Une tribune pour les luttes

La lettre d’information du site "la voie du jaguar"

Cette lettre recense les nouveautés publiées depuis 14 jours

Article mis en ligne le dimanche 21 février 2021

Nouveaux articles


** Agressions et détentions arbitraires
à l’encontre de membres du Congrès national indigène
à Ocosingo dans le Chiapas **

par CNI - 20 février 2021

Nous, compañeros en résistance José Espinoza Gómez, José Alfredo
Espinoza Pérez, Juan Espinoza Pérez, Mario Espinoza Pérez, Carlos
Hernandez Méndez, Juan Ramon Gutiérrez Espinoza et Miguel Espinoza
Hernández, habitants des rancherías Jolmuc’ulha et Taquinton, qui
appartiennent à l’ejido Peña Limonar, dans la municipalité
d’Ocosingo, au Chiapas, et membres du Congrès national indigène,
dénonçons énergiquement la détention arbitraire et injuste de nos
compañeros Fernando Espinoza Pérez et Baldemar Espinoza Pérez,
injustement emprisonnés dans le centre de détention 16 d’Ocosingo,
où ils ont été emmenés par les autorités de l’ejido, suite aux
événements qui ont eu lieu le 10 février de cette année.

(...) Cet acte qui viole totalement les droits humains, n’est pas
un fait isolé, c’est la conséquence d’une constante et ininterrompue
guerre de basse intensité contre les communautés en résistance qui
s’opère depuis 1994. Car cette agression s’inscrit dans une série
de violations des droits humains, d’emprisonnements injustes,
d’attaques armées contre nos maisons, de tailles illégales d’arbres,
de vols de bois, d’incursions armées contre nos travailleurs, soutenues
par les agissements et la protection des autorités ejidales. Depuis
plus de dix ans, ces agressions ont bouleversé la paix et la vie
collective communautaire, elles reflètent de manière évidente une
exacerbation des conflits et des hostilités à l’encontre des communautés
zapatistes et du Congrès national indigène et visent à nous déposséder
de notre territoire. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Agressions-et-detentions-arbitraires-a-l-encontre-de-membres-du-Congres


** Réponses de Jacques Philipponneau au questionnaire
de "La Décroissance" envoyées le 12 février 2021
et refusées par son comité de rédaction **

par Jacques Philipponneau - 18 février 2021

(...) La domination est devenue ouvertement catastrophiste et, par
la force des choses, elle doit intégrer le réformisme écologique dans
cette sur-bureaucratisation du monde seule à même de gérer, dans cette
société, les catastrophes qu’elle produit.

Cet écologisme de caserne, normatif et culpabilisant, dernier avatar
du péché chrétien (les indulgences pontificales du bilan carbone, le
"flygskam" — la honte de prendre l’avion du luthérianisme nordique —,
la niaiserie antispéciste anglo-saxonne) qui n’attaque jamais
frontalement l’État ni le capitalisme, mais seulement leurs
"dévoiements" ou leurs "excès", remplace la vieille
social-démocratie morte à la tâche dans sa fonction intégrative
à la société telle qu’elle est.

La crise sanitaire actuelle (quelle que soit son origine et la gravité
qu’on lui accorde) a contraint la domination à afficher son programme.
Sa conception de la vie.

Elle se résume à celle-ci : le mode de vie industriel n’est pas
négociable et les représentations catastrophistes, si complaisamment
diffusées depuis une dizaine d’années, ne sont pas conçues pour y
faire renoncer mais pour faire accepter les restrictions et aménagements
qui permettront de le perpétuer. En gros, faire régresser la liberté
humaine à sa seule fonction animale de "conserver l’espèce", la
"vie nue" réduite à sa seule réalité biologique : l’exemple le plus
trivialement actuel en est le lâche soulagement devant une vaccination
— de fait obligatoire — permettant de retrouver la vie "normale". (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Reponses-de-Jacques-Philipponneau-au-questionnaire-de-La-Decroissance-envoyees


** Lettre d’un chanteur occitan aux militants décoloniaux
Et nous là-dedans ? **

par Laurent Cavalié - 17 février 2021

Avons-nous une place dans la sphère décoloniale ? Nous ne sommes ni
"racisé·e·s", ni "non blancs", ni "noirs", ni "blacks", ni
"indigènes", mais je veux vous exprimer pourquoi j’ai besoin de me
rapprocher des combats décoloniaux. Je veux vous exprimer les siècles
de mépris vis-à-vis de notre langue qui n’est pas le français, de notre
accent qui n’est pas celui des dominants économiques et médiatiques, de
notre absence des plateaux de théâtre, des médias, du cinéma. Je veux
vous exprimer la fatigue de devoir encore et toujours justifier de
l’universalité de notre propos.

Je veux vous dire qu’en même temps que la France colonisait le monde
et mettait en place l’esclavage, elle opérait à l’intérieur de
l’Hexagone une vaste opération de colonisation des consciences, pour
anéantir la diversité linguistique, pour empêcher les enfants de parler
la langue de leurs parents, pour nous faire admettre qu’il n’y avait
qu’une seule langue du progrès et que c’était le français, et par
là même pour nous faire croire qu’il n’y avait qu’une seule voie
possible, celle du progrès. Tous les moyens étaient bons pour glorifier
l’idée de la grandeur universelle de la France et du français, y
compris ceux du révisionnisme historique. Y compris ceux des sévices
corporels pour les enfants, ceux de l’humiliation et du mépris.

La question du mépris des cultures populaires de la France, et de
la pensée colonialiste de l’État français en direction des cultures
particulières de l’intérieur — j’aurais pu oser l’expression
cultures autochtones — ne peut pas être écartée d’un revers de
manche (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Lettre-d-un-chanteur-occitan-aux-militants-decoloniaux-Et-nous-la-dedans


** Notes anthropologiques (LV) **
par Georges Lapierre - 16 février 2021

Notes sur la pensée comme aliénation

Au début, avec l’émergence d’un peuple dominant qui va constituer
l’aristocratie sociale, la pratique du don reste importante et forme
encore le fondement de la vie en commun, son esprit. Cet aspect, je
dois dire, ne ressort pas de l’étude des historiens, nous le retrouvons
parfois au cinéma, dans les récits de voyage ou d’exploration, nous en
faisons aussi l’expérience si nous nous donnons l’occasion de nous
immerger dans d’autres civilisations que la nôtre. Il faut croire que
les historiens ne vont pas au cinéma, ne lisent pas des récits de voyage
et ne font pas d’autres expériences de vie que celle que leur impose
leur civilisation. Il me semble que l’idéologie tient une place trop
envahissante chez eux et qu’ils délaissent, pour des préjugés tenaces,
l’ouverture sur le réel et sa diversité que leur propose encore le
monde. C’est bien sur une conception grandiose du don, le don
cérémoniel d’hospitalité, que repose le prestige de la classe
dominante dans notre antiquité, mais le don sous une forme moins
grandiloquente et ostentatoire n’a sans doute pas disparu de la vie
sociale de la population et constitue encore l’esprit des échanges
que les habitants ont entre eux.

Pourtant cette pratique va se trouver chevauchée par une pratique tout
autre, celle du marchand. Nous nous trouvons dans une société partagée
entre l’esprit sous son aspect subjectif reposant sur le don et
l’esprit sous son aspect que je qualifierai d’objectif lié à
l’intérêt de l’individu, représenté par le marchand. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-LV


** "Commune(s) 1870-1871" **
par Jérôme Quaretti - 14 février 2021

Quentin Deluermoz
"Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle"

Rares sont les ouvrages qui apportent à ce point un renouveau
historiographique autour de la Commune ! Après Jacques Rougerie,
Jeanne Gaillard, Robert Tombs (et quelques autres), ou encore les
trois grands colloques français organisés depuis 1996, Quentin
Deluermoz propose du nouveau sur le mouvement communaliste de
1870-1871 en nous offrant un tour du monde de l’événement qui dura
non pas 80 mais 72 jours…

Le contenu de son livre est parfaitement résumé dans son titre
"Commune(s) 1870-1871" avec le "s" du pluriel entre parenthèses qui
évoque non seulement la Commune de Paris et les communes de province,
mais aussi la pluralité de leurs descriptions, de leurs perceptions
et de leurs interprétations contemporaines puis postérieures
(versaillaises, libérales, impérialistes, marxistes, libertaires,
etc.). Et c’est précisément ce à quoi s’attelle l’auteur. Pour les
"grandes" communes de province, il ne s’attarde que sur les
incontournables communes "emboîtées" de Lyon, déjà connues, et délaisse
(de mon point de vue à tort) celles non moins intéressantes de Marseille
et de Narbonne pour évoquer pertinemment celle d’Alger, pour étudier
— avec malice — celle de Thiers (la ville !), mais aussi pour s’attarder
avec moins d’intérêt pour son sujet sur les événements de la Martinique…

Le sous-titre, "Une traversée des mondes au XIXe siècle", précise
que cette étude est aussi une géographie historique (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Commune-s-1870-1871


** Solidarité avec Rosa Nera
"Un air souffle et nous appelle
à sortir de la tempête de ce monde" **

par Marios Panierakis - 10 février 2021

Depuis seize ans, nous vivons un phénomène d’une rare beauté dans la
ville de La Canée, en Grèce. Une "rose noire" grimpe à travers les
fissures de la ville à la recherche d’un soleil différent, d’une
façon différente de vivre. Quelle chose simple ! Quelle chose
révolutionnaire ! La recherche collective de divers modes de
sociabilité, de différentes façons de se lier — de différentes
manières de faire les choses — brise l’emprise de l’argent et ouvre
un champ de possibilités pour notre vie. En même temps, elle souligne
la nécessité de se débarrasser de la farce que nous vivons, elle
souligne la possibilité de changer le monde.

Ça semble un fait simple. Mais ce mouvement de refus et de créativité
enflamme nos espoirs — qui n’ont rien à voir avec l’espoir de
l’État — de vivre dans un monde d’égalité, de liberté, de
solidarité (de soutien mutuel) et de dignité. Nos yeux brillent, chaque
fois que nous rencontrons cette rose. Comme si nous tombions amoureux !
Encore et encore. Et à juste titre, l’odeur des roses a la capacité de
parfumer un monde différent ou plutôt "un monde où tiennent de
nombreux mondes". L’osmose de ces mondes ne nous montre qu’une image
des mondes que nous pouvons créer. Oui ! Nous tombons amoureux et nous
offrons à nos compañeras les sourires les plus généreux qui traversent
le ciel de nos pensées, des sourires capables de briser la misère de la
normalité. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Solidarite-avec-Rosa-Nera-Un-air-souffle-et-nous-appelle-a-sortir-de-la-tempete


** L’Amassada
Appel à soutenir les inculpé·e·s **

par L’Amassada - 9 février 2021

Le 16 février 2021 seront jugé·e·s en appel quatre opposant·e·s
prélevé·e·s parmi une centaine, lors de la manifestation du 12 octobre
2019 contre le projet de mégatransformateur de Saint-Victor-et-Melvieu,
dans le sud de l’Aveyron. Le hameau de l’Amassada qui depuis cinq ans
occupait le futur site, venait d’être expulsé et rasé le 8 octobre
2019. Force était resté à la loi selon le commentaire de la préfète.
Il se trouve que cette loi est celle de l’empire industriel de
l’énergie qui sous couvert de transition écologique perpétue le
massacre…

Lors de la première audience, le 11 mars 2020, nous avions fait une
demande en nullité pour de nombreux vices de procédure d’enquêtes et
de convocations (grosso modo les gendarmes plaignants se sont
auditionnés entre eux). Le tribunal de Rodez a rejeté les demandes
en nullité et condamné les prévenu·e·s à cinq à huit mois de prison
avec sursis, assorti de 100 euros d’indemnité pour chacun des gendarmes
au titre de préjudice moral. Par contre le tribunal a débouté RTE
(Réseau de transport d’électricité) pour sa demande de préjudice
matériel.

La séquence en cours (Covid) a rendu aveuglant le diagnostic de la mise
à sac du monde, la marchandisation du vivant, et son contrôle par la
logique sécuritaire. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/L-Amassada-Appel-a-soutenir-les-inculpe-e-s


** Tournée pour la vie et l’espoir **
par Raúl Zibechi - 8 février 2021

Dans tous les recoins du monde, ceux d’en haut perpètrent un génocide
silencieux des peuples originaires et noirs, des paysans et des pauvres
de la ville et de la campagne.

L’armée turque envahit le nord de la Syrie, rasant les villages et
villes kurdes. Le gouvernement israélien ne vaccine pas la population
palestinienne. À Manaus, en Amazonie brésilienne, des milliers de
personnes meurent dans des hôpitaux saturés. En seulement trois semaines
de 2021 se sont déjà produits en Colombie six massacres, qui ont fait
plus de quinze morts.

Les féminicides se sont multipliés pendant la pandémie, comme une part
indissociable du génocide contre celles et ceux d’en bas.

Au Chiapas, les bandes paramilitaires attaquent à coups de feu les
communautés de Moisés Gandhi. Le scénario est toujours le même : des
paramilitaires, comme l’Orcao (Organisation régionale des caféiculteurs
d’Ocosingo), qui sont assistés par l’armée, attaquent les bases de
soutien zapatistes ; le gouvernement fédéral et celui de l’État
gardent le silence, autrement dit, consentent. Les médias et les partis
politiques se taisent, autrement dit consentent.

Dans les périphéries urbaines et les zones rurales reculées
d’Amérique latine, non seulement on ne parle pas de vaccins, mais on ne
dispose pas d’infrastructures hospitalières, de médecins ou
d’infirmières en nombre suffisant. (...)
- https://www.lavoiedujaguar.net/Tournee-pour-la-vie-et-l-espoir


LA VOIE DU JAGUAR • informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective • lavoiedujaguar chez riseup.net • http://lavoiedujaguar.net

Retour en haut de la page

Répondre à cet article

Analyse/réflexions c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 2095

Histoire c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 230

International c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 515

La voie du jaguar c'est aussi ...

0 | 5 | 10 | 15