Une tribune pour les luttes

Infos Grèce : Prison pour Rouvikonas et autres nouvelles…

par Yannis Youlountas

Article mis en ligne le vendredi 2 juin 2023

Quelques nouvelles de Grèce où nous nous trouvons encore, alors que plusieurs de nos compagnons de convoi viennent de repartir en France et que d’autres viennent à l’instant d’arriver. Depuis une dizaine de jours, l’actualité s’accélère ici.

1- Procès de Giorgos Kalaïtzidis et Nikos Porgiotis à Athènes :
TROIS ANS ET DEMI DE PRISON POUR DEUX MEMBRES DE ROUVIKONAS !

2- Révélations du New York Times (vidéo) qui confirment ce que nous disions :
L’ÉTAT GREC ASSASSIN EXPULSE DES ADULTES ET DES ENFANTS MIGRANTS SUR DES EMBARCATIONS PRÉCAIRES !

3- Résultats des élections législatives :
ABSTENTION RECORD EN GRÈCE, REFUS MASSIF DU SYSTÈME POLITIQUE, LA JEUNESSE ABSENTE DES URNES, TSIPRAS DÉFINITIVEMENT GRILLÉ

4- Suite du convoi solidaire dans les lieux autogérés en Grèce :
MERCI, MILLE FOIS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

5- Quatrième film documentaire en préparation :
NOUS N’AVONS PAS PEUR DES RUINES SORTIRA DURANT L’HIVER

1- Procès de Giorgos Kalaïtzidis et Nikos Porgiotis à Athènes :

TROIS ANS ET DEMI DE PRISON POUR DEUX MEMBRES DE ROUVIKONAS !

Deux membres du groupe anarchiste Rouvikonas viennent d’être condamnés lourdement pour avoir repeint en rouge et noir le parlement grec le 21 mai 2019.

Il y a quatre ans, la procédure avait rapidement été reportée sous la pression internationale, les ambassades de Grèce ayant été prises d’assaut sous différentes formes dans de nombreuses régions du monde durant le mois de juin 2019, à commencer par celle de Paris dès le 27 mai.

Quelques semaines plus tard, en septembre 2019, la droite se ridiculisait à son tour. Le nouveau président du parlement, Konstantinos Tasoulas (à gauche sur la photo ci-dessous), annonçait en grande pompe « Une ligne… Maginot contre Rouvikonas » pour « empêcher les anarchistes de revenir. » À la demande du nouveau premier ministre Kyriakos Mitsotakis et de nombreux parlementaires anxieux, le président du parlement s’était réuni avec le chef de la police, Michalis Karamalakis (à droite sur la photo ci-dessous), et plusieurs « experts » pour mettre en place « un dispositif dans le but de renforcer la protection des députés et du lieu où ils se réunissent. » Le projet ? Une augmentation du nombre de caméras et de policiers autour du bâtiment, mais aussi des obstacles extérieurs supplémentaires, ainsi qu’une amélioration de l’arsenal à l’intérieur des lieux, au cas où il serait « pris d’assaut par les anarchistes. » Résultat : un grand éclat de rire en Grèce pour le choix de ce symbole, car on se rappelle que la ligne Maginot a été un échec complet !

Finalement, un procès bâclé s’est déroulé ces derniers jours et le tribunal d’Athènes s’est dépêché de rendre son verdict durant les derniers jours de la campagne électorale contre les deux membres de Rouvikonas ! À la surprise générale, les trois juges ont décidé de frapper très fort : trois ans et demi de prison, pour un peu de peinture et quelques fumigènes !

Certes, Mitsotakis s’est immédiatement frotté les mains et s’en est servi durant la fin de sa campagne, mais rappelons que c’est sous le gouvernement Tsipras du printemps 2019 (avant qu’il soit battu par Mitsotakis en juillet 2019, que les poursuites ont été déclenchées contre les deux membres de Rouvikonas (qui demandaient simplement que les droits fondamentaux du prisonnier politique Dimitris Koufodinas soient respectés). À l’époque, les mots du premier ministre Tsipras avaient été très durs, appelant à une « condamnation lourde et exemplaire » et ajoutant : « Une telle action de vandalisme est complètement antidémocratique et n’a rien à voir avec les luttes sociales ». Jusque-là, Mitsotakis accusait parfois Tsipras de protéger Rouvikonas : une rumeur absurde, bien sûr, mais à laquelle croyaient certains naïfs. Tsipras avait sans doute voulu se démarquer, un mois et demi avant les futures élections législatives du 7 juillet 2019.

Les libertaires avaient aussitôt réagi à ces propos avec des visuels comme celui-là sur Internet : « Quelles traces laissent les actions contre la "démocratie" ? De la peinture ! Quelles traces laissent les actions de la "démocratie" ? Faim, Pauvreté, désespoir, suicides, chômeurs, morts ».

Voilà pourquoi, aujourd’hui, le mouvement social en veut tout autant à Syriza qu’au parti de droite Nouvelle Démocratie pour cette procédure démesurée et cette sentence brutale contre les deux militants antiautoritaires. À la veille des élections, Giorgos Kalaïtzidis et d’autres membres du mouvement social ont publiquement appelé à boycotter Tsipras, dissuadant ceux qui envisageaient de pousser discrètement pour faire tomber Mitsotakis. Finalement, l’échec total de Tsipras dimanche dernier est aussi lié à cette affaire. Même si les voix des révolutionnaires sont rares et peu nombreuses, en Grèce comme ailleurs, cela a clairement participé au refus de beaucoup de jeunes proches du mouvement social de se déplacer. Et puis surtout, personne en Grèce n’a oublié la violation du résultat du référendum de juillet 2015 par Tsipras sous la pression des principaux dirigeants européens. Rares sont ceux qui lui pardonnent. Pour beaucoup, Tsipras est définitivement grillé et ne reviendra plus jamais au pouvoir.

Sur quel principe le jugement du tribunal d’Athènes se base-t-il pour condamner aussi lourdement les deux membres de Rouvikonas ? Il existe en Grèce une vieille loi qui qualifie de crime toute profanation d’un monument historique. Hors, cette loi n’a jamais été utilisée. Et elle ne concerne que les monuments antiques ou médiévaux régulièrement entretenus par les services d’archéologie. Il se trouve que le parlement n’en fait pas partie : il est très récent et n’a aucune spécificité dans ce domaine. Durant le procès, l’avocate de Rouvikonas a parfaitement montré, preuves à l’appui, que le bâtiment centenaire n’est pas du tout suivi par les services d’archéologie. Elle a également rappelé qu’un des deux membres de Rouvikonas poursuivis n’a pas été identifié avec certitude. Il y a quelques jours, le procureur lui-même a proposé aux juges de requalifier le crime en délit, avec les conséquences que cela implique, en l’occurrence une condamnation beaucoup plus légère.

Mais, dans un climat politique délétère, en particulier une surenchère de discours sécuritaires qui a profité à la droite, les trois juges ont décidé de maintenir la qualification de « crime par profanation de monument historique » et ont finalement condamné à trois ans et demi de prison ferme les deux militants (l’amende est de 26400 euros).

Bien sûr, les deux membres du groupe anarchiste vont faire appel. Pour l’instant, ils sont encore en liberté, parmi nous. Mais la brutalité de l’État montre à quel point la situation s’est encore tendue ces derniers mois en Grèce, un peu comme en France, avec une répression sans cesse plus menaçante. Pour l’instant, cela ne freine pas le groupe dans ses nombreuses actions, un peu partout à Athènes et ailleurs ! Bien au contraire ! Le groupe a même essaimé dans toute l’Attique (cf carte) et les actions se sont multipliées cette semaine.

Dans ce contexte kafkaïen, toute initiative de solidarité à l’égard des membres de Rouvikonas condamnés sera la bienvenue : action, texte, photo, vidéo, soutien financier ou politique… Ou ne serait-ce qu’en relayant l’info. Merci d’avance !

Parmi les chansons de soutien à Rouvikonas, en voici une francophone, signée Sid (qui est déjà venu en convoi avec nous) :

Présentation vidéo de Rouvikonas :

2- Révélations du New York Times (vidéo) qui confirment ce que nous disions :

L’ÉTAT GREC ASSASSIN EXPULSE DES ADULTES ET DES ENFANTS MIGRANTS
SUR DES EMBARCATIONS PRÉCAIRES !

Autre événement à la veille des élections grecques : le New York Times a choisi ce moment pour diffuser une preuve formelle des renvois d’exilés par la police grecque sur des embarcations précaires. Une pratique à la fois illégale et dangereuse. Une atteinte à la vie des personnes : adultes et enfants.

Voici la vidéo :
https://www.nytimes.com/2023/05/19/world/europe/greece-migrants-abandoned.html

Visible également ici :

Malheureusement, selon plusieurs observateurs, cette vidéo n’aurait pas affaibli la candidature de Mitsotakis à sa réélection, bien au contraire. En effet, il semble qu’elle lui ait permis de racoller dans les rangs de l’extrême-droite. Des anciens leaders d’Aube Dorée souhaitaient qu’aucune voix n’aille à Mitsotakis (suite à leur impossibilité de se présenter aux élections). Mais l’image de migrants renvoyés brutalement a probablement séduit les anciens électeurs d’Aube dorée, aux dires de plusieurs journalistes, amplifiant ainsi le score du premier ministre sortant. La construction de l’immense mur à la frontière de la Turquie a également pesé en faveur d’un puissant report des voix de l’extrême-droite sur Mitsotakis.

Au fil des années, la condition des migrants et des réfugiés ne cesse de se détériorer en Grèce, à la porte de l’Europe. Nos lieux autogérés sont sans cesse harcelés, menacés ou expulsés. Mais on ne baisse pas les bras et les squats et collectifs d’accueil continuent de résister avec beaucoup de courage et de persévérance, parfois en modifiant un peu leur projet initial, par exemple en jumelant l’accueil des exilés et l’accueil logistique des réunions de collectifs de luttes (c’est par exemple ce que fait actuellement le Notara 26, à Exarcheia). Cela permet d’affirmer encore plus la dimension politique de nos squats de réfugiés/migrants en tant que membres à part entière du mouvement social, mais aussi cela encourage les organisations et groupes amis à veiller un peu plus sur les squats menacés d’expulsion : les soutenir et les protéger autant que possible.

Dernière minute :
Une embarcation de migrants a chaviré avant-hier au large de Mykonos. 17 personnes essayaient de rejoindre l’Italie depuis la Turquie : 11 hommes, 5 femmes et une fillette de 7 ans. Deux hommes ont été sauvés in extremis, alors qu’ils nageait désespérément (un Syrien et un Palestinien). Trois corps ont été retrouvés : un homme et deux femmes. Tous les autres sont portés disparus, y compris la fillette de 7 ans. Les recherches se poursuivent aujourd’hui, en mer et le long des côtes de l’île touristique.

3- Élections législatives dimanche dernier :

ABSTENTION RECORD EN GRÈCE, REFUS MASSIF DU SYSTÈME POLITIQUE,
LA JEUNESSE ABSENTE DES URNES, TSIPRAS DÉFINITIVEMENT GRILLÉ

Le parti unique de la droite a atteint les 40%. La gauche a fait un peu plus au total, mais elle a perdu car elle est divisée et très conflictuelle. L’extrême-droite n’est représentée dans le parlement que par le parti identitaire, clérical et complotiste « Solution grecque » (4,5%, 16 députés sur 300). Certes, on est loin du score de Le Pen et Zemmour en France, mais l’extrême-droite grecque est aussi une composante du parti de Mitsotakis jusqu’à son gouvernement : plusieurs de ses ministres sont des transfuges de l’ancien parti d’extrême-droite LAOS. Bref, les idées nationalistes et fascistes sont loin d’avoir disparues en Grèce. Elles sont encore en action un peu partout dans la société, au grand dam de toutes les personnes victimes et discriminées.

Concernant la remontée du PASOK, étonnante vu d’ailleurs en Europe, il faut comprendre que ce parti est l’un des seuls à avoir changé de porte-parole et candidat principal pour le poste de premier ministre. Cette petite remontée du score du PASOK, de 6% à 11% est donc une prime à la nouveauté, alors même que la lassitude est forte à l’égard des autres leaders politiques plus connus qui ont, pour beaucoup, trempés dans d’innombrables affaires.

En légère hausse, le parti communiste KKE (de 5 à 7%) a un peu profité de la chute de Syriza . Mais pas Zoé Konstantopoulou ni Yanis Varoufakis qui ont loupé de peu leur entrée au parlement, en se présentant l’un et l’autre : il fallait 3% des suffrages exprimés et ils n’ont atteint que 2,8% et 2,6%.

Sur quelle île la droite a-t-elle obtenu le score le plus bas ? Cette fois, ce n’est pas en Crète, mais sur l’île d’Icare (Ikaria). Comme le montre la carte ci-dessus, la droite n’a atteint que 19%, derrière le parti communiste (35%) et Syriza (22%).

En Crète, dans le département d’Héraklion, la droite a réuni 35% des suffrages exprimés (c’est la première fois qu’elle dépasse les 30%), l’extrême-droite stagne à 2% (le parti "Solution grecque") et la gauche plafonne à 60% : Syriza 23% (très forte baisse), Pasok 22%, KKE 5%, Mera25 3% (Varoufakis), Plesio Elefterias 2% (Zoé Konstantopoulou), autres partis de gauche 5%.

Quel est le premier parti de Grèce actuellement ? L’abstention ! Près de 40% de Grecs ont refusé de voter (alors que le vote est censé être obligatoire) et 3% de ceux qui se sont déplacés ont glissé des bulletins blancs ou nuls : par exemple, la photo d’une chèvre dans plusieurs petits villages de Crète (île sur laquelle l’abstention a été plus forte qu’à l’habitude, ce qui a fait très mal à Syriza).

À Kastoria, près de la frontière nord de la Grèce, un mouton a été introduit dans un bureau de vote, scène immortalisée par une photo (ci-dessous) qui a fait le buzz jusqu’à la soirée électorale.

Et maintenant, que va-t-il se passer ? En fait, Mitsotakis ne veut pas d’une majorité relative. Il veut la majorité absolue. Il va donc se représenter le dimanche 25 juin, lors d’une seconde élection. En attendant, c’est le président de la Cour des comptes, Ioannis Sarmas, qui assure l’intérim. La loi prévoit que pour l’élection suivante, la prime au premier sera activée : jusqu’à 50 sièges en bonus (dans un parlement de 300 sièges). À ses yeux, c’est la garantie d’atteindre non pas seulement 51% des députés, mais 60%… ce qui lui permettrait de modifier la Constitution, projet qu’il caresse depuis longtemps ! Encore un projet autoritaire. Un de plus !

Seule une alliance Syriza-Pasok pourrait contrer la réélection de Mitsotakis le 25 juin. Mais plus personne ne veut s’associer à Tsipras et le nouveau chef du Pasok, Nikos Androulakis, espère percer progressivement jusqu’au pouvoir, en commençant par passer devant Syriza. Bref, de la cuisine politicienne dégoûtante, comme souvent. Un journal d’extrême-gauche présente ce casting comme celui d’un western, avec en titre sur l’affiche : « Le salopard, le traitre et l’ambitieux. »

Pendant ce temps, sur le terrain, des milliers de militants et de militantes mènent d’innombrables luttes concrètes, proposent l’exemple d’une autre façon de vivre ensemble, dans l’entraide, la concertation, l’intelligence collective, la création et la résistance, le respect de nos différences, la liberté de choisir sa voie, l’envie de changer profondément la société et non pas simplement la vitrine d’un système politique complètement à bout de souffle.

Non, je vous assure : Mitsotakis n’est pas apprécié en Grèce. Ce n’est pas vrai. Il est ridicule. Il est la risée des conversations, des caricatures, des détournements de photos… Et tout le monde sait surtout qu’il est pourri jusqu’à la moelle : on ne compte plus les affaires de corruption, d’écoutes téléphoniques illégales, d’entraves à la liberté d’expression, de violences policières, sans oublier le terrible accident de train lié à la privatisation sauvage des services publics sous sa responsabilité, qui a causé 57 morts il y a quelques semaines.

Mitsotakis est encore là parce que beaucoup ne veulent plus jouer à la roue de l’infortune : jeu pernicieux proposant des alternatives qui n’en sont pas — ou pas suffisamment. La plupart des médias de masse qui fabriquent l’opinion appartiennent aux milliardaires qui nous exploitent (les armateurs en Grèce), par conséquent les règles du jeu électoral sont viciées. Les dés de la pseudo démocratie sont pipés. Dans le berceau historique du concept de démocratie (bien que réduite à une élite citoyenne masculine à l’origine), énormément de Grecs répètent en avoir « marre de [ce que beaucoup appellent] la démocratie anglaise » (démocratie représentative).

Il devient urgent de prendre nos vies en mains, de passer à la démocratie directe ou mieux encore : le fruit de la conscience politique n’est peut-être pas encore mûr, mais l’urgence est là, criante, dans tous les domaines. Et nous œuvrons ensemble, de toutes nos forces, dans ce sens. Pour montrer que cette voie utopique est non seulement possible et désirable, mais aussi indispensable.

4- Suite du convoi solidaire dans les lieux autogérés en Grèce :

MERCI, MILLE FOIS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

Beaucoup de camarades et compagnons de voyage ont été retardés par leur engagement dans les luttes en France et, encore plus, par une avalanche de soucis de santé. Malgré tout, les fourgons solidaires arrivent tant bien que mal, au fil des semaines, dans différentes régions de Grèce ! Une par une ou deux par deux, les arrivées se succèdent. Non seulement nous avons réussi à livrer la plus grande partie de ce que nous avons collecté en France (et un peu en Suisse et en Belgique), mais nous avons aussi effectué à plusieurs reprises des livraisons d’huile d’olive et de fruits et légumes de Crète, achetés à des paysans compagnons de luttes, grâce à vous !

Nous avons également transmis des soutiens financiers aux assemblées des lieux et collectifs (quand nous le pouvions) et nous sommes aussi allés faire des courses dans plusieurs villes accompagnés des mandatés de lieux ou collectifs dans le besoin, en utilisant nos fourgons pour transporter les achats nécessaires, parfois volumineux, ou encore pour aider à effectuer des déménagements, sans oublier le ramassage de mobilier donné à l’autre bout d’une même ville, mais qu’il nous restait à acheminer.

Parmi les nouveaux lieux aidés, nous avons apporté un soutien financier au squat Botanikos Gypos (« Jardin Botanique ») à Petroupoli, au nord d’Athènes. Ce lieu autogéré formidable a subi une attaque fasciste il y a un mois : tags nazis sur les murs extérieurs, cris et menaces dans le hall d’entrée…). Le squat Botanikos Gypos vous sera présenté, parmi d’autres, dans le prochain film documentaire, y compris les serres autogérées attenantes au bâtiment principal qui participent à ce projet original et prometteur.

Nous avons aussi participé à des tables rondes, des concerts, des animations, des chantiers solidaires, des rencontres-débats sur divers sujets, notamment avec Rouvikonas au K*VOX (photos), au Notara, mais aussi ailleurs sur le continent et en Crète, dans l’ouest et le sud de l’île. Et ce n’est pas fini !

Si jamais vous avez prévu d’aller en Grèce durant l’été (par la route et par ferry), contactez-nous : car nous avons encore quelques cartons en attente dans plusieurs régions de France (pas beaucoup et ce sont les moins urgents, mais ce serait bien qu’ils puissent profiter de votre voyage. Sinon, ne vous inquiétez pas, on se débrouillera autrement durant l’automne (surtout ne faites pas le voyage exprès pour ça).

Si vous voulez donner un coup de pouce financier, vous savez comment le faire. C’est toujours pareil : virement, paypal ou chèque.

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS
IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
Objet : « Action Solidarité Grèce »

2- Pour participer via PAYPAL, suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=LMQPCV4FHXUGY

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS
Adresse postale : ANEPOS – Action Solidarité Grèce – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

Contact, suggestions, propositions : solidarite chez anepos.net
Tél. France 06 24 06 67 98 / Tél. Grèce (0030) 694 593 90 80

Et surtout n’hésitez pas à nous faire savoir à quoi ou à qui vous souhaitez que votre soutien soit transmis (frais de Justice de militant-es poursuivi-es, cuisines solidaires, aide aux exilé-es…). On a l’habitude

5- Quatrième film documentaire en préparation :

NOUS N’AVONS PAS PEUR DES RUINES SORTIRA DURANT L’HIVER

Tout d’abord, on vous le répète : inutile de nous demander l’autorisation pour diffuser nos films, en particulier pour financer les caisses de grèves ou des frais de Justice. Tous nos films sont à votre entière disposition, en Creative Commons, à votre service pour faire réfléchir le public et soutenir les luttes en France aussi. Plusieurs dizaines de projections de nos trois films ont eu lieu depuis février. Servez-vous ! Ne nous demandez pas notre accord ! Nous sommes nos propres pirates !

Après Ne vivons plus comme des esclaves, Je lutte donc je suis et L’Amour et la Révolution, le quatrième opus sortira l’hiver prochain : Nous n’avons pas peur des ruines témoignera de la période de juillet 2019 à aujourd’hui. Le tournage a repris ces derniers mois, mais se termine actuellement. Le montage reprend également, une dernière fois. On avance bien, en bonne compagnie ! Et, comme vous le découvrirez, avec de belles surprises et de superbes musiques, donc plusieurs écrites pour le film.

En attendant, bonnes luttes ! Tenez bon !

De tout cœur avec vous depuis la Grèce, avec nos camarades et compagnons grecs, migrants et convoyeurs !

Vive la Sociale !

Yannis Youlountas po/ les membres de l’action

PS : pour voir les photos et plus d’infos sur le blog :
http://blogyy.net/2023/05/28/infos-grece-prison-pour-rouvikonas-et-autres-nouvelles/

Présentation vidéo de Rouvikonas :

2- Révélations du New York Times (vidéo) qui confirment ce que nous disions :

L’ÉTAT GREC ASSASSIN EXPULSE DES ADULTES ET DES ENFANTS MIGRANTS
SUR DES EMBARCATIONS PRÉCAIRES !

Autre événement à la veille des élections grecques : le New York Times a choisi ce moment pour diffuser une preuve formelle des renvois d’exilés par la police grecque sur des embarcations précaires. Une pratique à la fois illégale et dangereuse. Une atteinte à la vie des personnes : adultes et enfants.

Voici la vidéo :
https://www.nytimes.com/2023/05/19/world/europe/greece-migrants-abandoned.html

Visible également ici :

Malheureusement, selon plusieurs observateurs, cette vidéo n’aurait pas affaibli la candidature de Mitsotakis à sa réélection, bien au contraire. En effet, il semble qu’elle lui ait permis de racoller dans les rangs de l’extrême-droite. Des anciens leaders d’Aube Dorée souhaitaient qu’aucune voix n’aille à Mitsotakis (suite à leur impossibilité de se présenter aux élections). Mais l’image de migrants renvoyés brutalement a probablement séduit les anciens électeurs d’Aube dorée, aux dires de plusieurs journalistes, amplifiant ainsi le score du premier ministre sortant. La construction de l’immense mur à la frontière de la Turquie a également pesé en faveur d’un puissant report des voix de l’extrême-droite sur Mitsotakis.

Au fil des années, la condition des migrants et des réfugiés ne cesse de se détériorer en Grèce, à la porte de l’Europe. Nos lieux autogérés sont sans cesse harcelés, menacés ou expulsés. Mais on ne baisse pas les bras et les squats et collectifs d’accueil continuent de résister avec beaucoup de courage et de persévérance, parfois en modifiant un peu leur projet initial, par exemple en jumelant l’accueil des exilés et l’accueil logistique des réunions de collectifs de luttes (c’est par exemple ce que fait actuellement le Notara 26, à Exarcheia). Cela permet d’affirmer encore plus la dimension politique de nos squats de réfugiés/migrants en tant que membres à part entière du mouvement social, mais aussi cela encourage les organisations et groupes amis à veiller un peu plus sur les squats menacés d’expulsion : les soutenir et les protéger autant que possible.

Dernière minute :
Une embarcation de migrants a chaviré avant-hier au large de Mykonos. 17 personnes essayaient de rejoindre l’Italie depuis la Turquie : 11 hommes, 5 femmes et une fillette de 7 ans. Deux hommes ont été sauvés in extremis, alors qu’ils nageait désespérément (un Syrien et un Palestinien). Trois corps ont été retrouvés : un homme et deux femmes. Tous les autres sont portés disparus, y compris la fillette de 7 ans. Les recherches se poursuivent aujourd’hui, en mer et le long des côtes de l’île touristique.

3- Élections législatives dimanche dernier :

ABSTENTION RECORD EN GRÈCE, REFUS MASSIF DU SYSTÈME POLITIQUE,
LA JEUNESSE ABSENTE DES URNES, TSIPRAS DÉFINITIVEMENT GRILLÉ

Le parti unique de la droite a atteint les 40%. La gauche a fait un peu plus au total, mais elle a perdu car elle est divisée et très conflictuelle. L’extrême-droite n’est représentée dans le parlement que par le parti identitaire, clérical et complotiste « Solution grecque » (4,5%, 16 députés sur 300). Certes, on est loin du score de Le Pen et Zemmour en France, mais l’extrême-droite grecque est aussi une composante du parti de Mitsotakis jusqu’à son gouvernement : plusieurs de ses ministres sont des transfuges de l’ancien parti d’extrême-droite LAOS. Bref, les idées nationalistes et fascistes sont loin d’avoir disparues en Grèce. Elles sont encore en action un peu partout dans la société, au grand dam de toutes les personnes victimes et discriminées.

Concernant la remontée du PASOK, étonnante vu d’ailleurs en Europe, il faut comprendre que ce parti est l’un des seuls à avoir changé de porte-parole et candidat principal pour le poste de premier ministre. Cette petite remontée du score du PASOK, de 6% à 11% est donc une prime à la nouveauté, alors même que la lassitude est forte à l’égard des autres leaders politiques plus connus qui ont, pour beaucoup, trempés dans d’innombrables affaires.

En légère hausse, le parti communiste KKE (de 5 à 7%) a un peu profité de la chute de Syriza . Mais pas Zoé Konstantopoulou ni Yanis Varoufakis qui ont loupé de peu leur entrée au parlement, en se présentant l’un et l’autre : il fallait 3% des suffrages exprimés et ils n’ont atteint que 2,8% et 2,6%.

Sur quelle île la droite a-t-elle obtenu le score le plus bas ? Cette fois, ce n’est pas en Crète, mais sur l’île d’Icare (Ikaria). Comme le montre la carte ci-dessus, la droite n’a atteint que 19%, derrière le parti communiste (35%) et Syriza (22%).

En Crète, dans le département d’Héraklion, la droite a réuni 35% des suffrages exprimés (c’est la première fois qu’elle dépasse les 30%), l’extrême-droite stagne à 2% (le parti "Solution grecque") et la gauche plafonne à 60% : Syriza 23% (très forte baisse), Pasok 22%, KKE 5%, Mera25 3% (Varoufakis), Plesio Elefterias 2% (Zoé Konstantopoulou), autres partis de gauche 5%.

Quel est le premier parti de Grèce actuellement ? L’abstention ! Près de 40% de Grecs ont refusé de voter (alors que le vote est censé être obligatoire) et 3% de ceux qui se sont déplacés ont glissé des bulletins blancs ou nuls : par exemple, la photo d’une chèvre dans plusieurs petits villages de Crète (île sur laquelle l’abstention a été plus forte qu’à l’habitude, ce qui a fait très mal à Syriza).

À Kastoria, près de la frontière nord de la Grèce, un mouton a été introduit dans un bureau de vote, scène immortalisée par une photo (ci-dessous) qui a fait le buzz jusqu’à la soirée électorale.

Et maintenant, que va-t-il se passer ? En fait, Mitsotakis ne veut pas d’une majorité relative. Il veut la majorité absolue. Il va donc se représenter le dimanche 25 juin, lors d’une seconde élection. En attendant, c’est le président de la Cour des comptes, Ioannis Sarmas, qui assure l’intérim. La loi prévoit que pour l’élection suivante, la prime au premier sera activée : jusqu’à 50 sièges en bonus (dans un parlement de 300 sièges). À ses yeux, c’est la garantie d’atteindre non pas seulement 51% des députés, mais 60%… ce qui lui permettrait de modifier la Constitution, projet qu’il caresse depuis longtemps ! Encore un projet autoritaire. Un de plus !

Seule une alliance Syriza-Pasok pourrait contrer la réélection de Mitsotakis le 25 juin. Mais plus personne ne veut s’associer à Tsipras et le nouveau chef du Pasok, Nikos Androulakis, espère percer progressivement jusqu’au pouvoir, en commençant par passer devant Syriza. Bref, de la cuisine politicienne dégoûtante, comme souvent. Un journal d’extrême-gauche présente ce casting comme celui d’un western, avec en titre sur l’affiche : « Le salopard, le traitre et l’ambitieux. »

Pendant ce temps, sur le terrain, des milliers de militants et de militantes mènent d’innombrables luttes concrètes, proposent l’exemple d’une autre façon de vivre ensemble, dans l’entraide, la concertation, l’intelligence collective, la création et la résistance, le respect de nos différences, la liberté de choisir sa voie, l’envie de changer profondément la société et non pas simplement la vitrine d’un système politique complètement à bout de souffle.

Non, je vous assure : Mitsotakis n’est pas apprécié en Grèce. Ce n’est pas vrai. Il est ridicule. Il est la risée des conversations, des caricatures, des détournements de photos… Et tout le monde sait surtout qu’il est pourri jusqu’à la moelle : on ne compte plus les affaires de corruption, d’écoutes téléphoniques illégales, d’entraves à la liberté d’expression, de violences policières, sans oublier le terrible accident de train lié à la privatisation sauvage des services publics sous sa responsabilité, qui a causé 57 morts il y a quelques semaines.

Mitsotakis est encore là parce que beaucoup ne veulent plus jouer à la roue de l’infortune : jeu pernicieux proposant des alternatives qui n’en sont pas — ou pas suffisamment. La plupart des médias de masse qui fabriquent l’opinion appartiennent aux milliardaires qui nous exploitent (les armateurs en Grèce), par conséquent les règles du jeu électoral sont viciées. Les dés de la pseudo démocratie sont pipés. Dans le berceau historique du concept de démocratie (bien que réduite à une élite citoyenne masculine à l’origine), énormément de Grecs répètent en avoir « marre de [ce que beaucoup appellent] la démocratie anglaise » (démocratie représentative).

Il devient urgent de prendre nos vies en mains, de passer à la démocratie directe ou mieux encore : le fruit de la conscience politique n’est peut-être pas encore mûr, mais l’urgence est là, criante, dans tous les domaines. Et nous œuvrons ensemble, de toutes nos forces, dans ce sens. Pour montrer que cette voie utopique est non seulement possible et désirable, mais aussi indispensable.

4- Suite du convoi solidaire dans les lieux autogérés en Grèce :

MERCI, MILLE FOIS MERCI POUR VOTRE SOUTIEN !

Beaucoup de camarades et compagnons de voyage ont été retardés par leur engagement dans les luttes en France et, encore plus, par une avalanche de soucis de santé. Malgré tout, les fourgons solidaires arrivent tant bien que mal, au fil des semaines, dans différentes régions de Grèce ! Une par une ou deux par deux, les arrivées se succèdent. Non seulement nous avons réussi à livrer la plus grande partie de ce que nous avons collecté en France (et un peu en Suisse et en Belgique), mais nous avons aussi effectué à plusieurs reprises des livraisons d’huile d’olive et de fruits et légumes de Crète, achetés à des paysans compagnons de luttes, grâce à vous !

Nous avons également transmis des soutiens financiers aux assemblées des lieux et collectifs (quand nous le pouvions) et nous sommes aussi allés faire des courses dans plusieurs villes accompagnés des mandatés de lieux ou collectifs dans le besoin, en utilisant nos fourgons pour transporter les achats nécessaires, parfois volumineux, ou encore pour aider à effectuer des déménagements, sans oublier le ramassage de mobilier donné à l’autre bout d’une même ville, mais qu’il nous restait à acheminer.

Parmi les nouveaux lieux aidés, nous avons apporté un soutien financier au squat Botanikos Gypos (« Jardin Botanique ») à Petroupoli, au nord d’Athènes. Ce lieu autogéré formidable a subi une attaque fasciste il y a un mois : tags nazis sur les murs extérieurs, cris et menaces dans le hall d’entrée…). Le squat Botanikos Gypos vous sera présenté, parmi d’autres, dans le prochain film documentaire, y compris les serres autogérées attenantes au bâtiment principal qui participent à ce projet original et prometteur.

Nous avons aussi participé à des tables rondes, des concerts, des animations, des chantiers solidaires, des rencontres-débats sur divers sujets, notamment avec Rouvikonas au K*VOX (photos), au Notara, mais aussi ailleurs sur le continent et en Crète, dans l’ouest et le sud de l’île. Et ce n’est pas fini !

Si jamais vous avez prévu d’aller en Grèce durant l’été (par la route et par ferry), contactez-nous : car nous avons encore quelques cartons en attente dans plusieurs régions de France (pas beaucoup et ce sont les moins urgents, mais ce serait bien qu’ils puissent profiter de votre voyage. Sinon, ne vous inquiétez pas, on se débrouillera autrement durant l’automne (surtout ne faites pas le voyage exprès pour ça).

Si vous voulez donner un coup de pouce financier, vous savez comment le faire. C’est toujours pareil : virement, paypal ou chèque.

1- Pour effectuer un virement à ANEPOS
IBAN : FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730
BIC : PSSTFRPPTOU
Objet : « Action Solidarité Grèce »

2- Pour participer via PAYPAL, suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate/?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=LMQPCV4FHXUGY

3- Pour envoyer un chèque à l’ordre de ANEPOS
Adresse postale : ANEPOS – Action Solidarité Grèce – 6 allée Hernando – 13500 Martigues

Contact, suggestions, propositions : solidarite chez anepos.net
Tél. France 06 24 06 67 98 / Tél. Grèce (0030) 694 593 90 80

Et surtout n’hésitez pas à nous faire savoir à quoi ou à qui vous souhaitez que votre soutien soit transmis (frais de Justice de militant-es poursuivi-es, cuisines solidaires, aide aux exilé-es…). On a l’habitude

5- Quatrième film documentaire en préparation :

NOUS N’AVONS PAS PEUR DES RUINES SORTIRA DURANT L’HIVER

Tout d’abord, on vous le répète : inutile de nous demander l’autorisation pour diffuser nos films, en particulier pour financer les caisses de grèves ou des frais de Justice. Tous nos films sont à votre entière disposition, en Creative Commons, à votre service pour faire réfléchir le public et soutenir les luttes en France aussi. Plusieurs dizaines de projections de nos trois films ont eu lieu depuis février. Servez-vous ! Ne nous demandez pas notre accord ! Nous sommes nos propres pirates !

Après Ne vivons plus comme des esclaves, Je lutte donc je suis et L’Amour et la Révolution, le quatrième opus sortira l’hiver prochain : Nous n’avons pas peur des ruines témoignera de la période de juillet 2019 à aujourd’hui. Le tournage a repris ces derniers mois, mais se termine actuellement. Le montage reprend également, une dernière fois. On avance bien, en bonne compagnie ! Et, comme vous le découvrirez, avec de belles surprises et de superbes musiques, donc plusieurs écrites pour le film.

En attendant, bonnes luttes ! Tenez bon !

De tout cœur avec vous depuis la Grèce, avec nos camarades et compagnons grecs, migrants et convoyeurs !

Vive la Sociale !

Yannis Youlountas po/ les membres de l’action

PS : pour voir les photos et plus d’infos sur le blog :
http://blogyy.net/2023/05/28/infos-grece-prison-pour-rouvikonas-et-autres-nouvelles/

-->
Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Thèmes liés à l'article

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 625

Justice c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 210

Migrant•es c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 50