Une tribune pour les luttes

Contre le génocide à Gaza, le nettoyage ethnique en Cisjordanie, la complicité en Occident

Article mis en ligne le vendredi 17 novembre 2023

Manifestons partout en France le 18 /11

A Gaza, Plus de 11 000 civil.es ont été massacré.es ou sont condamné.es par manque de soins, dont de très nombreux enfants ; les images sont d’une atrocité insoutenable, alors qu’elles sont encore en dessous de la réalité, vu le blocus et la domination coloniale de l’Etat israélien à tous les niveaux (militaire, médiatique, des communications, de l’énergie et de l’eau potable…).

Au point que les directeur du bureau de New York du haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU à démissionné, en dénonçant l’impuissantement de l’ONU devant ce qu’il analyse comme un véritable génocide et en rappelant dix exigences très claires pour faire appliquer enfin le droit international.

En Cisjordanie, l’armée et les colons profitent de l’horrifique actualité de Gaza pour donner libre cours à leurs pratiques coloniales : tuer les palestinien.nes (plus de 200 morts, notamment dans le camp de Jénine) ; leur intimer de quitter Jérusalem Est ou leur terre (de nombreux bédouins), les emprisonner massivement (plus de 2200 depuis le 7/10, dont les Tamimi de Nabi Saleh, qui incarnent la fierté palestinienne face à l’occupant) ou les harceler (comme les dirigeants des partis arabes d’Israël).

Netanyahou et son gouvernement fascisant prétendent exploiter au maximum les horribles tueries du Hamas pour mener à bien leur projet suprémaciste et raciste de négation du peuple palestinien. Ce qui est une folie précipitant Israéliens comme Palestiniens dans une spirale de haine meurtrière dont il va être difficile de sortir.

D’autant plus que les pousse-au-crime irresponsables, Biden, Von der Leyen, Macron n’ont pas mesuré le changement de période brutal enclenché par la réactivation de ce conflit qui dure depuis 75 ans, ni les désastres à prévoir pour les peuples du Moyen-Orient, mais aussi pour ceux des pays dont les gouvernant.es et les médias auront contribué à mettre de l’huile sur le feux et à aggraver les tensions racistes.

Contrer l’exacerbation de tous les racismes liée à cette guerre

Le combat à mener sans relâche contre l’antisémitisme et l’islamophobie, horreurs collatérales de cette guerre, est fragilisé dans notre pays par la politique du pouvoir et des pratiques qui ne font en fait que les aggraver et doivent être abandonnées.

  • ne pas l’assimiler à la défense inconditionnelle de l’Etat d’Israël, de sa politique d’apartheid et de nettoyage ethnique et à présent de génocide. Et surtout cesser de vouloir faire taxer l’antisionisme d’antisémitisme, comme veulent faire les sénateurs en criminalisant l’antisionisme et toute critique d’Israël.
  • ne pas céder de terrain au RN qui s’est construit sur l’antisémitisme et qui, comme Reconquête de Zemmour s’alimente de tous les racismes et toutes les xénophobies à commencer par l’islamophobie et qui considère l’État d’Israël comme le point avancé des valeurs occidentales dans le choc des civilisations, contre l’islam. Et donc ne pas manifester contre l’antisémitisme coude à coude avec eux et cesser de leur faire des concessions, ainsi qu’à la droite, pour faire passer la loi immigration qui va aggraver les tensions et les exclusions.
  • ne pas isoler la lutte contre l’antisémitisme du combat contre les autres racismes qui s’alimentent les uns les autres, en particuliers celui contre les musulman.nes ou supposé.es tel.les, également exacerbé du fait du conflit au Moyen Orient. Le parallèle entre un antiracisme d’Etat vis-à-vis des juifs -ves et un racisme d’Etat vis-à-vis des musulman.es est bien sûr choquant. Mais il n’est surtout pas fait pour calmer les tensions entre communautés.
  • choisir le débat et la rigueur des sciences humaines plutôt que les mensonges, la récriture de l’histoire et des références historiques déplacées. Il en est ainsi de prétendre que « Free Palestine » est un slogan antisémite comme l’a osé le député Caroline Yadan ou de déclarer comme un responsable du RN que les juifs courent plus de risques dans le 93 que dans un cortège RN ; ou de tomber dans le piège tendu par Poutine avec les graffitis d’étoiles de David à la couleur du drapeau Israélien ; ou encore d’exploiter les graffitis antisémites de Levallois Perret (perpétrés en fait par une personne juive pour un différend commercial) pour renvoyer à la séquence de l’occupation en France, et au nazisme comme l’a fait le député sioniste Meyer Habib.

Contre la guerre et le racisme, justice et égalité des droits !

Le syndicalisme à une responsabilité particulière pour mener le débat, rappeler le contexte historique et contribuer à impulser avec les mouvements pro-palestiniens, les mobilisations pour le cesser le feu immédiat, l’arrêt du blocus de Gaza et le respect des résolutions internationales. Responsabilité syndicales accrues du fait du délitement de la Nupes et des forces de gauche, particulièrement sur ces sujets du soutien au peuple palestinien et de l’Antisémitisme.

Les responsables syndicaux craignent de perdre des syndiqué.es, avec le soutien à la Palestine si celui-ci est trop marqué… ou trop mesuré. Mais ce risque est limité si les syndicats se réfèrent à leurs principes fondateurs édictés en préambule en tête de leurs statuts, qui pour la plupart tournent autour de « la coopération et la solidarité syndicales internationales, la lutte pour les libertés et l’égalité des droits, pour les Droits de l’Homme, la paix et le désarmement, contre le racisme et les exclusions ».

Ces principes doivent pousser à contacter l’ensemble des syndicats de travailleurs -ses palestinien.nes, qu’ils soient indépendants ou plus ou moins supposés être des relais de l’autorité palestinienne, du FPLP voire du Hamas (à l’exception de ceux qui sont rattachés à l’Histadrout, bras armé du sionisme dans le monde du travail).

Ce sont également ces principes fondateurs, mais aussi la nécessité de mobiliser plus les militant.es, les adhérent.es, les personnels que ce qu’on a pu voir jusque là dans les manifs, qui doivent pousser :

  • en premier lieu organiser des manifs les plus unitaires possibles et mobiliser vraiment pour en assurer le succès, en commençant par relayer les appels à tous niveaux des syndicats.
  • à rappeler sans cesse les autres moyens, en plus des manifs, pour contribuer à stopper le carnage et à avancer une résolution politique du conflit : la campagne BDS reconnue légale par la cour de cassation française après l’Europe, l’organisation de réunions de débat et d’information…
  • à répercuter auprès des structures du syndicat et des personnels les appels de la société civile et des syndicats de Palestine. Avec en premier lieu l’appel « arrêtons d’armer Israël » de 30 syndicats qui sont très représentatifs de la diversité des orientations et des secteurs du syndicalisme palestinien, à Gaza, en Cisjordanie et dans la diaspora. Cet appel a été relayé en France dès sa sortie par Emancipation tendance intersyndicale, qui a amélioré sa traduction, qui l’a accompagné d’un texte de soutien et qui a contribué à un appel de syndicalistes français à destination de leurs syndicats pour soutenir l’appel palestinien dans la rue, dans les entreprises à commencer par les plus concernées, dans les ports et les aéroports. Emancipation a co-organisé la manifestation du 15 novembre devant le salon de l’armement Milipol et a tenu un point fixe lors de la manifestation parisienne pour le cesser le feu immédiat à Gaza du 11 novembre et en tiendra un nouveau lors de celle du 18 novembre (à la hauteur du 20 Bd. des Filles du Calvaire), afin de faire connaître largement cet appel et de proposer des actions concrètes pour le mettre en oeuvre.

Émancipation propose à toutes les structures syndicales, associatives désireuses d’agir très concrètement pour l’arrêt des massacres et de renforcer la solidarité avec les syndicats et le peuple Palestinien, de porter et de décider ensemble cette popularisation et ces actions (contacter tendance.emancipation chez gmail.com)

Émancipation, le 16 novembre 2023

Contact : tendance.emancipation chez gmail.com
Site : https://www.emancipation.fr

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Soutenir Mille Bâbords

Pour garder son indépendance, Mille Bâbords ne demande pas de subventions. Pour équilibrer le budget, la solution pérenne serait d’augmenter le nombre d’adhésions ou de dons réguliers.
Contactez-nous !

Communiqués c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 4735

Emancipation c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 635

Palestine c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 140

Syndicalisme c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 240