Une tribune pour les luttes

Nouvelles acquisitions

Le Bulletin de la Médiathèque de Mille Bâbords n°13

Janvier 2013 : Spécial Jeunesse

contact-biblio chez millebabords.org

Permanences : le lundi de 14 à 17 h / le jeudi de 15 à 19 h

Abonnement 8 euros (ou plus par soutien). Gratuit pour les adhérents à Mille Bâbords.

I. Une nouvelle section Jeunesse

II. Les précédents bulletins

III. Principe de fonctionnement de la médiathèque

pour voir le catalogue en ligne


Nous avons reçu...

La médiathèque de Mille Bâbords inaugure une nouvelle section consacrée à la littérature jeunesse, comprenant plus d’une centaine d’ouvrages, dans des thématiques qui font les centres d’intérêts des adhérents et des sympathisants de Mille bâbords : histoire sociale, anti-sexisme, luttes pour l’égalité, écologie...

Voici une sélection d’ouvrages récemment entrés dans le catalogue (classement par année de parution).

  • Lyuba ou la tête dans les étoiles. Les Roms, de la Roumanie à l’Île de France / Valentine Goby. Illustrations de Ronan Badel, Autrement Jeunesse, 2012.

Ce docu-fiction relate l’histoire de Lyuba et de sa famille, originaires de Roumanie, qui se sont installés en Seine-Saint-Denis dans des abris de fortune. La violence du quotidien des Roms en France est certes édulcorée dans ce livre, mais l’ouvrage permet de saisir, à hauteur d’enfant, le quotidien de la vie dans les bidonvilles, la débrouille des parents, les expulsions, le regard des Gadjés... Lyuba croise le chemin de Jocelyne, une infirmière qui lui fait partager sa passion pour l’astronomie. Un dossier documentaire conclut l’ouvrage (l’histoire des Gitans, Roms et Manouches - l’anti-tsiganisme européen - la vie des Roms de Roumanie - Roms migrants en bidonvilles - Organisation sociale et cultures Roms, Chronologie...)

  • Branle-bas de combat chez les coccinelles / Éric Bétend - Illustrations de Géraud Bournet, Lutopiquant, 2012. Exemplaire dédicacé.

Quel est cet étrange reflet lumineux au sol ? Dans la forêt, les coccinelles descendent prudemment de leur arbre et découvrent une Chose inconnue qui vibre et émet de temps à autres une musique. Bientôt les rires et l’insouciance sont remplacés par la suspicion. La communauté des coccinelles se divise.

  • La diablesse et son enfant / Marie Ndiaye - Illustrations de Nadja, École des Loisirs (Collection Mouche), 2012.

La diablesse va de maison en maison, réclamant son enfant, qu’elle a perdu. Mais dès qu’on s’aperçoit qu’au lieu de pieds, la diablesse a des sabots, comme ceux d’une chèvre, les portes se referment, on éteint la lumière et on tremble dans le noir. La diablesse se souvient que, du temps où son enfant était présent, elle n’avait pas des sabots, mais des pieds. Elle vivait aussi dans une maison qui a disparu, et elle s’est réfugiée dans la forêt. Finalement, la diablesse décide de prendre pour enfant le premier qu’elle rencontrera. C’est une petite fille aux pieds difformes, chassée par les villageois persuadés que les « petits pieds mal formés vont tourner en sabots ». La petite fille accepte la diablesse comme mère et, soudain, les sabots de cette dernière redeviennent des pieds, tandis que sa maison réapparaît.

  • Le temps des usines. Supplément au Canard n°8 de l’École de L’estaque-Gare / Élèves de CM2 de l’Estaque-Gare, 2011.

Pendant plusieurs mois, deux jours par semaines, les élèves de CM2 de l’Estaque-Gare ont travaillé à récolter et analyser des témoignages sur l’histoire de leur quartier, lorsque les usines étaient en activité. Ils ont notamment pu retracer l’histoire de la vie des ouvriers dans les usines chimiques et métallurgiques, l’histoire des cités ouvrières et des luttes, comme les grandes grèves de 1947.

  • Rester vivante / Catherine Leblanc, Actes sud junior, 2010

À seize ans, Josepha se sent « une erreur ambulante » et voudrait se terrer dans sa chambre indéfiniment. Le monde extérieur, comme sa famille, l’angoisse profondément. Mais, au cours d’une soirée, elle fait une rencontre aussi belle qu’imprévisible, qui lui laisse entrevoir le « permis de vivre », libre.

  • Marre du rose / Nathalie Hense. Illustrations d’Ilya Green, Albin Michel Jeunesse, 2008.

"D’habitude, les filles, elles aiment le rose ; seulement moi, le rose, ça me sort par les yeux ! Et c’est pareil pour les princesses, les rubans et aussi les poupées... Mais quand en plus c’est rose, là, ça me sort par les trous de nez !" Cet album relate l’histoire d’une petite fille qui refuse d’être enfermée dans des goûts qui ne sont pas les siens. L’auteur raconte comment lui est venue l’idée du livre. "Ma fille m’a dit un soir : ‘’Moi, je n’aime pas le rose et les poupées. Est-ce que je suis une fille quand même ?’’J’ai alors réalisé l’emprise et la permanence des stéréotypes sur les enfants, filles ou garçons. Leur rémanence est partout : dans les vêtements, la décoration des chambres, le choix des jouets, celui des livres, dans l’éducation et nos comportements. J’espère que cet album saura proposer aux enfants une alternative aux stéréotypes qui veulent que les garçons ne pleurent pas et que les filles soient douces."

  • Les éperons de la liberté / Pam Munoz Ryan, Actes sud junior, 2006

Au milieu du XIXe siècle, l’avenir d’une orpheline américaine semble tout tracé : elle sera domestique. À douze ans, Charlotte n’a qu’une passion : les chevaux. Déguisée en garçon, elle s’enfuit de l’orphelinat et devient Charlie, un conducteur de diligence réputé pour son habileté et sa bravoure.

  • Le singe de Buffon / Laure Bazire. Illustrations de Flore Talamon, Nathan poche histoire, 2005

1750. Pierre, jeune paysan bourguignon, récupère un singe dans la forêt. C’est celui de Buffon, administrateur du Jardin des Plantes, qui place la physiologie humaine au coeur du règne animal, heurtant ainsi les croyances défendues à cette époque par l’Église. Buffon engage Pierre pour s’occuper du singe mais malgré des soins attentifs, l’animal succombe au climat rigoureux. Pierre est alors chargé par Buffon d’amener à Paris le squelette du singe pour une présentation devant Mme de Pompadour. En route, un opposant aux théories de Buffon lui vole le squelette.

  • Le droit d’aimer. Combattre l’homophobie / Julien Picquart, Syros, SOS homophobie, 2005

Quand Simon remarque Achille pour la première fois, il est immédiatement attiré par ce garçon et a envie de le connaître. Achille a du charisme, de la repartie, et ose même tenir tête à Manu, lorsqu’en cours de sport celui-ci lance fièrement : " On va les battre, ces pédés ! " Simon, mal à l’aise, se demande ce qui lui arrive. Ce récit est suivi d’un dossier comprenant deux témoignages d’une lesbienne et d’un gai aillant été confrontés à des agressions. Ensuite, l’ouvrage aborde diverses questions : Qu’est-ce que l’homophobie ? Pourquoi et comment se manifeste-t-elle ? Quelles en sont les causes ? Un homosexuel peut-il être lui-même homophobe ? Quels sont les préjugés et les stéréotypes véhiculés par la société, les religions... L’ouvrage comporte également une interview de Louis-Georges Tin sur l’homophobie dans le monde, ainsi qu’une bibliographie.

  • L’indien de la Tour Eiffel / Fred Bernard, Seuil Jeunesse, 2004

Cet album décrit la rencontre entre Billy Powona, un indien venu travailler à la construction de la tour Eiffel et La Garenne, une chanteuse d’un cabaret de Montmartre. Ils s’aiment, rêvent d’un nouveau monde, d’une nouvelle vie, au milieu des poutrelles métalliques. Mais l’odieux Mr Nic est prêt à tout pour leur nuire...

  • Petites choses, pour ceux qui osent / Elisabeth Brami, Philippe Bertrand, Seuil Jeunesse, Editions du Seuil, 2004

"Faire semblant d’avoir peur la nuit pour aller dans le lit des parents. Courant. - Dire oui quand on pense oui. Dire non quand on pense non. Ça a du bon. - Rester longtemps dans une cachette pour que tout le monde s’inquiète. Très bête. - Aimer quelqu’un et le lui dire. Sans rougir." Pour rire des tabous et des interdits.

  • Dans les jardins de mon père / Robert Bigot, Actes sud junior (Coll. Les couleurs de l’histoire), 2000

Jean, né en 1920, est un adolescent enthousiasmé par les débuts du Front populaire et les surréalistes. Il vit avec Marie, sa mère, qui tient les rênes de l’imprimerie familiale. Jean ne sait que très peu de choses sur son père, avant qu’il ne découvre dans des lettres la possible raison de son absence.

  • La balade des Lackawana / Chester Aaron. Éditions Castor Poche, 1999

1931, aux États-Unis. Le point culminant de la grande crise économique. Willy, quinze ans, se retrouve à la rue, comme beaucoup d’autres enfants abandonnés par leurs familles qui ne peuvent plus les nourrir. Avec Carl, Norman, Slezak, un habitué de la rue, Deirdre et son jeune frère Herbie, Willy va former une famille. Ils se surnomment les Lackawanna. Quand Herbie disparaît, les Lackawanna partent à sa recherche en s’embarquant clandestinement dans des trains de marchandises.

  • Dis non ! / Bernadette Costa-Prades, Syros jeunesse, 1999

Onze raisons de dire non en images et en mots, quand on est gêné, troublé, maltraité, trahi, agressé dans sa tête et dans son corps, par un adulte connu ou inconnu.

  • Le royaume volé / James Berry, trad. de l’anglais (Jamaïque) par Janine Hérisson, Gallimard, 1996

En 1807, le commerce des esclaves est encore florissant. Mais l’année suivante, de nouvelles lois doivent mettre fin à ce trafic. Un vent de panique secoue les négriers et ceux qui leur fournissent la "marchandise". Ils veulent réaliser rapidement les plus gros bénéfices possibles. Ce jour-là en Afrique, Ajeemah et son fils Atu, la jeune Sisi sont assaillis, enchaînés et embarqués de force sur un navire. Après six semaines de traversée, ils arrivent en Jamaïque et sont achetés par des planteurs différents.

  • Paris insurgé : la Commune de 1871 / Jacques Rougerie, Gallimard, 1995

Le 18 mars 1871, Paris, écrasée d’humiliation par la défaite devant les Prussiens, exténuée par un siège de quatre mois, se révolte contre une Assemblée nationale monarchiste. La capitale vit pendant neuf semaines l’aventure d’une république indépendante, la Commune. Adossée à la mémoire de la révolution de 1789, elle durera soixante-douze jours. La dernière insurrection sociale du XIXè siècle sera sauvagement écrasée au cours d’une longue et sanglante semaine. Le souvenir de la Commune restera gravé dans la mémoire ouvrière.

  • Une auberge espagnole / Luis Bonet, Gallimard, 1994

Aux premiers jours du mois de février 1939, l’armée républicaine espagnole, en déroute, a pris le chemin de l’exil. La France est toute proche. Malgré la douleur de l’exode, ceux qui fuient espèrent y trouver un accueil chaleureux. Très vite, ils vont déchanter. Liberté, égalité, fraternité ne sont que des mots creux pour ces réfugiés espagnols poussés à coup de crosse vers le camp de Saint Cyprien. Alors commence une nouvelle guerre, contre le froid, contre la faim, contre le désespoir ... Il faut vivre malgré tout , retrouver sa dignité, organiser le quotidien sous la surveillance étroite des autorités, sous les regards humiliants de la population locale. Huit mois de vie. Un des rares témoignages transmis sur la Retirada.

  • Mémoires d’un sauvage / William Camus, Syros, 1994

William Camus est né au Canada en 1923, dans le Yukon, d’une mère française et d’un père iroquois qui tenait un commerce de peaux. Il nous raconte son enfance indienne : la chasse avec les chiens de traineau, les règles de vies enseignées par son père... Il a vu tomber "onze neiges" quand sa mère l’emmène en France pour en faire un "civilisé".

  • Derrière les visages / Andrée Chédid, Castor Poche, 1994

Les retrouvailles de l’ami perdu, l’attente du fils absent, la solidarité à la mort du portefaix, le départ de la maison promise à la démolition... Neuf nouvelles, situées pour la plupart en Egypte et au Liban, qui cherchent à parler du cœur universel des humains, de ce cœur sans frontières, de ces vrais visages qui existent derrière l’âge, le pays, la condition.

  • Ganesh / Malcom J. Bosse, Castor Poche, 1994

Ses quatorze premières années, Jeffrey les a passées en Inde où ses parents ont choisi de rester, adoptant le mode de vie, la religion et les croyances indiennes. Une tragédie vient déraciner Ganesh (c’est le nom indien de Jeffrey) de son Inde natale et le force à gagner cette Amérique du Nord qui est la terre d’origine de ses parents, mais dont il ne sait rien. Ganesh se sent étranger. Entre ses camarades et lui, l’incompréhension mutuelle diminue peu à peu, mais une menace inattendue vient remettre en question ce qui compte le plus pour lui.

  • Sur la tête de la chèvre / Aranka Siegal. Gallimard, Collection Page blanche, 1987

Cette autobiographie retrace l’histoire de Piri, des années 30 en Ukraine et en Hongrie, avec le développement des lois discriminatoires du système nazi, jusqu’à vie dans les camps d’Auschwitz et de Bergen-Belsen, après un passage par le ghetto. Si la famille de Piri se délite au fur et à mesure, sa soeur reste à ses côtés et c’est ensemble qu’elles affrontent l’horreur des camps. Ce premier volume est suivi d’un second, La grâce au désert, également dans le catalogue de la médiathèque.

  • Le guide du routard galactique / Douglas Adams, Denoël, 1982

Ca matin-là, perçant les brumes épaisses d’un lendemain de cuite, les trompettes de l’apocalypse tirèrent Arthur Accroc à la fois d’un lourd sommeil et d’un morne destin. Alors qu’un ignoble bulldozer jaune s’apprêtait à raser sa demeure imprudemment bâtie sur le tracé d’une future voie express, la Justice céleste se manifesta sous l’aspect d’un vaisseau spatial terriblement rutilant et rendit son verdict : la Terre elle-même, roulant imprudemment sur le tracé de la future voie express hyperspatiale, allait devoir être détruite. Pom-pom-pom-pom-pom... Et c’est alors qu’Arthur voit briller son étoile : son meilleur ami - un autostoppeur de Bételgeuse - le tire in extremis de ce mauvais pas. Mais on n’en a jamais fini avec le vaste univers. Pour le routard galactique, c’est tous les jours galère...

  • Élise ou la vraie vie / Claire Etcherelli, Gallimard, 1982 (première parution en 1967)

1957. Élise part à Paris pour rejoindre son frère Lucien et tenter d’y vivre "la vraie vie". Obligée de travailler à l’usine comme son frère, elle découvre le travail à la chaîne de montage automobile, les cadences infernales, le harcèlement des petits chefs... À travers Areski, dont elle se rapproche progressivement sur la chaîne, avant de tomber amoureuse, elle découvre le racisme entre les ouvriers, les contrôles et les rafles incessantes de la police, le militantisme en faveur du FLN. Leur amour se heurte à des obstacles difficilement surmontables. Le roman, en grande partie autobiographique, relate avec justesse la vie difficile dans les usines, dans le contexte de la guerre d’Algérie.


La liste des bulletins mensuels suit :

Bulletin n°1 de la médiathèque, décembre 2011

Bulletin n°2 de la médiathèque, janvier 2012

Bulletin n°3 de la médiathèque, février 2012

Bulletin n°4 de la médiathèque, mars 2012

Bulletin n°5 de la médiathèque, avril 2012

Bulletin n°6 de la médiathèque, spécial Education

Bulletin n°7 de la médiathèque, mai 2012

Bulletin n°8 de la médiathèque, juin 2012

Bulletin n°9 de la médiathèque, septembre 2012

Bulletin n°10 de la médiathèque, octobre 2012

Bulletin n°11 de la médiathèque, novembre 2012

Bulletin n°12 de la médiathèque, décembre 2012


S’INSCRIRE À LA MÉDIATHÈQUE


Pour utiliser la médiathèque, il est nécessaire d’être adhérent soit à l’association
Mille Bâbords ou seulement à la médiathèque. Des bulletins d’adhésion sont
disponibles dans le classeur orange et une fois renseignés, ils doivent être remis à
un membre de la commission bibliothèque.
Les cotisations permettrons de financer l’acquisition de nouveaux documents.
Un chèque de caution de 24 Euros vous sera demandé.

PDF - 87.2 ko


Télécharger le bulletin d’adhésion


ÉVITER L’APPROPRIATION PRIVATIVE

Pour assurer une circulation rapide des documents, la durée du prêt est de 3
semaines, renouvelable une fois.

INSCRIRE VOS EMPRUNTS ET VOS RETOURS

Pour une bonne gestion de la médiathèque, n’oubliez pas d’inscrire sur le cahier
vert d’emprunt (sur l’étagère à côté du bureau) la date, votre nom ainsi que le titres
des ouvrages choisis.
Les documents retournés doivent aussi être rangés sur cette étagère (« retour »).

VOS SUGGESTIONS

Participez à l’activité et au développement de la médiathèque en nous suggérant des
titres d’ouvrages à acquérir – laissez les références bibliographiques dans la boîte
prévue à cet effet (toujours sur l’étagère) ou nous envoyez un mail.

Retour en haut de la page

Nous Soutenir

Mille Babords est une association à but non lucratif. Ce site ne propose volontairement aucune publicité et vit sur les adhésions et dons des visiteurs. Nous vous incitons donc à nous soutenir en adhérant ou en nous contactant

Articles de la rubrique

0 | 10 | 20