Une tribune pour les luttes

Semaine d’actions internationales contre la Dette et les Institutions Financières Internationales

Du 14 au 21 Octobre 2007

Article mis en ligne le vendredi 12 octobre 2007

En dépit de multiples effets d’annonce de divers G 8 proclamant mensongèrement son annulation, la dette extérieure totale des pays dits « en voie de développement », n’a fait qu’augmenter.

Elle a atteint 2 850 milliards de dollars en 2006 soit 110 milliards de plus qu’en 2005 et bloque tout développement.

C’est pourquoi des actions auront lieu dans le monde entier pendant cette semaine à l’appel d’un panel très large d’organisations pour sensibiliser le public sur les problèmes sociaux et politiques engendrés par le paiement de ces dettes sans fin et pour exiger des gouvernements des pays riches une réelle annulation. Les états créanciers et les banques doivent être mis devant leurs responsabilités dans l’instauration de cette dette et en assumer.les conséquences. Les pays pauvres eux l’ont déjà trop largement payée :
Pour un dollar emprunté en 1980 ils en ont remboursé 8 et en doivent encore 4.

La spirale d’une dette sans fin engendre une misère sans fin.

Chaque année les pays les plus pauvres doivent se soumettre aux Plans d’Ajustement Structurels élaborés par le Fonds Monétaire International et la Banque Mondiale, pour assurer le remboursement des créanciers du nord Ils consacrent ainsi 38% de leur budget au paiement de la dette au détriment de la création d’emplois, de la santé et de l’éducation,de l’alimentation, du développement et doivent par surcroît appliquer des politiques économiques ultra libérales qui leur sont défavorables et les appauvrissent encore.

Aux Philippines une loi a même été imposée (la loi d’appropriation automatique) qui privilégie le remboursement de la dette sur tout autre financement !

Ces exigences sont iniques et doivent être dénoncées.

Il est temps de renverser les priorités : les droits sociaux fondamentaux des populations doivent être reconnus et prévaloir sur le remboursement de la dette .

Un droit international de la dette doit être institué pour garantir ces droits.

Mettre enfin les créanciers face à leurs responsabilités.

La situation est d’autant plus intolérable pour les populations qui en paient le prix qu’elles n’ont pas profité de ces emprunts. Sans pour autant dédouaner les gouvernements corrompus du sud qui doivent rendre des comptes et restituer les biens détournés, cette semaine pour l’annulation de la dette sera donc l’occasion de sortir du simple discours compassionnel pour enfin impliquer la responsabilité des riches états créanciers, des banques privées et de la Banque mondiale dans ce surendettement.

Les créanciers du nord portent en effet la responsabilité de politiques de prêts insensés à des gouvernements corrompus et souvent à des dictatures (Saddam Hussein, Mobutu, Marcos, Suharto,Videla…) au détriment de l’intérêt des populations et dans le seul but de favoriser les entreprises du nord, de conquérir des marchés et d’avoir accès à de juteuses ressources naturelles. Cette politique se poursuit toujours en France avec les prêts à Omar Bongo au Gabon et Sassou Nguesso au Congo Brazzaville.

Cependant d’autres gouvernements comme celui de la Norvège commencent à reconnaître leur responsabilité dans ces endettements illégitimes, à réaliser des audits de leurs créances et prononcer des annulation de dettes.

La France doit faire de même pour ses propres créances, annuler les dettes, geler les avoirs d’origine illicite placés en France par les dirigeants du sud corrompus, et restituer les fonds détournés.

Cela ne se fera pas sans une participation des citoyens massive et planétaire, rejoignez les associations qui mènent ce combat, participez à toutes les initiatives !

www.cadtm.org/

Retour en haut de la page

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde) c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4700