Une tribune pour les luttes

Communiqué du Collectif de la Porte d’Aix - Marseille

Article mis en ligne le jeudi 20 mai 2021

Communiqué du 19 mai 2021 : réunion en visio conférence au sujet de la Porte d’Aix. La sinistre comédie continue. « Tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, circulez y a rien à voir. »

Le mercredi 12 mai à 18h52, la préfecture des Bouches-du-Rhône nous a adressé une invitation pour participer à une réunion table ronde d’information sur les deux chantiers des projets immobiliers de bétonnage de la Porte d’Aix. Cette réunion a eu lieu en visio-conférence.

Parmi les participants, la DRAC PACA, Bénédicte Lefeuvre, les deux promoteurs OPPIC, Jean-Michel Filippi (IVMT) et Cogedim, Euromed, la DDTM Jean-Philippe d’Issernio, la mairie de Marseille, Mathilde Chaboche, Jean-Marc Coppola, Anthony Krehmeier, la nouvelle présidente du collectif locataires Turenne Gisèle Campo, ainsi que le géologue Michel Villeneuve, les archéologues Alain Nicolas et Nicolas Faucherre et, pour le collectif de la Porte d’Aix Denis Eychenne et Louis Alesandrini. La réunion était présidée par la secrétaire générale de la préfecture, Mme Trignat.

Nous trouvons anormal que n’ont pas été conviés à cette réunion par la préfecture des Bouches-du-Rhône : les commerçants, les habitants et les représentants de la mosquée, ainsi que l’absence de médias.

Cette réunion a commencé par une intervention « langue de bois » de Mathilde Chaboche puis une présentation publicitaire de l’IMVT, que nous avons demandé d’abréger cette campagne de propagande commerciale.

Michel Villeneuve a soulevé le danger géologique. Alain Nicolas et Nicolas Faucherre ont dénoncé l’absence de fouille archéologique. Nous avons soulevé aussi ces points plus l’absence d’étude d’impact écologique, le mauvais traitement des réfugiés, la création d’un îlot de chaleur et d’augmentation des gaz à effet de serre et la disparition du seul espace vert indispensable et irremplaçable au centre-ville de Marseille. Nous avons tous posé des questions, restées sans réponse de la DRAC, la Préfecture, les promoteurs. Ils s’en sont tenu à des propos sur la réglementation soi-disant respectée. Nous avons aussi dénoncé que les gravats et vestiges sont jetés dans une décharge à Peyrolles-en-Provence, par des camions prés de zones protégées et le Parc Naturel régional de la Durance. Mais ils ont été absolument d’un niveau lamentable, à l’image de la DRAC qui prétends qu’ils iront vérifier si nécessaire à la décharge, si des vestiges y sont déversés... Chose irréaliste puisque des dizaines de camions y vident leurs gravats et déchets chaque jour. Pas de réponse non plus sur un diagnostic d’impact géologique sur le quartier de ses projets au rapport au sous-sol gorgé d’eau.

Nous avons également alerté concernant les nuisances insupportables des travaux en cours pour les habitants : niveau sonore très élevé, terre soulevée et se déposant en couches de poussière...

Une réunion, quatre mois après nos alertes, et nos conférences de presse avec des scientifiques, pour ne rien y annoncer de nouveau.

Nous avons exigé l’arrêt immédiat des chantiers, des fouilles archéologiques préventives et une étude d’impact géologique et une climatique. Pourquoi cette réunion e, catimini et non pas une réunion publique, car cela concerne tous les habitants du quartier et les Marseillais. Pourquoi cette réunion une fois que tout est irrémédiablement massacré ?

Rien n’a été validé aucune avancée ni nouvelle information, ni décision positive pour dissiper et étudier les problèmes que nous avons soulevés.

Circulez, y a rien à voir !

Il est affligeant de voir un tel niveau de médiocrité par des représentants institutionnels.

Pourquoi cette obstination à vouloir faire comme si ne rien n’était pour tous les points litigieux et dangereux que nous avons révélés et à ne rien faire pour les clarifier dans l’intérêt général ? Cette réunion aurait du être l’occasion de soulever chaque problématique et d’y trouver des solutions point par point, avec un dialogue constructif ; il n’en a rien été. Pourquoi cette réunion tardive après plus de quatre mois d’alerte sur l’absence de fouilles archéologiques dans un secteur très sensible et sur le danger géologique dû à la présence d’eau créant un danger, car il s’agit du même type de terrain que la rue d’Aubagne où huit personnes ont trouvé la mort dans l’effondrement de deux immeubles (voir rapport de Michel Villeneuve).

Malgré des multiples courriers que nous avons adressés à la Mairie, à la Préfecture, au Ministère de la Culture, les scientifiques en ont fait de même dont un en plus à Emmanuel Macron. Tous ces courriers sont restés sans réponse. Un mutisme institutionnel très dangereux et irresponsable persiste à la Porte d’Aix.

Nous continuerons la lutte, agir et crier pour porter à la connaissance du public les scandales et dangers de ces dossiers de bétonnage spéculatifs de la Porte d’Aix portés par Euromed et les institutions.Les institutions appliquent la méthode Coué

Nous serons à nouveau présents devant le conseil municipal de Marseille vendredi 21 mai 2021, après plus de vingt ans de lutte administrative et dix mois de « guérilla ».

Nous ne nous attendions pas à des miracles, mais le niveau de cette réunion, tant par sa gestion préfectorale que par l’attitude et la médiocrité institutionnelles et opérateurs, est désolante. Heureusement, les scientifiques nous aidant ont été d’un haut niveau et leurs propos et informations aussi. Nous les en remercions.

La lutte continue !

Le collectif de la Porte d’Aix

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Thèmes liés à l'article

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4590

Environnement/écologie c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 120

Marseille c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 285