Une tribune pour les luttes

Appel de la 7e Coordination nationale étudiante

Pas d’apaisement, le 1er mai et après, faisons plier le gouvernement !

Article mis en ligne le lundi 24 avril 2023

« Ce ne sont pas les casseroles qui vont faire avancer la France ». Le gouvernement piétine : il souhaite « tourner la page », mais pas un déplacement de Macron ou de ses ministres n’est à l’abri du son des casseroles et huées des opposants à la réforme. Personne ne souhaite un retour à la normale qui signifierait la fin de la mobilisation : notre force et détermination restent intactes. Chacune des 100 journées « d’apaisement » doit être l’occasion de rendre notre colère visible, nous continuons jusqu’au retrait et au-delà !

Malgré le calendrier universitaire qui dessert la mobilisation (vacances, partiels...), les étudiant.es ont été présent.es par milliers dans toutes les actions, rassemblements et manifestations !

Nous serons en masse le 1er mai, ce sera l’occasion de nous compter par millions et de voir notre force. Cette date doit être un tremplin pour renforcer la lutte et non pas pour négocier des miettes avec le gouvernement. Nous devons dès maintenant préparer la mobilisation après le 1er mai, par des blocages, manifestations, occupations et par la grève !

Pour faire plier ce gouvernement, il faut aller vers la grève générale. Nous appelons donc les étudiant.es à soutenir toutes les initiatives qui vont dans le sens de reconduire la grève après le 1er mai.

Au-delà de la réforme des retraites, c’est contre toute cette politique antisociale et antidémocratique que nous nous battons. Violences policières, SNU obligatoire, sélection à la fac (TrouverMonMaster, Parcoursup), libéralisation de l’ESR, précarité, inflation, inaction climatique... Nous voulons dégager ce gouvernement, le patronat et toute cette politique antisociale !

Retrouvons-nous en Assemblées Générales, coordinations, interpros, interfacs pour décider par la base de notre mouvement.

La situation ne doit pas « revenir à la normale », y compris sur le terrain des examens. Nous soutenons toutes les initiatives visant à reporter, aménager (par des notes planchers ou validations automatiques) ou annuler les partiels si les demandes des étudiant.es ne sont pas prises en compte. Le droit de grève des étudiant.es doit être respecté !

Le gouvernement continue sa politique répressive, à coup d’interpellations, de gardes-à-vue et d’interdictions de casseroles en manifestation ou encore par l’envoie de la police contre les occupations. La CNE exprime toute sa solidarité contre toute forme de répression, dont les menaces de dissolution et la poursuite de toute politique coloniale de l’Etat notamment à Mayotte.

Pour consolider puis amplifier la mobilisation en vue du 1er mai, la Coordination Nationale Étudiante appelle :

- à rejoindre la journée de mobilisation du 28 avril à l’appel de la CGT
- à participer à toutes les initiatives qui visent à construire la mobilisation et la grève en multipliant les actions, manifestations, rassemblements. En ce sens, nous appelons les étudiant.es à rejoindre les actions lors des visites de membres du gouvernement. Rendons-leur la vie impossible : nous ne tournons pas la page
- à organiser dans les facs le jour de la reprise des cours des actions de visibilisation de la mobilisation
- à empêcher la tournée de propagande gouvernementale du SNU, cette entreprise d’embrigadement idéologique de la jeunesse, en organisant des rassemblements et actions lors des "villages" SNU comme cela a été fait avec succès à Nantes, Montpellier ou Caen !
- à participer massivement aux manifestations du 1er mai
- à organiser une journée nationale de grève et de mobilisation le 4 mai. Nous proposons à tous les collectifs, organisations et syndicats d’en faire une journée nationale de grève.

La prochaine CNE se tiendra en distanciel le 30 avril. Les modalités précises sont affichées sur une motion publiée sur le compte instagram de la CNE. La prochaine CNE en présentiel sera le 6 mai à Paris, les modalités précises sont également sur la motion.

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

Éducation/Enseignement Supérieur c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 585

Grève c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30

Luttes c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 1120