en aura probablement une aussi à Athènes dimanche à la même heure (à confirmer demain). Le cas échéant, départ aux Propylées, tout près d’Exarcheia.

P.-S.

pour lire l’article avec les photos :
http://blogyy.net/2023/10/05/terreur-torture-et-fascisme-a-heraklion/

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Fascisme/antifascisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 110

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 620